//img.uscri.be/pth/5f9510c0bfb90ed64ae71734444deb17c5cfb053
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Morales de la fiction de La Fontaine à Sartre

De
160 pages
Comment la fiction fait-elle pour défendre ou illustrer une morale, alors qu'elle se définit par son indépendance à l'égard du monde dit réel ? La Fontaine, La Rochefoucauld, Vauvenargues, Hugo, Tolstoï, Sartre sont ici réunis. La fiction et la morale ne sont pas plus immuables l'une que l'autre, et c'est dans leurs intermittences, dans leurs fluctuations, dans leurs variations qu'il convient d'étudier leurs noces improbables. Chercheur et pianiste, Augustin Voegele s'intéresse en particulier aux littératures européennes du premier vingtième siècle. Il a soutenu une thèse consacrée à Jules Romains.
Voir plus Voir moins
i
V
e
0RUDOHVGHOD¿FWLRQL a
3RXUTXRL OD ¿FWLRQ ",¬TXRL SHQVH OD ¿FWLRQ", 4XH IDLW OD ¿FWLRQ ", s :"&RPPHQW IDLW OD ¿FWLRQ a ¿FWLRQ IDLWHOOH SRXU GpIHQGUH RX LOOXVWUHU XQH PRUDOHDORUV TX¶HOOHVH Gp¿QLW SDU VRQ LQGpSHQGDQFH j O¶pJDUGGX PRQGHGLW "3HXW rWUH G¶DLOOHXUV Q¶HVWFH TX¶HQ WDQW TX¶HOOH HVWGp¿FWLRQQDOLVpHTXHOD ¿FWLRQSHXW SURPRXYRLU RX SXEOLHU XQH PRUDOH 0DLV LOHVWSRXUWDQWGHV PRUDOHV TXL FRQWLHQQHQW XQH SDUW FRQVWLWXWLYH GH ¿FWLRQ HWTXLHQ TXHOTXH VRUWHDSSHOOHQW OD ¿FWLRQ DLQVL GH OD PRUDOHLQWXLWLYH GH9LFWRU +XJR RX GH OD PRUDOH GH OD OLEHUWp GH 6DUWUH /D )RQWDLQH /D 5RFKHIRXFDXOG 9DXYHQDUJXHV +XJR7ROVWRw 6DUWUH  j SUHPLqUH YXH OHV DXWHXUV FRQYRTXpV QH VRQW SDVWRXVIDLWVSRXUV¶HQWHQGUH &¶HVW ELHQ SRXU FHOD TX¶LOV VRQW LFL UpXQLV&DUOD¿FWLRQ HW OD PRUDOH QH VRQW SDV SOXV LPPXDEOHV O¶XQH TXH O¶DXWUH HWF¶HVW GDQV OHXUV LQWHUPLWWHQFHV GDQV OHXUV ÀXFWXDWLRQV GDQVOHXUVYDULDWLRQV TX¶LO FRQYLHQW G¶pWXGLHU OHXUV QRFHV LPSUREDEOHV
&KHUFKHXU HW SLDQLVWH $XJXVWLQ 9RHJHOH IGH ² 8QLYHUVLWp +DXWH $OVDFH V¶LQWpUHVVH HQ SDUWLFXOLHU DX[ OLWWpUDWXUHV HXURSpHQQHV GXSUHPLHU YLQJWLqPH VLqFOH HW j OD OLWWpUDWXUH KHOYpWLTXH GH ODQJXH IUDQoDLVH$XWHXU G¶XQH WKqVH FRQVDFUpH j -XOHV 5RPDLQV LO D SXEOLp XQH GL]DLQH G¶DUWLFOHVHQUHYXH RX HQ YROXPH
2UL]RQV  UXHFROH 3RO\WHFKQLTXHGH O¶ 7 s ,6%1   6
Augustin Voegele
0RUDOHV GH OD ¿FWLRQ de La Fontaine à Sartre
0RUDOHV GH OD ¿FWLRQ ² GH /D )RQWDLQH j 6DUWUH
COMPARAISONS
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr
L’éditeur et l’auteur remercient le laboratoire de rechercheILLE(Univer-sité de Haute-Alsace) pour son soutien à la publication de cet ouvrage.
ISBN : 979-10-309-0083-5 © Orizons, Paris, 2016
Morales de la fiction
de La Fontaine à Sartre
Comparaisons
Collection dirigée par : Florence Fix (Université de Lorraine) Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)
Comité scientifique : • Antonio Dominguez-Leiva (UQAM, Qué-bec) ; • Vincent Ferré (UPEC, Université Paris Est Créteil) ; • Sébas-tien Hubier (Université de Reims) ; • Bertrand Westphal (Université de Limoges).
La collection « Comparaisons » comprend des essais, des ouvrages collectifs et des monographies ayant trait au comparatisme sous toutes ses formes (démarches transdisciplinaires, théorie de la lit-térature comparée, croisements entre littérature et arts, mais aussi sciences humaines et sciences exactes, histoire culturelle, sphères géographiques). L’esprit se veut également ouvert aux transferts culturels et artistiques, aux questionnements inhérents aux diffé-rentes modalités de la comparaison.
Augustin Voegele
Morales de la fiction
de La Fontaine à Sartre
2016
Déjà parus
Écrire la danse ? Dominique Bagouet, BengiAtesöz-Dorge,2012. À la conquête du Graal, AliciaBekhouche,2012. Le Théâtre historique et ses objets, FlorenceFix(dir.),2012. Musique de scène,musique en scène, FlorenceFix, PascalLécroArtet Frédé-riquetouDoire-surLApierre(dirs),2012.
Maniérisme et Littérature, DidiersouiLLer(dir.),2013. L’Invisible théâtral, YannicktAuLiAut,2013. Notre besoin de comparaison, FrédériquetouDoire-surLApierre,2013.
Les Mondes de Copi, IsabelleBArBéris,2014. Le Parasite au théâtre, IsabelleBArBériset FlorenceFix(dirs),2014. L’Amour Singe, AntonioDominguezLeivA,2014. La Plume et le ballon, AlainmontAnDon,2014. Théâtre et Politique, tomeI:ThéâTrePoliTique— Modèles et concepts, Muriel pLAnA,2014. Théâtre et Politique, tomeII:ThéâTrePoliTique— Pour un théâtre politique, MurielpLAnA,2014. Corps obscènes, Pantomime, tableau vivant, et autres images pas sages, Arnaud rykner,2014.
Littérature scandinave et identités européennes — Rencontres et interactions, KarlejBypouLsen,2015. Philippe Vilain ou la dialectique des genres— Arnaudschmittet Philippe WeigeL(dir.),2015.
Manger et être mangé, l’alimentation et ses récits, sous la direction de FlorenceFix,2016. Métamorphoses interculturelles « Les Voix de Marrakech » d’Elias Canetti, DirkWeissmAnn,2016.
Introduction
l serait abusif, c’est évident, de poser comme un axiome que la morale I et la fiction ne s’aiment pas, ou qu’elles s’excluent mutuellement. Les faits (littéraires) prouvent le contraire, et les exemples éclatants d’une cohabitation réussie sont nombreux. Cela n’empêche pas toutefois que, pour que morale et fiction voisinent avec bonheur dans un même espace textuel, il semblerait qu’il faille, sinon que la morale soit moins morale, du moins que la fiction soit moins fictionnelle. C’est précisément l’ob-jet de cet essai : démontrer qu’en règle générale, toute incursion de la morale dans la fiction provoque un mouvement (qui peut être local ou général, provisoire ou définitif) de défictionnalisation — sans préjudice de quelques cas particuliers, bien sûr, où la morale porte en elle une part constitutive de fiction. Mais il importe tout d’abord que nous appuyions par des preuves verbales notre postulat initial : à savoir qu’il est difficile d’enter la morale sur le discours fictionnel. Le problème est d’autant plus complexe que toute morale se veut active, alors que la fiction est, par nécessité, et même si ce n’est que d’une manière toute relative, désengagée de la réalité. En d’autres termes, il y a (théoriquement du moins) une incompatibilité lo-gique entre ce qu’est la fiction et ce que veut être la morale. Cela d’ailleurs ne retient pas Tolstoï au moment de définir l’art comme un instrument de l’action morale. La dignité de l’art, pour lui, réside dans son efficacité morale et sociale (au sens le plus vaste et le moins politique du mot) : « L’art est [...] un des instruments de l’union des hommes, et, par suite, du progrès, c’est-à-dire de la marche en avant de 1 l’humanité vers le bonheur . » Mais cet art actif dont rêve Tolstoï n’est-il
1.
Léon Tolstoï,Qu’est-ce que l’art ?, [Что такое искусство?], traduit du russe par Théodore de Wyzewa, Paris,PUF,2006, p.163.