//img.uscri.be/pth/0e19801e59b0cfb193b7db9d9e7dd795fe2d7f5c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mort et thérapie en Afrique

De
244 pages
A travers des exemples pleins d'images et de symboles, ce livre s'attache à élucider, par l'usage de la "toute-puissance" de l'écrit, la manière dont des communautés données perpétuent, en adoptant le principe de la modification des faits, des comportements sociaux et des weltanschuung. C'est de la sorte qu'est abordée la question du rite articulé autour de la mort, du deuil, de la parenté, de la maladie et de la quête de la bonne santé.
Voir plus Voir moins
       
      
 
         
          MORT ET THÉRAPIE EN AFRIQUE  Enjeux, représentations et symboles
 
          
 
Nouvelles Études Anthropologiques Collection dirigée par Patrick Baudry   Une libre association d'universitaires et de chercheurs entend promouvoir deNouvelles Études Anthropologiques. En privilégiant dans une perspective novatrice et transversale les objets oubliés, les choses insolites, les réalités énigmatiques, les univers parallèles, les « Nouvelles Études Anthropologiques » interrogeront surtout la Vie, la Mort, la Survie sous toutes leurs formes, le Temps avec ses mémoires et ses imaginaires, la Corporéité dans ses aspects fantasmatiques et ritualisés, le Surnaturel, y compris dans ses croyances et ses témoignages les plus extraordinaires. Sans renoncer aux principes de la rationalité, les « Nouvelles Études Anthropologiques » chercheront à développer un nouvel esprit scientifique en explorant la pluralité des mondes, les états frontières, les dimensions cachées.  Déjà parus  Dominique TROUCHE,Les mises en scène de l'histoire, 2010. Clarissa DA COSTA MOREIRA,Ville et devenir, 2009. Guy-Noël PASQUET,L’oubli en éducation. Une condition à l’assimilation, 2009. Martine COTIN,Scripturalité. Ecritures et pratiques culturelles, 2009. Lamine NDIAYE,Parenté et mort chez les Wolofs, 2009. Alain ANCIAUX,Ethno-anthropologie du karaoké, 2009. Claude FINTZ (Coordonné par),Les imaginaires du corps en mutation, 2008. Henri-Pierre JEUDY, Maria Claudia GALERA et Nobuhiko OGAWA, L’effet transculturel, 2007. Serge CHAUMIER,Réflexions sur les arts de la rue, 2007. Patrick BAUDRY,La place des morts, 2006. Alain MONS,Paysage d’images,2006. Lydie PEARL,Que veut la foule ?,2005. Thilda K. MOUBAYED,La danse, conscience du vivant, 2005. Elisabeth GESSAT-ANSTETT,Liens de parenté en Russie post-soviétique, 2004. Colette MÉCHIN, Isabelle BIANQUIS,David LE BRETON,Le corps et ses orifices,2004. Sous la direction de Claude FINTZ,Le corps comme lieu de métissages, 2003 Serge CHAUMIER,Des musées en quête d’identité,2003.
  
M
         
LAMINE NDIAYE        RT ET TH RAPIE EN AFRIQUE  Enjeux représentations et symboles            
 
 
 
  
          
                                © L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-54910-4 EAN : 9782296549104 
 
 
         
 
   Remerciements Tout résultat de recherche est la conséquence d’un ensemble d’expériences passées et présentes. De ce point de vue, il nous incombe de remercier les pensées et les mains invisibles qui sont, en fait, les véritables auteurs de cet ouvrage. Parmi ceux-ci, je n’ose pas oublier les Professeurs émérites, feu le Doyen L.-V. Thomas, père de la Thanato-anthropologie, et M. Woronoff, Président honoraire de l’université de Franche-Comté (Besançon), pour leurs conseils d’ordre pratique et méthodologique qui refusent, encore aujourd’hui, de me quitter. Mes remerciements chaleureux vont aussi à l’endroit du Pr Patrick Baudry de l’université de Bordeaux III, Directeur de la collection, qu’il a hérité de Thomas,Nouvelles Études Anthropologiques chez L’Harmattan, qui reste encore mon maître dans la discipline et M. Abdoulaye Bara Diop, Professeur émérite et anciennement Directeur de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), auteur de la préface. Je n’oublie pas mes aînés et amis, les Professeurs Saliou Ndiaye, Recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Amadou A. Sow, Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Mamadou Kandji, ancien Doyen, Bassirou Dieng et Ibrahima Sow, Maître de recherches à l’IFAN. Enfin, permettez-moi de remercier les membres de ma famille dont il faut compter le Pr Alioune Badara Diané de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, mon aîné, pour les corrections qu’il a toujours apportées à mes travaux.
       
        
iqfr Aenenti, uet al à t eiparéhenti essmentelle nmi tosnaecoptr inttrl teaiar prap  el ejusod tncerne tous. La ecq ulin uo soc eéil tnemelbaicsoisnd ist ertmoei ,aptria telf t el don vieà laiaM l ,stôlc.eruleela  lmemêi  s ,cse t euhamnide lêtre drame   P          vrout Ce  cefaréuesseforP ud ega Ndiaye r Lamine ,ocmm eocsncaérle diinn sotrtiom ae tr,euql à de leau  nivn aub eisuis,ea tola treièan mde, ntemirpxes iuq slessentie enjeux ostnl seédepdn ,ui qn  esae é,ntté rd ta,sepuel ut esnittaèialm  celtouti coa quselleuti tseC .utperahé rs,ueiquesrp arituqset  quà celui de lsnoi te bmysselorseuep rseréatntmoc tîarappa iuqé.italat fne umep ér eessnd omey ce ntrer comuniliunet  letq tes ous le pte tarocsnicneuqi l a est morce quil diervsuivnd ies te sudiuorg sede, nrapimentotamfAire  nL  auq.emedaalntnt e lreom ae tral téht   Lauteur trait eudr paoptrf noalégt  eaut én Sluesneme tne sapendent àais sétnhei,sm  àes steA ldeu eaiv nAu  .snoitasilivicimitse l ne plesxemeel seu ,rfqi ,re seliboL ud Has ssoudua ig N seppuel sedl ABurkina Faso, lesel emmoe nogoD dn ie b cestrau icaM la ,elutles Bat lea dumbard  eluooptrnaecent de lvrage vià essec ir asehcauve Lx.eu dnix er ,l vi eecerd mense dioublsa dte euqiroéht noiimL. ueiqirmp eeulement lAfriqeu ,amsia suisd utas rentcoenin ,sticossété te rpuse co con estéud tstinneé eodmecudos s reaintanrecnocs non tnssi vasts est augatid i.eI  ls dme qesLa  am guté eéidtseusnoi de les,ymbode sutle sirqieurpta rde, esirnagima ,snoitatnesérpeostnu inevsrleels, étant liées, nas  ,étm aldala, ie mlat ori qu , àcnse eoconrtion nditine.huma selleuqeios euqrseu lntreféif dihpa euqg sirgoé l àfoa nopamara nirhc ea niisu  offrentexemplesal à sevitaler sueiqatprt  ensiotntaéresr pec see deriquistoet henbiu- alàden  eehcaI .sv sl tnos Lacs, les Malgrfqieud seG ardnuiiqntAs Le. téamoR xual ed sniux Gme a et recsétersni têmssnainmador eu lnsdauqleuq tnod te ee   commns, es-u 
 
            édisnoc  ed seére èrnimaueiqitcri l ,uqsiessganthr daogueopold ,sos eloiceugo ds,phe osilheop sodtnl  alppurat font autorité tn,éaperér ,s caole,symbte, e riruetua sed snoitepnccos Le. tc eus rottuc noun sles pluss parmi  seétnosvne gasistuensio les qespeuthéras, iiquen toel,stnt maemseeschriiqorhé tqitaitin aL .seudente, lanalyseeue tsa suisé ivfat e itce:  duxsed noc tpecse s
L.-V. Thomas et P. Baudry, sont les inspirateurs, voire les maîtres de l’auteur. Le Professeur Ndiaye apparaît aujourd’hui comme un spécialiste de la thanatologie africaine. En témoignent sa thèse de Doctorat unique portant sur la relation parenté / mort chez les Wolof (2000) et son livre dont le titre estParenté et mort chez les Wolof L’Harmattan, (Paris, 2009). Il a publié bien d’autres travaux dont certains des thèmes figurent dans le présent ouvrage mais souvent élargis et approfondis. Il s’est intéressé à des sociétés et communautés auxquelles il appartient ou qui lui sont familières comme les Wolof, Seereer, Jóola, ethnies du Sénégal ainsi que les communautés urbaines, religieuses comme la ville de Touba, la confrérie mouride. Non seulement, il connaît la plupart de ces réalités de l’extérieur mais, il y a mené des investigations approfondies. Il y aborde presque toujours ses thèmes fondamentaux, transversaux que sont la mort, la santé, la maladie, dans les aspects, les dimensions dont il traite aussi, comme on l’a signalé, dans cet ouvrage. Sa méthode de recherche est pluridimensionnelle, pluridisciplinaire. Elle lui permet d’explorer et d’analyser les travaux des auteurs qui ont étudié les thèmes qui sont aussi les siens. Il a mené parallèlement des investigations de terrain là où c’était possible. Elle est anthropologique, sociologique avec des dimensions, à la fois géographique et historique, lui permettant de faire des comparaisons donnant à ses travaux une grande profondeur réflexive sur la vie et la mort, c’est-à-dire sur la condition humaine. Cette préface ne peut donner qu’un bref aperçu sur la richesse et la pertinence du contenu de cet ouvrage qui, pour être connu, doit être lu et médité.
  
 Abdoulaye Bara Diop  Professeur émérite
    0  1                                                     YA ENEMIDI N    LA