//img.uscri.be/pth/ca181276afb95c320306a3bae802d0726ab314f9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mots croisés en langue bàsàa

De
153 pages
Les 30 jeux de mots croisés présentés ici offrent un cadre de réflexion et de développement des aptitudes individuelles des jeunes passionnés de la langue bàsàa. L'innovation apportée, dans ces mots croisés en langue bàsàa, est que ceux-ci sortent du cadre traditionnel des jeux en langue occidentale pour pénétrer au coeur de la culture camerounaise: il s'agit donc à la fois d'une école de la stratégie, de la culture camerounaise et de la sagesse ancestrale.
Voir plus Voir moins






MOTS CROISÉS EN LANGUE ÄAÈSAÈA
MIÌNLUGGAÈ MI BIÄUK NIÌ ÄAÈSAÈA


Étienne Gérard Mboui Bilong



MOTS CROISÉS
EN LANGUE ÄAÈSAÈA

MIÌNLUGGAÈ MI BIÄUK
NIÌ ÄAÈSAÈA





Préface de / lakaètèLïìtaèmaè
Marc Makong ma Se














Du même auteur


1 4// OQNUDQADR ET EXPRESSIONSDM K@MFTD
¢@¶R@¶@ @UDB KDTQ RHFMHEHB@SHNM- B@TRDQHDR
MNBSTQMDR
1 4// L@ØFD¶MH MH™ AH™¢TJ AGH¥±HF MH™ ¢@R@¶@ MH™
ØF±¶A±¶K X@O- LH™ØJVü¶K LH ITT¥

L’HARMATTAN, 2015














© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-03493-5
EAN : 9782343034935

Remerciementsyèèaège-aM

Nos remerciements vont à tous nos pères qui ont su faire
naître en nousl’amourla célébrissime et noblissime de
langueäaèsaèa:iäaöláö muèt aè nnyuöñguöl äee ,áèwá uè ñkóèmbäaè
äee (si on ne te chatouille pas, tu ne te grattes pas). Nous
pensons toutparticulièrement au Dr Pierre Emmanuel
Njock dont les recherches et les publications en langueäaèsaèa
à l’instar dudictionnaire en langueäaèsaèales livres des et
proverbes ont constitué de profondes ressources dans
lesquelles nous avons puisé pour élaborer ce jeu de mots
croisés.Un grand merci à Marc Makong ma Se qui nous a
initié dansl’écriturede la langueäaèsaèa.
Nous pensons également aux patriarches Äaèsaèa,
Mbómbóèk Mpouma Babei Dieudonné et Robert Ntamack
Bong, immenses bibliothèques vivantes qui nous ont
enseigné un certain nombre de motsäaèsaèa, pas toujours
employésle parler courant. Nous disons à dans tous :háè
joèm äee, ki ñgoès ïì táhá äeö ñèóèñ (sansl’aide du baobab, le
perroquetn’auraisjamais vu la savane),muèt maèyeègaè aè ñkaèp
äee…

Lïìtaèmaèl kaèaèt - Préface

Ñgïìm ñwïìi ïìni láèn lá Etienne Mboui Bilong aè bitïðná
má kaèaèt yeèe ïì mïìntuèk aè bitïìlaè.
Máè bikóèn masee kilïì, inyuèuláö máè äe yi láö aè nsaöl i nsóön
iïì; maèliga lá äeâhnaè nyá dïì äe salak mïìnsón mi nleèleèm
njáêl, mi pooènaègaè ndi mi äa äe nleèleèm. Äaèsó nyá aè mpala
yonoös njombïð yeeö…
Maèsee máêm lá Sañgo Mboui Bilong Etienne aè biäaö
má kïìi maèn wáêm i lânáj yïìgïîl ïì ègaèjo li binóègaè bi maêm ma
äasaèa : hóp-bïìlám-Maèyi-lïìäógäaègaè-lïìtïìlaè, ikb; tóè halaè kïìi
aè bipaöla puuèáè.
Lóñgá jmêa kïì lá a ñeba ndaèaèbaè gweha aè gweèeèná hóöp
äasaèa, nïì lïìten li äasaèa yaga ndigïî. AÈ gweèe maèkend
ñgaèndaèk i huöñgá lïìñgaèn li liñgwaèñ li mbók äaèsaèa. Helha
jaêm lá aè bigweöená äe äáäáèáè nïì lóèñ äasaèa, tóè nañ, aè
bineöñel äe i lóèñ äasaèa…
Maèsee máêm ma ye kïì lá i kaèaèt ïìni, aè ntilaö yó nïì lïìtïìlaè li
helïð, inyuèuláö jón li taèñ mahóp ma Afrïûkaè mómasoê; jón li
nhoöla lá di laaö tïìla äuk kïìi dïì nsïðs yó, dïì sóñglaèk äuk kïìi
äa ntilaö yó.
Pót hoya aè yeè mòäá. Maeesè máè gweèe i nsóön u mintuèk
mi man wáêm ma ta äeö yámál. Yeèñáè i mintuèk aè nhyá¢l nïì
hóp u äasaèa u añeöb kïìi jaèm li bisu lá hóp äasaèa u nlaè sela
nïì tóè imbá nyaè jaèm, nèleèleèm kïìkïìi maèhóp ma äakana dïì
ñkáèá dïì ntóöndaaè.
Li lïð nnóèñ lá mïìntuèk mi nsón u man wáêm mi nhoöla lá
äóèña a laaö nïì máèyaè sal manjáèl mómasoê : bïìäuäuèdi,
bïìkokoèñi, gweègweèe, maèua-bïìtedeèe, bïìnïìnïìñi, nèhoêdäaèk,
ñèkuhäaèk,

nètóènóêk, ikb.
Lini li nsoök lá kèutèn u minluggaè mi biäuk ïì Etienne
Mboui Bilong u mäaèñ äóñaö i kuèmlaè tóè ïìmbá nyaè ñgóèbdaè
jaèm nïì ïì laè tóèñól yóê. I ye lóöñgá äeâs äaèsaèa, di nollak ñgeèdaè
i toèk i nyaè mintuèk ini ïìlóèóèlá di wel i tuèuès äaèäóèña i bïìláèñláè
bi maêm.
Inyuèu bini bïìnóègaè bi maêm máè nènï¢t haaè, máè ñkoèndáè
umbá man wáêm ïbsìèay : máèá nètoèñ ni ntoèñ, káènga ini nnósè
nïì bïìsu aè Kámbááè yè .sa
Wáè nu uè ntoèk i mïìntuèk mini, ewgmê lep u nsóè äe hinóèó.
Tóè kii i láöñák, uè ganïðgil ndigïì jaèm jada munu. UÈ yimbáö
jaêm li tee äeöe, yi ndïîk lá hóp u nloèl äe äáäáèáè; kógól
inyuèu nèsáñ wóñ, u yeêñ kïì njáâl i yïðs maèn wáêm Etienne
Mboui Bilong yniuèu jaèm lini, lá li kógla, niuyuè nèsáñ u
mbodaè yeâs nïì lïìpem li hóp wes. Inyuèu ïì yáêm páès, ñèkóñ
tok u nsiñhana hiloèbaè.

Marc Makong ma Se

10

Introduction
Les mots croisés sont cette dimension d’apprentissagequi
permet àl’enfantà et l’adulte d’améliorer leurs
connaissances. En jouant sur son niveau de discernement et
d’analyse, l’affinement du raisonnementqu’ilchez procure
celui quis’yprête contribue significativement à renforcer son
esprit de critique et de synthèse.
Le jeu de mots croisés enäaèsaèa que nous proposons ici
survient dans le contexte bien particulier de la mondialisation
qui tombe sur la tête des Africains comme une épée de
Damoclès. Ce cadred’échanges sans limites, favorable aux
pays occidentaux, a permis la pénétrationd’un certain
nombre demœursde valeurs sans réactions particulières et
des Africains. Ces valeurs externes, sil’onpeut nier les ne
avantages que certaines nous procurent, ont contribué à
freinerl’élande certains Africains dans la promotion de leurs
langues et cultures qui pourtant, ne sont pas subordonnées
aux cultures occidentales; mais bien au contraire, ont
fortement inspiré quelques-unesd’elles.
La diffusion et l’utilisation des langues occidentales sont
faites via tous genres de moyens de communication. Ils’agit,
pour la plupart, des nouvelles technologies del’information
et de la communication, des jeux vidéo, livres, romans, et
autres distractions intellectuelles.
Le jeu de mots croisés en langueäaèsaèanous que
proposons ici n’est pas à inscrire comme une volonté
réactionnaire des’opposer aux cultures étrangères, loins’en
faut, mais au contraire de promouvoir aussi nos cultures et
traditions qui, ens’intégrantautres, contribueront à aux
apporter une valeur ajoutée àl’individudans son universalité.

Ce jeu de trente (30) mots croisés enaäaèsaè, qui
fondamentalement ne diffère pas des jeux de mots croisés en
français, a pour butd’éduquer lesäaèsaèales autres tribus et
qui sont passionnés et avides de connaissances à la fois sur le
plan historique, culturel et social de leur pays. Les inconnues
qu’il faudra lever enäaèsaèa relèvent tantôt de la géographie,
des sciences exactes, des proverbes,de l’histoire du
Cameroun et des autres pays, de la grammaire, etc.
Il est suivid’une partie où se trouvent les« solutions »
réponses aux mots croisés accompagnéesd’une explication
de certains mots et un exemple de leur utilisation dans une
phrase.
Nous conseillons à tous les passionnés des mots croisés
quis’yde prendre beaucoup de temps dans la engageront
recherche des solutions à écrire dans les différentes cases, en
horizontal et en vertical avant des’engagerregarder les à
solutions et si possible, de jouer en commun. Les exemples
présentés ci-dessous dans la partie «comment jouer
facilement aux mots croisés » aideront les candidats à aborder
facilement les 30 mots croisés de ce document.
Comment jouer facilement aux mots croisés enäaèsaèa
La technique pour aborder facilement le jeu de mots
croisés enäaèsaèaaux mêmes principes que les mots répond
croisés en français, à quelques variantes près.
Il est conseillé, pour tout jeu, de commencer par les
questions évidentes, dont la détermination ne nécessite pas
beaucoupd’efforts et qui aident à percer le mystère qui se
cache derrière les autres questions, plus complexes.
Un ensembled’argumentsprésents tout au long de ce jeu
peuvent très rapidement être utilisés pour combler les cases
vides du jeu. Et progressivement, àl’aide d’autresindices, les
joueurs pourront combler les cases vides afind’avoir le jeu
de mots croisés parfait.

12

Nous aurons donc de temps à autre des expressions :

1. Tïìla: ce mot voudrait dire‘écrire’. Il recommande au
joueur de tout simplement écrire le mot qui lui est donné. Le
nombre de lettres de ce mot correspondra àl’emplacement
réservé à cet effet.
Exemple : tïìla inyuèu i n yuè u

2. Maèua : ce mot renvoie à la notion de contraire ou
renversé. Renverser une expression renvoie àl’écrire en
commençant par la dernière lettrejusqu’àla première de sorte
qu’enplaçant dans le sens opposé à la lecture normale, se
l’onpuisse toujours lirel’expression.

Sil’on dit par exemple :inyuèu maèua,l’on demande au
joueurd’écrire l’expressioninyuèu de manière renversée.
Ceci nous donne :
uuè yn i
inyuèu maèua

3. Tïìla …. uè hoya ou …. uè hoya: contrairement à
d’autresla langue langues, äaèsaèa a besoin del’ensemble de
ses syllabes et tons pour une correcte prononciationd’unmot.
L’exercice d’écrire un mot en oubliant une lettre ou un ton
doit amener le joueur, au-delà du jeu, à percevoirl’étendue
del’erreurcommise en oubliant un ton ou une lettre dans un
mot.

Sil’on demande au joueur ceci par exemple: inyuèu uè
hoya `y' (inyuèu, tu oublies `y'), le joueur doitécrire le
motinyuèules cases correspondantes en omettant la dans
lettre y (ceci revient à la notion de‘presque’les mots dans
croisés en français).

De même, direlaa uè hoya ‘a' nu ökso (écrire laa en
oubliant le‘a’de la fin) voudrait dire quel’onécrive plus que
‘la’(lécher) qui est différent dulaaqui veut dire comment.

13

On aura donc par exemple :
inyuèu uèhoya`y’
i

labgauèhoya « a » nuköso

labgauèhoya « a » nu buìsï

nuè

u
la

l

b

b

g

g

a

4. Mbuèu ïì …:cette expression matérialise le plurield’un
mot. Celui qui se retrouve devant cette expression doit
comprendrequ’illui est demandé de donner le pluriel du mot
qui lui est donné et del’insérer dans les lignes ou colonnes
correspondantes.
dïì kuè u

Exemple : Mbuèu ïì hïìkuèu
ä oè t
Mbuèu ïì tèum
De la même manière, on partira du pluriel pour la
recherche du singulier.
En disant :uuèmb yeeö lá …, il est demandé au joueur de
retrouver le singulier du mot proposé et del’écrireàl’endroit
indiqué.

ñè k ug ïì
Exemple :ubmuè yeeö lá äaèkugïì
(son pluriel est fantômes)
l á m
mbuèu yeeö lá bïìlám
(son pluriel est habitudes)
5. Nyaâññèkóèñ lá (la capitale est) : comme dans le jeu
de mots croisés en français, il est toujours demandé de
déterminer le pays dont la capitale porte un nom donné.C’est
un exercice se rapportant à la connaissance de nos villes
africaines.

14