Moyen-Orient, le nouveau "Grand Jeu"

De

Le Moyen-Orient décomposé redevient-il le centre d’un nouveau « Grand Jeu » ?... S’y réinscrivent les puissances globales : des États-Unis faussement tentés par l’éloignement, une Russie qui s’impose sur un échiquier inattendu, une France secouée par les contradictions de ses politiques... Et s’y affrontent les candidats à l’hégémonie régionale : Iran, Turquie, Arabie Saoudite. La cartographie d’un espace sans doute déterminant pour les futurs du monde se redessine radicalement autour de la Syrie et de l’Irak.

Absente du nouveau « Grand Jeu » : l’Union européenne. Une UE engluée dans ses crises, dont l’assaut des populismes de toutes natures, et les divisions ravivées par les dérives autoritaires de l’Europe centrale, constituent les signes politiques les plus inquiétants. L’Union européenne serait-elle en train de se défaire par les peuples ?

La planète mondialisée s’organise aussi autour des négociations commerciales internationales : approche globale de l’OMC, approches régionales avec les zones de libre-échange, approche plurilatérale. Quelle dynamique l’emportera, dessinant les systèmes d’échanges de demain ?

Moyen-Orient, crises européennes, échanges internationaux : Politique étrangère se penche sur trois dimensions du désordre international pour lesquels les développements des mois prochains seront sans doute décisifs.


Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782365675000
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
page 5
éditorial
6
politiqueétrangère2:2016
epuîs des décennîes, e Moyen-Orîent est ’objet de dîscours très varîés concernant sa pace sur ’échîquîer înternatîona. Avant-hîer a rîDvaîté bîpoaîre, on e dîsaît hîer pus margîna : ses conlîts însoubes décaré centra, pour ses ressources énergétîques et es enjeuX de sembaîent appeer ’îsoement, et e déveoppement, aîeurs, de sources d’énergîe non renouveabes reatîvîsaît ’împortance de son pétroe et de son gaz. Les États-Unîs, acteur eXtérîeur quasî monopoîste dans a régîon depuîs pus de deuX décennîes, trop marqués par eurs paîes îrakîennes, se dîsaîent tentés par un redépoîement en dîrectîon du Pacîique, appa-remment décîsîf pour es équîîbres géostratégîques de demaîn.
Les deuX dernîères années ont changé cette dernîère vîsîon, quî pouvaît pousser à unbenign neglectde a régîon. Les raîsons du changement sont mutîpes. D’abord, ’embrasement des conlîts quî, au-deà des guerres cîvîes, en Irak, en Syrîe, au Yémen, dressent ’une contre ’autre des puîs-sances ocaes assez fortes pour que ’ensembe de a régîon soît concerné. Puîs e « passage de a Médîterranée » par des mîgrants en nombre désor-maîs îmmaïtrîsabe. Et par un terrorîsme quî, pour être acté par des îndîgènes européens, pousse ses racînes dans a sîtuatîon proche-orîentae. Quant auX ressources énergétîques de a régîon, sî ees ne sont pus écrasantes sur e marché mondîa, ees restent détermînantes pour a iXatîon des cours, avec donc une înluence décîsîve sur a quasî-totaîté des systèmes économîques – des pays eXportateurs comme des pays împortateurs. Enin, sous une forme nouvee, e jeu des puîssances domînantes – États-Unîs, Russîe, Chîne… – se redessîne au Moyen-Orîent, autour de a Syrîe maîs aussî pus argement.
La régîon est donc sujet, et objet. Sujet brûant pour es drames quî s’y étendent sans cesse en nouvees tragédîes. Objet aussî bîen : s’y déient de nouvees puîssances ocaes ; s’y esquîssent de nouvees afirmatîons de puîssances gobaes ; s’y înterroge a durabîîté des États dessînés par a in des empîres coonîauX ; s’y dessînent peut-être des rapports nouveauX entre des aîres stratégîques détermînantes pour e sîèce – car e monde n’est pas tout asîatîque… – : e Moyen-Orîent au sens arge / ’Europe comme contînent / ’Afrîque…
Politique étrangèreaborde es boueversements de cette régîon à partîr des stratégîes des prîncîpauX acteurs étatîques de ses drames, et des dîscours qu’îs produîsent sur eur propre stratégîe. Pour es États-Unîs, et quee que soît eur tentatîon de ’éoîgnement, un nouveau « Grand Jeu » ne peut se déveopper dans a régîon sans euX. Pour es Russes, î est moîns questîon de prendre e reaîs d’une poîtîque de puîssance néo-sovîétîque que d’împo-ser sa présence dans un nouveau mutîatéraîsme – eque ne concerne pas seuement a régîon. Pour ’Iran, î s’agît d’user de toutes es cartes jouabes
Éditorial
dans ’ensembe des conlîts (Syrîe, Lîban, Yémen…) pour sortîr de ’îso-ement auque es cantonnent depuîs pusîeurs décennîes es puîssances occîdentaes et eur aîé saoudîen. Pour ’Arabîe, î s’agît de conjurer e spectre d’une domînatîon îranîenne, et peut-être demaîn îrano-russe. Pour a Turquîe, î s’agît de se découper une pace nouvee dans a régîon, après ’échec subî à a foîs dans e rapprochement avec ’Unîon européenne et au moment des prîntemps arabes, qu’Ankara avaît trop vîte vus comme fon-dateurs d’une surface dîpomatîque éargîe. Pour a France enin, î s’agîraît putôt de rendre caîre une stratégîe luctuante depuîs presque deuX décen-nîes, dans une conjoncture où ee n’apparaît pas décîsîve, dans une régîon où, pourtant, ’hérîtage du passé sembaît ’învîter à un grand rôe.
Reevons, en passant, qu’au nombre des puîssances détermînantes dans a régîon ne igure pas, ne igure pus, ’Unîon européenne… Maîs quî s’en soucîe, à-bas, et îcî ?
***
Queques jours après a parutîon de ce numéro dePolitique étrangère, es éecteurs du Royaume-Unî décîderont de demeurer dans ’UE, ou de a répudîer. Avant même ’anayse du résutat, c’est ’événement du réfé-rendum quî faît sens ; î eXprîme un faît înattendu : a réversîbîîté de ’appartenance à ’UE, et ’Unîon a déjà été profondément transformée, à a foîs par a négocîatîon pré-référendum, et par es mutîpes crîses de ces dernîères années.
Éargîe très vîte sur pressîon de ’hîstoîre, et sans qu’on aît vraîment pensé es condîtîons des éargîssements successîfs, ’Unîon européenne est devenue înstîtutîonneement îngouvernabe, maîs pîre – car es înstî-tutîons peuvent toujours s’adapter – absoument hétérogène, regroupant des pays sî dîvers en taîes, en posîtîons, en hérîtages, qu’îs ne peuvent s’accorder que sur une vîsîon mînîmae de eur coeXîstence. Loîn d’avoîr enracîné dans a in de a guerre froîde un projet européen goba, unîssant es peupes au-deà de ’organîsatîon d’une pure cohabîtatîon négocîée, es deuX dernîères décennîes ont reâché a dynamîque du projet pour n’en aîsser subsîster, pour a pupart des États-membres, qu’une vîsîon utîîtaîre (es aîdes) et contractuee (’UE comme système d’accords entre États). On est oîn désormaîs du projetmoralde constructîon d’une Europe soîdaîre, susceptîbe d’assurer des responsabîîtés coectîves quî corres-pondent à sa rîchesse et à sa puîssance.
L’Unîon européenne seraît-ee en traîn de se défaîre par es peupes – e pîre des scénarîos ? Les înstîtutîons tîennent, es gouvernements contînuent
7
8
politiqueétrangère2:2016
à négocîer, maîs e sens même de a constructîon européenne – hasarde-t-on encore e terme d’« întégratîon » ? – se perd dans a chevauchée des popuîsmes antî-BruXees, de toutes coueurs, de toutes natures. La rubrîqueContrechampsde ce numéro s’attache à ces gîssements vers des dîscours poîtîques quî renvoîent au natîona dans ce qu’î peut avoîr de pus dangereuX, et vers de nouvees dîvîsîons de ’Europe des vîngt-huît.
***
L’actuaîté înternatîonae est aussî faîte d’încertîtudes sur certaînes grandes négocîatîons commercîaes înternatîonaes. Les évoutîons euro-péennes et a campagne présîdentîee amérîcaîne remettent en cause, sur des prémîsses fort dîfférentes, ’appîcatîon du traîté trans-Pacîique, et a négocîatîon d’un traîté euro-amérîcaîn quî concerneraît pour ’essentîe es barrîères non-tarîfaîres auX échanges (normes, etc.) Un peu partout se négocîent pourtant des accords commercîauX purîatérauX, întermé-dîaîres entre accords bîatérauX et accords mutîatérauX (dans a ogîque de ’OMC par eXempe). Que monde dessînent ces accords, ces refus d’accords ? Que nous dîsent-îs sur a gobaîsatîon de demaîn, sur es dynamîques de déveoppement des uns et des autres ?
Ces troîs thèmes – es recomposîtîons du Moyen-Orîent, es crîses européennes, es anayses contradîctoîres de ’organîsatîon des échanges înternatîonauX – redessînent e monde. Parce que e Moyen-Orîent reste détermînant pour pusîeurs régîons-cé de a panète. Parce que e projet e européen est et demeure a percée révoutîonnaîre du xx sîèce en matîère d’organîsatîon înternatîonae, et tout sîmpement d’organîsatîon de a paîX. Et que sa réaîsatîon de ong terme pourraît être menacée par es dysfonctîonnements de court terme. Parce que e déveoppement et ’orga-nîsatîon des échanges dessîne argement e vîsage, avenant ou non, de a mondîaîsatîon. Sur ces troîs thèmes, es moîs prochaîns seront éoquents, sans doute décîsîfs.
politiqueétrangère
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.