Napoléon et la noblesse d'Empire

De
Publié par

Qui d’autre mieux que Jean Tulard, spécialiste du monde napoléonien, aurait pu nous livrer cette magistrale synthèse sur la noblesse d’Empire ? À travers quatre parties (Les noblesses avortées ; La création de la noblesse ; Être noble sous l’Empire ; L’échec), il brosse un tableau complet de ce phénomène et fait progresser d’une manière significative la connaissance de cette « caste » entre 1804 et 1815. Fils d’une Révolution dont l’un des premiers gestes fut d’abolir les privilèges de l’ancienne noblesse, Bonaparte comprit rapidement que s’il voulait durer, il lui fallait étayer son autorité en recréant une noblesse composée de dignitaires du nouveau régime. La tâche n’était pourtant pas aisée. Les contradictions étaient pléthore : comment attirer à soi une bourgeoisie imbue d’idées anti-nobiliaires ? Comment faire accepter aux notables qui l’avaient porté au pouvoir un régime toujours plus autoritaire ? Comment, enfin, respecter les situations acquises tout en apparaissant comme l’unique dispensateur des honneurs et des bienfaits matériels. La voie était singulièrement étroite parmi tant d’exigences contradictoires. D’où une démarche hésitante de la part de l’Empereur. La Légion d’honneur fut vite dépréciée par l’inflation des nominations ; les « sénatoreries » viagères, qui devaient permettre à leurs détenteurs de bénéficier d’une rente, ne fonctionnèrent jamais correctement ; les titres enfin, distribués trop largement aux bons serviteurs, civils ou militaires, ne réussirent jamais à transformer ces hommes en obligés du régime. Difficile compromis entre le goût des Français pour les honneurs et leur refus des privilèges, la noblesse d’Empire n’eut d’assises solides, ni d’un point de vue social, ni d’un point de vue politique.
Publié le : vendredi 4 avril 2003
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021016859
Nombre de pages : 420
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
© Éditions Tallandier, 1979, 1986, 2001. © Tallandier Éditions, 2003, pour la présente édition. 18, rue Dauphine – 75006 Paris
EAN : 979-1-02101-663-7
www.centrenationaldulivre.fr
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Préface
L’histoire de la noblesse d’Empire ne cesse de fasciner : c’est une histoire en mouvement. En 1974, lorsque parut la première édition de ce livre, cette histoire se limitait à la généalogie et à l’héraldique. L’Armorial du premier Empirede Révérend en était la bible, une bible au demeurant contestée. Il importait donc, en 1974, d’établir une distinction entre une noblesse fondée sur les lettres patentes et celle qui ne reposait que sur un décret, sans examen ultérieur par le Conseil du sceau des titres, sans parler d’une fausse noblesse accréditée parfois par certains historiens. Un tri était indispensable. Il fallait aussi replacer cette nouvelle noblesse ans la société issue de la Révolution, une société de notables où l’agent primait la naissance. À la généalogie et à l’héraldique venaient s’ajouter l’économie et la sociologie, l’histoire politique et celle des mentalités. Une nouvelle édition en 1986 autorise quelques améliorations du texte et permit de réparer dans la liste des nobles quelques oublis tenant à des lacunes dans les archives du conseil du sceau des titres, sans glisse jamais dans la complaisance. Une telle liste n’a de sens que rigoureuse. L’ouvrage fut pionnier. Il a été le point de départ de nombreux travaux qui en complétèrent, nuancèrent ou corrigèrent les conclusions. De là une réédition en 2001 qui engloba dans une note finale les nouveaux aperçus sur l’aristocratie impériale. La vague s’est amplifiée avec l’entrée dans les bicentenaires napoléoniens. Ainsi la Légion d’honneur a-t-elle suscité en 2002 un nombre impressionnant de colloques et de publications comme le remarquable ouvrage d’André Damien, qui ont enrichi nos connaissances et justifient cette nouvelle édition.
Jean Tulard Janvier 2003
Retrouvez tous nos ouvrages surwww.tallandier.com
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.