Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Narration de mon voyage en Italie

De
57 pages

En arrivant à Rome, nous nous sommes rendsu au Vatican pour savoir si nous pouvions être reçus par Sa Sainteté. Ayant eu une réponse affirmative, en attendant le moment de la réception, nous allâmes assister, dans Saint-Pierre même, à une messe chantée en l’honneur de la saint Léon, fête du Pape. Il me serait difficile de dire l’impression que j’ai ressentie en entrant dans cette cathédrale à nulle autre pareille. La messe fut admirablement chantée par les chantres de la chapelle Sixtine, dont les voix pures et vibrantes vous remplissent l’âme de douces émotions.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Metz-la-Lorraine

de collection-xix

Jours lointains

de Troubadour

Voyage en Orient - Tome 1

de les-editions-de-londres

Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

J. Saujeon

Narration de mon voyage en Italie

A SA GRANDEUR

 

MONSEIGNEUR DE LA BOUILLERIE

 

 

 

MONSEIGNEUR,

 

Permettez-moi de vous offrir humblement la dédicace de de cette courte Narration sur mon Voyage en Italie ; que Votre Grandeur daigne l’accepter et bénir la brochure et l’auteur.

Dans cette attente pleine de confiance, je suis, avec le plus profond respect,

 

Monseigneur,

 

de Votre Grandeur, le très-humble et très-obéissant serviteur.

 

J. SAUJEON PÈRE.

Depuis bien des années j’avais le vif désir de visiter cette Italie tant vantée par les touristes,. par les poètes et par les romanciers ; je voulais voir par moi-même si ce ciel de la patrie de tant de grands hommes en tous genres était vraiment aussi bleu, aussi pur qu’on le disait ; je voulais connaître cette terre hospitalière, je voulais surtout contempler Rome, et recevoir, si possible était, la bénédiction paternelle du Vicaire de Jésus-Christ.

Je quittais donc Bordeaux vers la fin du mois de mars de cette année pour entreprendre, avec un de mes fils, ce long voyage qui, grâce aux voies ferrées, s’effectue dans de très-douces conditions. En arrivant à Nice, nous fûmes frappés de l’aspect grandiose de cette ville bâtie par les Marseillais, au pied des Alpes et au bord de la Méditerranée. Ses villas et ses hôtels sont élégants et gracieux à la fois ; les orangers, les citronniers et une grande variété d’autres fleurs lui donnent un air tout à fait coquet ; ses promenades, surtout celle des Anglais, sont charmantes. Il semble que le ciel bleu de l’Italie se mire dans les flots de la mer dont elle est un des ports les plus gracieux.

 

De Nice nous allons à Gênes, en traversant la petite principauté de Monaco que l’on aperçoit bâtie sur un rocher du golfe de Gênes. Je jetai un regard de compassion sur cette ville, où, hélas ! tant de fortunes ont été englouties et où l’honneur de bien des familles a roulé sur. le tapis vert.

Nous voici donc à Gênes, ville qui a joué un si grand rôle dans l’histoire. Elle est située au fond du golfe dont elle porte le nom ; elle est bâtie en amphithéâtre. L’aspect de cette cité est tout à fait grandiose, surtout quand on la voit du côté de la mer ; c’est ce qui l’a fait surnommer la Superbe.

La plupart des villes d’Italie rappellent de si grands souvenirs, que, sans en vouloir faire l’histoire, je ne puis m’empêcher d’en dire quelques mots ; car celui qui voit apprend bien plus que celui qui est obligé de s’en rapporter à ce qui est dit dans les livres ; puis les ciceroni qui sont habitués aux voyageurs vous donnent de parfaites explications.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin