Natacha

De
Publié par

Toute migration collective traduit une somme d'aventures particulières à l'image de celle de Natacha, exilée. Des bords de la Neva tsariste à la vie parisienne, via Constantinople, elle prend finalement racine en Bretagne, puis en Vendée. Malgré les drames, Nata assume dignement son intégration progressive et réussie. Elle trouvera l'amitié avec Betty, l'amour avec Jean, la filiation avec une famille française revenue d'Algérie. Son existence témoigne d'une force d'âme qu'il nous faut méditer.
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782336396996
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nicole Lucas et Danielle Ohana
Natacha Coeur d’exil
Préface d’Emmanuelle Loyer
L O G I Q U E S S O C I A L E S
Série Documents
Natacha
Cœur d’exil
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Claude GIRAUD,? Sociologie d’uneQu’est-ce que transmettre pratique, 2015. Martine SAS-BARONDEAU,La face cachée de la parentalité. Une approche sociologique de l’accompagnement de la fonction parentale, 2015. Emmanuel GARRIGUES,L’adolescence, sa culture et ses valeurs après Mai 68,2015. Gérard LAMBERT,Le mitard. Une approche sociologique de la discipline pénitentiaire, 2015. Sandrine GAYMARD et Teodor TIPLICA (dir.),Sécurité, éducation et mobilités, Maîtrise des risques et prévention 2, 2015. Sandrine GAYMARD et Teodor TIPLICA (dir.),Sécurité des déplacements, protection des usagers et de l’environnement, Maîtrise des risques et prévention 1 – Travel safety, user and environment protection. Risk control and prevention, 2015. Isabelle PAPIEAU,Les années 80, Miroirs de l’époque « »Art déco , 2015. Yannick BRUN-PICARD,Agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM). Personnification d’une interface éducative, 2015. Kaveh DASTOOREH,Vers une sociologie foucaldienne, Réunir l’objectivation et la subjectivation, 2015. Alexandre BRARD,Recompositions territoriale en Outre-mer ou le Collectif dans l’action publique, 2015. Denis LAFORGUE,Essai de sociologie institutionnaliste, 2015.
Nicole Lucas et Danielle Ohana Natacha
Cœur d’exil
Préface d’Emmanuelle Loyer
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07834-2 EAN : 9782343078342
PREFACE
Depuis une trentaine d'années, le « récit de vie » a conquis sa place dans l'univers narratif des sciences sociales et de l'histoire. La leçon de la micro-histoire continue à produire ses effets : à l'échelle d'un individu ou d'un groupe d'individus, on voit la dialectique des contraintes sociales et des marges de liberté fonctionner différemment. Le monde des exilés se prête particulièrement à ce type d'appropriation. Bien que très encadrés et souvent déterminés par des logiques de sélection impitoyables, les ème itinéraires de ces nouveaux damnés de la terre du 20 siècle laissent une place insigne au hasard des rencontres et aux fluctuations des législations, à l'imprévisible de l'Histoire. C'est une de ces vies chahutées qui est contée ici : celle de Natacha Onichtenko (1911-2003) quittant, encore enfant, la Russie éternelle dans le grand chaos révolutionnaire vers Constantinople, puis, grâce à des chaînes de solidarité internationales déjà en place, vers Paris, lieu d'aimantation de l'exil dit "russe blanc" (le père de Natacha était un officier de l'armée de Wrangel). A Paris, apatrides, puis finalement dotés d'un passeport Nansen, les Onichtenko vont devoir « refaire leur vie ». Au mythe coloré et romanesque du monde russe blanc de la capitale, ce récit exprime en mode mineur une survie plus difficultueuse, entre la pauvreté qui affleure et la xénophobie qu'avive la crise des années 1930, en attendant la grande trahison des années de Vichy où les réfugiés juifs se retrouvent pris dans la nasse française. Natacha n'est pas juive. Les auteures ne cachent pas qu'elle est même un peu antisémite, mais la rencontre d'une famille juive russe à Constantinople rebat les cartes de l'identité culturelle d'une famille russe bien née et fait éclater un antisémitisme de l'ignorance face aux douleurs partagées. C'est ainsi que ce livre qui raconte avec une grande tendresse la vie d'une femme tisse également la vie d'autres exilés. Exil de
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.