Cette publication est uniquement disponible à l'achat
NOU
V EA UX EC RTS POPU A R E S DE PSY C OO G E
57
rue
de
© LHarmattan  l É colePolytechnique ;
755
http:wwwlibrairieharmattancom diffusionharmattan@wanadoofr harmattan@wanadoofr
IS B N : 97896973 EA N : 97896973
Paris
A lfred B N E T
NOUVE A UX E C RITS POPUL A IRES DE PSY C HOLOGIE
Publiés dans la Revue de 89495
s Re
vues
ŒV E C  E
V
Les résurrections de la mémoire La mémoire de l’enfant et celle de l’adulte C onnaistoi toimême L’émotion chez les acteurs La question des études classiques Le premier devoir de l’éducation physique Le sexe et l’âge de l’écriture Le problème des enfants anormaux
C ollection E nylopéi syhologiqu ré pr r os La psychologie est aujourd’hui la science fondamentale de l’homme moral Son histoire a réellement commencé à être écrite au cours du XIX e siècle par des pionniers dont les œuvres sont encore souvent citées mais bien trop rarement lues et étudiées L’objectif de cette encyclopédie est de rendre accessible au plus grand nombre ces écrits d’un autre siècle qui ont contribué à l’autonomie de la psychologie en tant que discipline scientifique C ette collection rassemblant les textes majeurs des plus grands psychologues est orientée vers la réédition des ouvrages classiques de psychologie qu’il est difficile de se procurer aujourd’hui D u mêm utur A B IN E T Psychologie de la mémoire Œuvres choisies I 3 A B IN E T  Th SIMON Le premier test d’intelligence O C  II 95 A B IN E T L’étude expérimentale de l’intelligence 93 4 A B IN E T  Th SIMON Le développement de l’intelligence O C  III 98A B IN E T La graphologie : Les révélations de l’écriture 96 4 A B IN E T La suggestibilité 9 4 A B IN E T  V H E NRI La fatigue intellectuelle 898 5 A B IN E T Psychologie des grands calculateurs et joueurs d’échecs 894 A B IN E T La psychologie du raisonnement 886 5 A B IN E T L’âme et le corps 95 5 A B IN E T  C h R É  Le magnétisme animal 887 6 A B IN E T Introduction à la psychologie expérimentale 894 6 A B IN E T  Th SIMON La mesure de développement de l’intelligence 97A B IN E T Psychologie de la création littéraire O E uvres C hoisies IV 7 A B IN E T  Th SIMON Les enfants anormaux 97 8 A B IN E T E tudes de psychologie expérimentale 888 9 A B IN E T Les idées modernes chez les enfants 99  A B IN E T La psychologie individuelle O E uvres C hoisies V  H BEA UNIS  A B IN E T  Travaux du laboratoire 89893 
D rnièrs prutions JM C H A R C OT Leçons sur les maladies du système nerveux 87 H H E LMHOLTZ Optique physiologique 856866 3 vol 9 A C OMT E C ours de philosophie positive 8384 3 vol 9 A  M J PUYS EG UR Suite des mémoires… 785 9 V C OUSIND e la méthode en psychologie 86833  W J A M E S Habitude et mémoire Œuvres choisies II  W J A M E S L’intelligence Œuvres choisies III  H EBB IN G H A US La mémoire 885 
Introduction
Par Serge NI C OL A S Universié Paris D escares
Nous proposons ici une nouvelle sélection 1 d’ écrits populaires peu connus et difficilement accessibles d’ A lfred B inet (1857-1911), parus dans la Revue des Revues entre 1894 et 1905, qui sont représentatifs des recherches de l’ auteur durant cette période 2 . C e journal périodique, qui portera le nom de La Revue à partir de 1900, était dirigé depuis 1890 par Jean F inot (1858-1922, un avocat d’origine polonaise de son véritable nom Jean F inckelhaus) émigré en F rance. La contribution de B inet à la revue de F inot avait pour objectif de montrer l’apport de la psychologie expérimentale à diverses questions de l’époque. La première intervention de B inet débute avec la parution en 1894 de deux articles 3 courts sur la psychologie de la mémoire humaine, à une époque où la scolarisation des enfants était devenue obligatoire depu is quelques années et les difficultés d’apprentissage chez certains enfants de plus en plus problématiques. C omment mesurer la mémoire des enfants ? C ’est à cette période que B inet développe d’importants
1 Pour une première sélection d’écrits populaires de psychologie : B inet, A . (2011). E crits populaires de psychologie (1891-1894) . Paris : L’Harmattan. 2 Nicolas, S., G ras, D ., & Se ui, J. 2011 . A lfred B inet et le laboratoire de Ps cholo ie de la Sorbonne. L’ A nnée Ps cholo i ue , 111 , 293-327. Nicolas, S., & Sanitioso, R. B . 2012 . A lfred B inet and experimental psychology at the Sorbonne laboratory. History of Psychology , à paraître. 3 B inet, A . (1894). Les résurrections de la mémoire. Revue des Revues , 10 , 1 er septembre, 353-357. B inet, A . 194. La mémoire de l’enfant et celle de l’adulte. Revue des Revues , 11 , 15 décembre, 441-447.
- 5 -
travaux expérimentaux dans ce domaine 4 qui font encore la renommée de B inet aujourd’hui. E n 1896 paraît une importante note 5 de B inet sur la psychologie individuelle. Il y soutient que les individus, à moins d'être des anormaux ou des malades, diffèrent très peu par les fonctions élémentaires de l’esprit (sensations et perceptions). Les différences individuelles sont plutôt à chercher dans la manière de se souvenir, de comprendre, d'imaginer, d'expliquer, de s'émouvoir ; c'est dans ces fonctions supérieures qu'il faut chercher le cachet de l'individu. Par conséquent toutes les épreuves destinées à mesurer les différences inter-individuelles doivent porter sur les opérations mentales complexes. L’article suivant est le résultat d’une longue enquête 6 publiée simultanément en 1897 dans la Revue des Revues et dans L’ A nnée Psychologique sur l’émotion chez les acteurs. C e thème s’inscrit aussi dans le cadre de la psychologie individuelle. B inet s’est plus particulièrement intéressé ici au paradoxe de D iderot selon lequel un grand acteur ne doit pas être sensible et donc ne doit pas éprouver les émotions qu'il exprime. La psychologie individuelle est présentée dans l’article 7 suivant de 1898 sous le thème des différents types d'intelligence. Selon B inet, les élèves peuvent présenter trois aptitudes différentes qui sont : l'esprit littéraire, l'esprit scientifique et l'esprit artistique. A tous les esprits, quels qu'ils soient, il faut donner quelques rudiments d'enseignement littéraire et d'enseignement scientifique ; mais s'il s'agit de culture intensive, s'il s'agit d'un enseignement élevé, supérieur, il faut réserver l’ enseignement classique aux esprits littéraires, et l'enseignement moderne aux esprits scientifiques. C omme pour l’article précédent, celui de 1899 8 est écrit dans le contexte d’une polémique de l’é poque afin de montrer ce que la psychologie de laboratoire peut apporter comme réponse aux questions de société : la réorganisation de l'éducation physique dans les établissements
4 Nicolas, S. (1994). La mémoire dans lœuvre d A lfred B inet . L' A nnée Psychologique , 94 , 257-282 . 5 B inet, A . (1896). C onnais toi toi-même. Revue des Revues , 19 , 1 er décembre, 419-423. 6 B inet, A . 197. L’émotion chez les acteurs. Réflexions sur le paradoxe de D iderot. Revue des Revues , 21 , 1 er mai, 214-226. 7 B inet, A . (1898). La questi on des études classiques d’après la psychologie expérimentale. Revue des Revues , 26 , 1 er septembre, 461-469. 8 B inet, A . 199. Le premier devoir de l’éducation physique. Revue des Revues , 28 , 15 mars, 597-609.
- 6 -
denseignement. Il y souligne qu’a vant d'instituer la moindre discussion sur l'éducation physique des enfants et des jeunes gens, il faut d’abord songer à mesurer leur force physique et à surveiller leur développement physique. La surveillance de la croissance physique des enfants est nécessaire surtout pour savoir si le développement de l'enfant se fait normalement, ou s'il est très rapide, ou s'il est retardé ou arrêté ; c'est en étudiant les différents chiffres de ce développement physique qu'on peut porter un jugement exact sur le genre et sur la quantité d'études intellectuelles et d'exercices physiques qu'il faut conseiller. Les deux articles 9 suivants (1903 et 1904) portent sur une question qui a beaucoup intéressé B inet entre 1903 et 1906 : la graphologie. La Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant qu’il prési de voit la création en mars 1903 d’une commission de graphologie. D ans ce contexte, il va multiplier les expériences et se convaincre de l’importance de cette nouvelle science représentée à cette époque par Jules C répieux-Jamin (1859-1940), le véritable fondateur de la graphologie moderne et le premier à avoir défini une méthode rationnelle de la graphologie. C e sont les minutieuses études réalisées en collaboration avec C répieux-Jamin, d’abord sur la question du sexe puis de l’âge de l’écriture, qui vont convaincre B inet de l’importance de la graphologie pour l’étude de l’intelligence. La pu blication en 1905 de l’article 10 de B inet sur le problème des enfants anormaux prend son origine dans l’arrêté du 4 octobre 1904 de Joseph C haumié (1849-1919), alors mini stre de l’Instruction publique et des B eaux-arts, qui avait pour objectif l’ouverture de classes spéciales ouvertes pour les enfants présentant un retard intellectuel. D ans cet arrêté, il était spécifié la mise en place d’une commission interministérielle, qui comprenait des spécialistes de l’enfance anormale, des r eprésentants du ministère de l’I ntér ieur et des représentants de l’I nstruction publique. C ette commission, où siégea B inet, fut créée sous la présidence de Léon B ourgeois (1851-1925. Il s’agit d u premier article écrit par B inet sur le problème des enfants anormaux où il propose de réaliser un examen psychologique des enfants en utilisant un test d’intelligence. « A yant, pour ma part, collaboré déjà à beaucoup de recherches de ce genre, je puis rappeler le principe fondamental qui doit les diriger : toute épreuve n'a de
9 B inet, A . 1903. Le sexe de l’écriture. La Revue , 47 , 1 er octobre, 17-36. B inet, A . (1904). L’âge de l’écriture . La Revue , 48 , 15 janvier, 182-195 ; 31 janvier, 326-341. 10 B inet, A . (1905). Le problème des enfants anormaux. La Revue , 54 1 er février, 308-322. ,
- 7 -
valeur que si on compare rigoureusement dans les mêmes conditions le prétendu anormal, qu'il faut juger, à un normal de même âge. Principe tellement évident qu'il n'a pas besoin de démonstration ; cependant, on n'y a jamais pensé, et je crois même être le premier qui l'ait formulé. »
Serge N C O A S Professeur d’ histoire de la psychologie et de psychologie expérimentale Université Paris D escartes. D irecteur de L’ A nnée psychologique Institut de psychologie Laboratoire Mémoire et C ognition , 71, avenue E douard Vaillant 92774 B oulogne-B illancourt C edex, F rance
es résurrecions de la mémoire 11 A lfred B IN E T 1 er septembre 1894
[353] La presse anglaise s'est occupée, dans ces derniers temps, des désordres de la mémoire. C e sont des questions qui intéressent tou ours les amateurs d'excentricités s cholo i ues ; et il faut bien avouer, u'en énéral, les écrivains a outent au caractère étran e et merveilleux de ces hénomènes, en les résentant sans commentaires et sans ex lications. Si l'on s'a li ue, au contraire, our la satisfaction de son esprit, à mettre en série les désordres de la mémoire et à les rattacher aux faits de la vie normale, on s'aperçoit vite que le merveilleux se dissipe et u'on se trouve en résence de faits intelli ibles. Parmi les manifestations les lus curieuses de la mémoire, on eut citer les résurrections de souvenirs anciens, dans des circonstances exce tionnelles ; ces circonstances exce tionnelles sont multi les : les intoxications d'abord, puis les états pathologiques, les états de rêve et d'hypnotisme, les états émotionnels violents, l'approche de la mort, etc. E n voici quelques exemples : C hacun a u remar uer ue l'ivresse laisse a rès elle de va ues souvenirs : la lu art des individus arrêtés our délits commis endant l'ivresse, cherchent à se tirer d'affaire, en déclarant u'ils ne se souviennent plus de rien. Il y a quelque vérité dans ce moyen de défense. On a souvent fait l'expérience de citer un nom, une date, un fait quelconque à une personne légèrement prise de vin, en lui portant le défi 11 B inet, A . (1894). Les résurrections de la mémoire. Revue des Revues , 10 , 1 er septembre, 353-357.
- 9 -
de se ra eler ce souvenir le lendemain ; le lendemain, le souvenir a complètement disparu. [354] Les ouvrages de psychologie citent tous l'histoire d'un commissionnaire qui, étant complètement ivre, fait des courses et distribue un certain nombre de a uets ; le lendemain, en re renant l'usa e de sa raison, il était inca able de dire ce u'il avait fait des a uets ; mais, chose curieuse, a ant bu de nouveau, il se ra ela endant sa seconde ivresse, tous les incidents de la remière. A ussi, sous l'influence de l'excitation produite par l'alcool, des souvenirs qui semblent perdus renaissent. On a vu pareille chose pendant des accès de fièvre, et surtout endant le somnambulisme ; comme on eut au ourd'hui rovo uer, très facilement, le somnambulisme chez certaines ersonnes, on a fait, sur des désordres de la mémoire, des ex ériences méthodi ues ui sont lus récises et lus com lètes ue les observations. Quand une personne entre dans cette vie mentale particulière qu'on appelle le somnambulisme, sa mémoire s'agrandit ; à l'état de veille, elle serait inca able, le lus souvent, de se ra eler ce u'elle a dit, vu et é rouvé endant les somnambulismes antérieurs ; mais dans le somnambulisme nouveau, tout ce assé s'éclaire et redevient conscient. Tout le monde connaît, au moins de nom, une h stéri ue célèbre, du nom de F élida, ui a été lon uement étudiée ar M. A zam, médecin de B ordeaux. F élida avait deux existences morales, dans lesquelles elle passait successivement, a rès des crises d'h stérie ; dans chacune de ces crises, son caractère chan eait ; ai, rieur, insouciant dans l'une, il devenait sévère et triste dans l'autre ; de lus, et c'est à ce oint ue nous voulons en venir, chacune de ces existences avait sa mémoire sé arée. F élida ne se ra elait as ce u'elle avait fait endant une condition différente de celle où elle se trouvait : ainsi, à certains moments, elle ne reconnaissait pas son chien, son médecin, ses amis, uis tout cela redevenait conscient dans un nouvel état : c'est ce u'on a elle des hénomènes de mémoire alternante. On lit de tem s en tem s dans les ournaux, l'histoire de uel ue individu ui, sans cause connue, uitte brus uement ses occu ations et sa ville, dis araît sans laisser de traces ; on reste sans nouvelles endant quelques jours ; puis le voyageur [355] revient, et il ne peut rien raconter de son vo a e ; il ne sait as donner l'em loi de son tem s ; il est comme un dormeur ui s'éveille a rès un lon sommeil sans rêves. Le lus souvent, il a erdu, en vo a e, une artie de ses vêtements et son ar ent. Les individus aux uels arrivent de areilles aventures sont des hystériques ou des épileptiques. S'ils sont hypnotisables, il faut chercher à
- 10 -