Ombres et lumière (Tome III)

De
Publié par

Dans ce troisième tome d'une série de trois, consacrée à la crise des élites en France, l'auteur puise dans l'expérience d'une longue carrière les éléments d'une analyse approfondie. Quelles sont, dans les dysfonctionnement de la société française, les responsabilités respectives des hommes et des structures ? L'égalitarisme républicain et l'omniprésence de l'Etat, responsable des archaïsmes de la fonction publique, sont interrogés.
Publié le : jeudi 1 avril 2010
Lecture(s) : 42
EAN13 : 9782296257054
Nombre de pages : 249
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sommaire
Préface............................................................................. 13
Avant-propos .................................................................. 17
Bibliographie................................................................... 24
Introduction ....................................................................25
Chapitre 1La France, puissance de second rang ........ 29
De la dissuasion nucléaire au retardtechnologique ...........29
Des coopérations insuffisantes ..........................................32
La faiblesse stratégique.....................................................36
Mais oùsontles puissances d’antan?...............................39
Bibliographie................................................................... 40
Chapitre 2Les Trente Glorieuses et les suivantes....... 43
Après-guerre, le renouveau français.................................. 43
Pourquoi la quatrième ou cinquième puissance mondiale
connaît-elle un chômage voisin de 10 % ? ........................... 46
L’entreprise française ....................................................... 47
L’Élite etl’entreprise........................................................ 50
Une logique de service public ...........................................53
L’avenir dusecteur public................................................. 54
Bibliographie................................................................... 56
Chapitre 3L’échec sur le marché ................................ 59
En attendantlet59éléphone ..................................................
Un redressement tardif......................................................65
Des élites enfin audibles ...................................................66
Informatique,un motfrançais ...........................................68

7

Un échec durable..............................................................70
Des élites mal préparées.................................................... 73
Le retard en biotechnologies .............................................74
Talents détournés, élites découragées................................78
Bibliographie................................................................... 82
Chapitre 4L’État pervers............................................ 83
Le CréditLyonnais ...........................................................83
La création d’entreprise .................................................... 86
L’espritd’entreprise.......................................................... 88
L’aide à la production cinématographique [4]................... 90
Un modèle pervers ?......................................................... 95
Bibliographie................................................................... 98
Chapitre 5La France malade de sa recherche ...........101
La recherche,une activité multiforme ..............................102
L’explosion de la recherche contemporaine .....................105
Le déclin français ............................................................107
Un nouveaumarché international :celui de la connaissance
........................................................................................111
La recherche etl’entreprise..............................................114
Bibliographie..................................................................116
Chapitre 6Radiographie du système françaisde
recherche et d’innovation..............................................119
Une dépense insuffisante etmal répartie ..........................119
Les acteurs de la recherche publique ................................123
Le CNRS,un organisme pervers maisincontournable.....125

8

L’université etla recherche..............................................130
Les grandes écoles etla recherche....................................133
La société française etle savoir........................................137
Oùestla politique scientifique française ? .......................139
Médias, science etdémocratie..........................................141
Le système français de recherche etd’innovation.............142
La perception de la crise actuelle .....................................144
Bibliographie..................................................................148
Chapitre 7Héritiers et boursiers : le rêve français ....149
Un constatd’échec...........................................................149
L’utopieunitaire ..............................................................152
Des filières d’excellence étanches....................................156
Le poids de l’Éducation nationale ....................................158
La reproduction des élites ................................................160
La gratuité de l’enseignement..........................................163
Ascenseur et dynasties.....................................................165
L’impossible débat..........................................................166
Existe-t-ilun rêve français ? ............................................169
Bibliographie..................................................................171
Chapitre 8L’obsession centralisatrice........................173
Le centralisme,une constante de l’Histoire deFrance .....173
Une marqu.....................................................1e indélébile75
Une saine réaction : laDATAR .......................................177
Les bons côtés ducentralisme..........................................179
Etles autres !...................................................................181

9

L’Étatobèse ....................................................................185
Étatligoté, société bloquée ..............................................188
Bibliographie..................................................................189
Chapitre 9L’utopie égalitaire.....................................191
La marchevers l’égalité...................................................191
Le poids de l’histoire .......................................................193
Égalitarisme etcentralisme. .............................................194
Égalitarisme etexcellence................................................196
Égalitarisme etévaluation................................................198
La discrimination positive................................................200
La cécité égalitaire...........................................................202
Égalitarisme etaltruisme..................................................202
Bibliographie..................................................................203
Chapitre 10La France immobile................................205
Mouvementetprogrès .....................................................205
Une France paisible .........................................................206
La révolte de Bercy..........................................................207
Les dérapages de la Justice ..............................................209
Des exceptions à l’immobilisme ......................................211
Des systèmes bloqués ......................................................213
Des organisations isolées .................................................214
Changer les structures......................................................217
Le millefeuille administratif.............................................219
Unevolonté politique défaillante .....................................221
La faute auxélit.........................................................es ?223

10

Lavigilance,valeur d’avenir............................................225
Bibliographie..................................................................226
Conclusion......................................................................229
Bibliographie..................................................................244
Index des noms propres.................................................245

11

Préface

Sous letitreOmbres et Lumières, Maurice Bernard publie
aujourd’hui letroisièmetome de sa magnifiquetrilogie sur les
élites françaises.
La question qu’il se pose estnaturelle etstimulante : quel a été
le rôle des élites dans les succès etles échecs de la société
française depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Mais la réponse estdifficile même si l’on escamote les débats
que peutsusciter chacun destermes de sa formulation.
Maurice Bernard lui-même suggère de l’élargir en
s’interrogeantsur la genèse historique de cette question, sur ses
e
spécificités aucours de la seconde moitié dusXX siècle,ur son
e
devenir auXXI siècle.
Sur cestrois aspects, je présenterai quelques hypothèses dontje
pense qu’elles devraientrenforcer l’intérêtde nombreuxlecteurs
potentiels pour ce livre.
• Que nous apprend l’histoire ?
Que la Révolution française n’a pas été seulementl’octroi aux
citoyens de la liberté etde l’égalité, mais l’écrasementdes corps
intermédiaires (qui d’ailleurs s’opposaientà latoute puissance
royale). Le renforcementde l’Étatnécessitaitalors la nomination
d’élites administratives etmilitaires résultantnon de la naissance,
mais de concours anonymes. Ce mode de sélection satisfaitle
besoin d’égalité, les concours étantanonymes etdonc leurs
résultats jugés légitimes. Remarquons aupassage que la
e
IV République a persévéré dans la mêmevoie en créantl’École
nationale d’administration.
Mais il estdeuxautres observations que suggère le passé :
• Les élites économiques sontabsentes duprocessus etc’est
contre elles que sontdirigées les attaques contre l’inégalité des
revenus, alors que la hiérarchie des rémunérations publiques n’est
guèreun sujetde débats.

13

e e
Le XIXsiècle etle XXsiècle apprennentaussi que le succès,
oul’échec, concerne rarementl’ensemble des élites quel que soit
leur domaine.
En 1870, l’insuffisante formation des élites militaires contribue
audésastre, alors que le Second Empire est une période de
renforcementde la qualité des élites économiques.
e
Dans les annéestrente duliXX siècle,ttérature etartfrançais
brillentde mille feuxetla science françaisetientson rangtandis
que les élites militaires sontsclérosées, la pensée économique
défaillante, le parlementarisme des notables pitoyable…
• Quelles leçons pouvons-noustirer duprésent, de 1945 à nos
jours ?
À la Libération, l’instauration d’un pouvoir politique faible et
souventdivisé, l’élargissementdudomaine de l’État, l’élimination
d’une partie des élites d’avant-guerre, ouvre auxjeunes générations
administrativesun large champ pour leur permettre d’animer la
reconstruction de la France. J’ai écrit,un jour,un peupar
provocation, que la France de cette époque avaitétéune «URSS
qui avaitréussi ». On le doitlargementauxélites qui setrouvaient
entre l’Étatet une sphère économiquetrès encadrée.
Dans les années 1970,une inversion se prépare. La conjonction
d’un exécutif plus fort, d’une ouverture internationale etdes
valeurs — d’ailleurs contradictoires — de 1968 redonne au
politique la première placetantauniveaunational qu’auniveau
local. À la notion de décision rationnelle inspirée par l’intérêt
général se substitue celle de décision politique légitime, même si
elle ne sertque les objectifs d’un lobby. Les élites administratives
ne s’y trompentles anciens de l’pas :ENA s’engouffrentdans la
vie politique etceuxde l’École Polytechnique quittent tôtla
fonction publique pour les multinationales. Simultanément,
l’évolution internationale de l’économie accroîtl’inégalité des
revenus privés audétrimentdes classes moyennes. Une inégalité
qui, dans les plus hauts revenustientbeaucoup moins auxconcours
passés qu’à la réussite professionnelle mesurée par les résultats
financiers des entreprises.

14

Simultanément, il semble que l’ascenseur social qui permettait
enune oudeuxgénérations la promotion dans l’élite des
descendants d’ouvriers oude paysans fonctionne moins bien.
Pourquoi ?Élargissementdes classes moyennes, la restriction des
bases ouvrières oupaysannes, la prédominance de la culture
générale à l’entrée à l’ENA, la diminution du prestige de l’État…
Dans le mêmetemps, insensiblementd’une manière peu visible
pour le grand public, les modes de recrutementse sontdiversifiés
etne se limitentplus auxfilièrestraditionnelles.
• Maurice Bernard nous incite aussi àune réflexion sur l’avenir.
Quelques pistes commencentà se dessiner :
— la mondialisation etl’européanisationtendentlentementà
rapprocher le système français de ceuxd’autres pays :
l’introduction destrois étapes L, M etD en Europe, la
généralisation de l’apprentissage des langues, les carrières hors de
France de nombreuxjeunes diplômés (les responsables de
multinationales reconnaissentd’ailleurs que les jeunes cadres
français réussissentplutôtmieuxà l’étranger que leurs collègues
d’autres nationalités).
— le glissementdans l’appareil économique des emplois
industriels ausens ancien du termevers des emplois de service à
hautevaleur ajoutée etsouventliés auxTics,
— l’explosion dusecteur médiatique oùles réussites sont
personnalisées etles enrichissements moins attribués à
l’exploitation ausens marxiste du terme.

Enfin, il fautmentionner que dans la fonction publique, la
tendance està la réduction dunombre de « corps » (un peuplus de
mille, me semble-t-il), l’un des exemples étantla fusion duCorps
des Mines etduCorps des Télécommunications.
J’espère que ces quelques remarques inciterontceuxqui
ouvrirontce livre à se plonger dans sa lecture. Comme les deux
précédents, il fourmille d’observations, d’interprétations,
d’interrogations qui ont un sens pourun Français de ce débutdu
e
XXI siècle.
Jacques Lesourne

15

Avant-propos

Pourquoi écrire? Faut-il, avantde prendre la plume, surtout
passé l’âge mûr, chercherune réponse à cette question ou tout
simplementsuivre son inclination ?Mon parcours personnel s’est
déroulé pour l’essentiel dansun monde oùl’on recherche assez
systématiquement, etprobablementà l’excès, la raison d’être des
choses etdes gens, aussi n’éluderai-je pas la question et
m’efforcerai-je d’avancer quelques réponses possibles.

De nos jourstoutle monde, oupresque, écrit:témoignages,
mémoires, récits, romans, biographies, essais. Si j’exclus les
écrivains professionnels etreconnus qui, pour la plupart,
continuentà laisser courir leur plume jusqu’àun âge avancé etne
prennentpas d’autre risque que celui devoir les critiques
institutionnels établir des comparaisons douloureuses — ce à quoi
ils ontdûs’accoutumer dès leur deuxième ouvrage — si je
considère les Français ordinaires, parmi lesquels je me range,
pourquoi sont-ils si nombreuxà manifester cett?e soif d’écrire
Pour chercher à s’extraire d’un certain anonymatet tenter de laisser
unetraceun peuplus pérenne que les inscriptions funéraires en
lesquelles, de nos jours d’ailleurs, on ne metplus guère d’espoir ?
Pourtantle livre, aujourd’hui, se consomme à grandevitesse,
comme n’importe quelle marchandise, etne séjourne pas
longtemps dans les gondoles des libraires. Alors admettons que nos
contemporains écrivent avant tout pour se faire plaisir et qu’il en
va de même pour moi.
*
Pourquoi écrire un livre sur l’Élite en France? Choisir ce
thème, n’est-ce pas déjà avoir établiune distinction entre les
hommes, entre ceuxqui en fontpartie etles autres ?Avoir admis
une inégalité entre les citoyens ?
Ce n’est pas ma démarche.Danstoutgroupe humain, sans
exception, on constate que certains individus jouent un rôle
prééminentqui les distingue clairementdes autres. Même les
sociétés animales sontnombreuses à montrer des différenciations

17

sociales qui rappellentle phénomène des élites. Etsi on doitfaire
la critique d’une société, donc de ses élites, mieux vauten
connaître les principales caractéristiques.
Danstoute civilisation les élites constituent un phénomène
social chargé de signification. La qualité des élites d’une nation, la
façon dontelles sontchoisies etformées, leur renouvellement,
leurs liens avec les différents groupes qui la composent, sont
étroitementliés auxstructures sociales etculturelles les plus
essentielles de la nation etainsi commandent, aumoins en partie,
son destin. Porter attentivementetde façon critique son regard sur
les élites de notre pays m’estapparu, nonune préoccupation
superficielle etfutile, maisune manièretransversale etpertinente
de s’interroger sur les problèmes importants de notre société,
notammentsur sa capacité à s’adapter aumonde rapidement
changeantdans lequel on s’accorde à penser que nous sommes
entrés.
Les quelques lignes qui précèdent,une première réponse à la
question posée, soulèventimmédiatement une interrogation :
qu’entend-on aujuste par le motélitDans lee ?urDictionnaire
critique de sociologie, Raymond Boudon etFrançois Bourricaud
[1] donnentà l’article en questionuntitre ambigu:Élite (s). Etils
commencentainsi :Faut-il écrire le mot au singulier ou au
pluriel ?Il me paraît tellementimportantque le lecteur etl’auteur
soientd’accord de manière précise sur le sens dumotque j’ai
adopté la convention suivante :
— Chaque fois que l’on se réfère auxindividus considérés
comme les meilleurs dans leur domaine onutilise le singulier. Si
on évoque les meilleurs mathématiciens français oules meilleurs
violonistes russes on dira l’élite des mathématiciens français ou
l’élite desviolonistes russes.
— Le pluriel sera réservé systématiquementausens des « élites
dirigeantes » oudes « classes dirigeantes ».
— Enfin, dans quelques rares cas oùl’on se réfère
simultanémentauxdeuxsens, onutilisera par convention le mot
« Élite » avecune majuscule.
*

18

Limiter le propos à la Franceva de soi. Le problème abordé à
l’échelle française estdéjà par lui-même immense,une étude
comparative internationale seraitd’une difficulté démesurée. Bien
sûr le cas français appelleun minimum de comparaisons
internationales, d’autantque le phénomène élitaire apparaîten
France bien différentde ce qu’il estdans les autres nations
développées.

Parce que les questions relatives auxélitestouchentà
pratiquement tous les aspects de la société, parce que cette
transversalité en recouvretoutes les problématiques et toute
l’évolution, l’ambition de cette approche peutsembler démesurée,
tantpar l’étendue duchamp couvertque par la diversité des
disciplines impliquées.

Délimiterunchamp trop vaste, c’estcourir le risque de ne
pouvoir le parcourir de manière efficace, c’estse condamner à
produireuntissu trop lâche. En s’étendantsur des exemples
nombreux, on risque de lasser le lecteur sans dégager, comme il
conviendrait, les idées essentielles.Au contraire, ne retenir qu’un
nombre limité de situations peut conduire à des généralisations
illégitimes. Un compromis a été nécessaire qui n’évite pas un
déséquilibre certain entre les domaines qui me sont les plus
familiers, sciences de la nature, techniques, et ceux qui me le sont
moins, médecine, droit, etc.

Cette démarche en outre amène àpénétrer simultanémentsur
les terres respectives des sociologues et des historiens.Les
problèmes liés auxélites sontrevendiqués naturellementpar les
premiers, qu’ils considèrentcomme situés pour l’essentiel sur leurs
terrains de chasse. Retranchés derrière leur expertise
professionnelle, leurtendance naturelle estde contester la
légitimité des réflexions menées hors de leur cénacle. Les seconds
s’attachentà l’évolution des sociétés : étudier les élites d’un peuple
oud’une nation, comprendre commentelles sontchoisies, formées,
renouvelées de génération en génération, commentelles ont
assumé leurs responsabilités, n’est-ce pas en définitive écrire
l’Histoire ou toutaumoinsune grande partie de l’Histoire ?
Laquelle de ces deuxcorporations sera la plustolérante ?Chaque
communauté intellectuelle projette les réalités qu’elle étudie,
c’est

19

à-dire l’objetmême de la science sociale, sur l’espace de sa propre
spécialisation professionnelle. Le partage duchamp des
connaissances entre les diverses disciplines faitaujourd’hui
apparaître entre elles des fossés si profonds que les spécialistes en
viennentà contester la légitimité detoutenjambement, detoute
tentative de synthèse.
La légitimité de l’auteur lui-même ? Plutôtque revendiquer, ou
nier, mon appartenance àtelle ou telle élite, je remarque
simplementqu’une carrière longue et variée m’a donné
l’opportunité de fréquenter de nombreuses personnes appartenantà
l’Élite de la société française,voire étrangère, de les observer à
loisir, parfois avec innocence. De plus, n’être ni sociologue, ni
historien confère l’avantage d’être plus libre, plus indépendant, de
pouvoir setenir à distance des clivages etdes cloisonnements que
la spécialisation etl’émiettementdes disciplines produisent
inévitablement.
*
S’estaussi posée à moi la question de la nature etde l’ampleur
dupropos envisagé. Pourtraiteruntel sujetde manière assez
complète, en comparant, notammentla société française à d’autres
sociétés eten observantson évolution historique, ne faut-il pas
envisagerune œuvretrès savante,tenantcompte detoutes les
théories existantes, des innombrables ouvrages professionnels déjà
publiés etdonc avoir assimiléune somme énorme de
connaissances ?À l’opposé, on auraitpuenvisagerun essai bref,
accrocheur si possible, capable d’attirerun public plus large, moins
spécialisé;le risque étaitalors d’être plus polémique qu’analyste,
plus léger que solide. Il restaitlavoie moyenne d’une réflexion
personnelle, limitée pour l’essentiel aucas des élites françaises, à
laquelle cependantmon expérience personnelle ajoute, c’estmon
espoir, quelquevaleur.
Ainsi délimité, le sujet reste encore si vaste que les travaux
antérieurs à prendre en compte sont innombrables. Viser une
certaine exhaustivité bibliographique serait illusoire sans même
éviter le risque de passer à côté d’un ouvrage important. J’en
appelle à l’indulgence dulecteur, le seul juge quivaille. Les

20

nombreuxtextes dontj’ai pris connaissance relèvent, en première
approximation detrois catégories distinctes :
— La première regroupe des ouvrages, livres, conférences,
discours, articles, dus à des professionnels dontl’activité se
déroule, en général, mais pastoujours, dans le cadre d’une
institution àvocation intellectuelle,université oucentre de
recherche, par exemple. Cestextes souvent« savants »,sont
spécialisés, c’est-à-dire limités àun champ assezréduitpour que
les résultats établis approchentd’une certaine exhaustivité.
Accompagnés d’une bibliographie abondante et souvent d’un
appareil critique considérable, chacun apporte sa contribution au
corpus du domaine étudié.Lestextes de cette catégorie, même s’ils
n’en ontpastoujours la forme exacte, onten généralvaleur de
publication scientifique. Leurs auteurs, qui engagentleur
réputation professionnelle, sontamenés à argumenter leurs
affirmations età citer leurs sources. Maisun auteur adhèretoujours
plus oumoins àun système de pensée, àune philosophie politique
déterminée ets’engage souventdans des débats idéologiques,voire
des polémiques. Je me suis souventappuyé sur des ouvrages de ce
type reprenantleurs données, parfois leurs arguments.
— Une autre classe de documentsutilisés estformée de livres,
brochures,textesvariés émanantd’une institution, service
administratif, grande école,université, etc., qui setrouve partie
prenante auproblème posé. Dans ce cas l’indépendance n’estpas
la règle de base etles rédacteurs, en général, n’yprétendentpas.
Cestextes, souventhagiographiques, comportentdes données
parfois d’un grand intérêt, mais doiventêtre regardés d’un œil
critique.

— Unetroisième catégorie regroupe les documents que secrète
en permanence l’actualité :ouvrages grand public, articles de la
presse, quotidienne ounon, libelles, discours, déclarations,
interviews, etc. Ces documentsvisenten général à défendreun
pointdevue individuel, à soutenir des intérêts catégoriels ouà
polémiquer dansun contexte en général hyper-médiatisé. Ces
textes, même s’ils revendiquent une certaine objectivité, manquent
en général de recul. Volontiers polémiques, ils sontsouvent
superficiels. Ilsvisentle plus souventà susciter l’indignation du

21

lecteur ouà le faire adhérer àun pointdevue partisan. Des
remarques pertinentes, des points devue originauxpeuvent y
coexister avec des inexactitudes flagrantes etdes points devue
biaisés. Cestextes pourtantprécieuxne peuventpas être négligés :
ils présententl’intérêtsociologique évidentdetémoigner, àun
momentdonné, des réactions de l’opinion publique.
*
Il estnaturellementimpossible d’aborder des questionstouchant
à la société, en particulier les questions relatives à l’Élite, sans
rencontrer à chaque pas l’existence de normes sociales etsans
risquer, par conséquent, d’être entraîné malgré soi sur leterrain de
la morale. Or la démarche qui estla mienne, estavant tout
d’analyserune situation, celle de l’élite etdes élites de la société
française. En comprendre les caractéristiques principales, les
origines historiques etsociales, les rapports avec les structures de
la société, avec l’inconscientcollectif de la nation, avec les
passions françaises dontThéodore Zeldin avait, dès les années
1950, écritl’Histoire [2]. Quelle estla nature de ces invariants qui
semblentcondamnerune partie de la société à l’immobilité ? Quels
sontles ressorts des succès français? Il seraitillusoire de penser
que nos analyses puissentfairetotalementabstraction des
contraintes de l’éthique. C’estpourtanten setenantaussi éloigné
que possible detoutsystème philosophique ouidéologique que les
réflexions qui suiventontété menées.
C’estpourquoi je me suis interdit,toutaulong de ces
développements, même lorsque certains des dysfonctionnements
analysés sontsi évidents qu’un remède semblaits’imposer, de faire
des recommandatConclions. Même dans la «usion »,on se
contente d’envisager les dangers etles opportunités que l’avenir
risque d’apporter plus que de savoir commentla société française
pourra oudevra réagir. Envisagerune action, c’estconcevoir des
objectifs souhaitables, décider ce qui estbien pour la société. C’est
entrer dansune logique qui n’estpas la mienne. C’estaussi
soulever des problèmes d’unetoutautre nature etd’unetrès grande
complexité. Les échecs répétés que l’on observe en France, mais
aussi à l’étranger, de réformesvisantà obtenirtel ou tel résultat,
montrentla complexité de l’action. Les contraintes, sociales,

22

politiques, qui pèsentsur les sociétés avancées sont telles que la
science de l’action en reste à ses premiers balbutiements [3, 4].
*
Se poser la question de l’excellence française, est-ce mettre
d’abord en évidence les raisons des succès ouplutôtprivilégier la
recherche des causes profondes des échecs ?Équilibrer critiques et
louanges m’estapparuaussi inutile que produire de l’eau tiède.
Approfondir les failles de nos institutions, tenter de découvrir
les causes réelles des dysfonctionnements de notre société, est
rapidement devenu l’objectif sur lequel se concentrer. Parfois, les
ingrédients de certains succès seront soulignés, mais, dans
l’ensemble l’essai critiqueannoncé s’attache surtout à comprendre
les raisons des échecs.
Je souhaite que le lecteur perçoive dans ce déséquilibre, non la
marque d’un pessimisme délibéré, mais le résultatinévitable de la
démarche adoptée. Il me semble que lavéhémence même de la
critique montre que celui qui la formule garde résolument
l’excellence comme sa seule ligne de mire.
*
Une autre raison,très personnelle, de m’intéresser auxélites,
notammentfrançaises,trouve son origine dans la fascination que
j’éprouve depuistoujours pour l’idée même d’intelligence etpour
ses rapports avec l’organisation de la société. Je me suis longtemps
représenté l’intelligence commeune faculté mentale assezbien
définie,un paramètre caractéristique de l’espritde chacun de nous,
unevariable, sinon mesurable, dumoins aisémentrepérable. Si j’ai
longtemps adhéré àunevision aussi simpliste, c’estparce que cette
représentation atrès généralementcours en France. Théodore
Zeldin avaitremarqué, ilya déjà longtemps [2], que le concept
d’intelligence exerce sur les Françaisune sorte de fascination. De
sorte que je me sens, à cetégard, particulièrementfrançais. On
notera que le motfrançais «intelligence »,comme l’adjectif
intelligent, n’a pas en anglais d’équivalent. Pour des contextes
différents l’anglaisutilise des mots distincts. De sorte
qu’aujourd’hui j’en arrive à me demander si je sais réellementce
qu’estl’intelligence ?Entoutcas, la représentation que je m’en

23

fais estbien différente, de celle que nombre de mes compatriotes
onten général à l’esprit, qui continuentàutiliser ce moten gardant
auconcept un caractère en quelque sorteunidimensionnel.
Quelles formes d’intelligence sont utiles,voire nécessaires, aux
citoyens appartenantà l’Élite ?Réciproquement, l’intelligence
légitime-t-elle oufavorise-t-elleunetelle appartenance ?Les
différentes sociétés n’ontpas à cetégard les mêmes pratiques.
*
Bien conscientde soulever plus de questions que je n’en résous,
je demande simplementaulecteur son indulgence pour ce que l’on
peutconsidérer commeun péché devieillesse.

Bibliographie
[1] Raymond Boudon etFrançois Bourricaud,Dictionnaire
critique de sociologie
[2] Théodore Zeldin,Histoire des passions françaises
[3] Jacques Lesourne,Les systèmes du destin, Dalloz, 1976
[4] Thierryde Montbrial,L’action et le système du monde, PUF,
Paris2002

24

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.