//img.uscri.be/pth/f4bb23509fa07cd8881aba01cb28eea6955ec992
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ABRAHAM

De
2 pages
ABRAHAM

A l’origine - Abraham évoque tout simplement le nom biblique, donc le « prénom »
porté par l’ancêtre initial. Les porteurs de ce nom de famille sont aujourd’hui près de
6 700 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Nord, la Seine-
Maritime et la Manche.
Le massacre des Carmes — Vincent Abraham, né à Charleville en 1740, ordonné
prêtre en 1764, fut nommé curé de Saint-Bâsle-de-Sept-Saulx, près de Reims en 1780.
En 1791, il refusa de prêter serment à la constitution civile du clergé. La municipalité
s’empara de l’église et l’expulsa. Il se réfugia à Reims, puis à Paris, à la paroisse Saint-
Gervais avec l’abbé Déruelle. Arrêtés et incarcérés à la prison des Carmes le 31 août
1792, les deux prêtres furent assassinés avec les autres prisonniers, lors du massacre du
2 septembre 1792.
Un pionnier de l’électronique — Agrégé de physique, Henri Abraham (1868-1943), né
à Paris, devint professeur à l’Ecole normale supérieure et directeur de laboratoire. Il
rapporta des USA la triode, utilisée pour la radio, et réalisa le premier tube électronique
français en 1914. Il fut nommé directeur de la Société des électriciens en 1920 et de la
Société française de physique en 1922. Arrêté par la Gestapo en tant que juif, il fut
déporté et mourut en camp de concentration. Il a publié plusieurs ouvrages et études sur
les ondes radio et la mesure des courants faibles.
Pour la patrie — De nombreux porteurs du nom ont participé aux guerres du XIXème
siècle. ...
Voir plus Voir moins
A
BRAHAM
A l’origine -
Abraham évoque tout simplement le nom biblique, donc le « prénom »
porté par l’ancêtre initial. Les porteurs de ce nom de famille sont aujourd’hui près de
6 700 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Nord, la Seine-
Maritime et la Manche.
Le massacre des Carmes —
Vincent Abraham, né à Charleville en 1740, ordonné
prêtre en 1764, fut nommé curé de Saint-Bâsle-de-Sept-Saulx, près de Reims en 1780.
En 1791, il refusa de prêter serment à la constitution civile du clergé. La municipalité
s’empara de l’église et l’expulsa. Il se réfugia à Reims, puis à Paris, à la paroisse Saint-
Gervais avec l’abbé Déruelle. Arrêtés et incarcérés à la prison des Carmes le 31 août
1792, les deux prêtres furent assassinés avec les autres prisonniers, lors du massacre du
2 septembre 1792.
Un pionnier de l’électronique —
Agrégé de physique, Henri Abraham (1868-1943), né
à Paris, devint professeur à l’Ecole normale supérieure et directeur de laboratoire. Il
rapporta des USA la triode, utilisée pour la radio, et réalisa le premier tube électronique
français en 1914. Il fut nommé directeur de la Société des électriciens en 1920 et de la
Société française de physique en 1922. Arrêté par la Gestapo en tant que juif, il fut
déporté et mourut en camp de concentration. Il a publié plusieurs ouvrages et études sur
les ondes radio et la mesure des courants faibles.
Pour la patrie —
De nombreux porteurs du nom ont participé aux guerres du XIXème
siècle. On peut évoquer : Lunaire Abraham, né à Brignac (Morbihan) en 1781, fusilier au
3ème régiment d’infanterie de ligne, tué à la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 1805 ; le
saint-cyrien Hippolyte Abraham-Dubois (1794-1863), né à Avranches, qui combattit dans
l’armée napoléonienne, devint notaire à Granville, fut élu maire de la ville, puis député de
1832 à 1849 ; l’officier Pierre-Adolphe Abraham (1814-1905), né à Thionville, qui se
distingua dans la guerre de Crimée en 1851, la guerre d’Italie en 1859 et la guerre de
1870 ; le polytechnicien Bernard Abraham (1824-1902), né à Nancy, qui participa à la
guerre de 1870 et fut nommé général de brigade en 1883…
Que d’artistes ! —
Plusieurs Abraham s’illustrèrent dans le monde des arts, comme : le
sculpteur Nicolas Abraham, qui travaillait à Rouen au XVIème siècle dans la cathédrale
Saint-Maclou et l’église Saint-Laurent, où il exécuta des piliers, bénitiers et statues ; le
sculpteur Guillaume Abraham, qui travaillait à Rouen au XVIIème siècle et exécuta une
statue encore visible sous la tribune de l’orgue de la cathédrale de Rouen ; le peintre
Tancrède Abraham (1836-1895), né à Vitré, qui exposa à partir de 1863 des aquarelles et
gravures de paysages, et devint conservateur du musée de Château-Gontier ; etc.
De nombreux maires —
Beaucoup d’Abraham se sont consacré à la vie de leur
commune. Citons parmi eux : Léon Abraham, maire de Genech (Nord) de 1919 à 1925 ;
Georges Abraham, maire de Sommecaise (Yonne) de 1925 à 1944 ; Robert Abraham,
maire de Quiévy (Nord) de 1977 à 1988 ; N. Abraham, élu maire de Varengeville-sur-Mer
(Seine-Maritime) en 1991 ; Gérard Abraham, élu maire de Pierreville (Meurthe-et-Moselle)
en 2001 ; André Abraham, élu maire d’Auchy-lés-Orchies (Nord) en 2001 ; Jean-Pierre
Abraham, élu maire de Fontaine-au-Bois (Nord) en 2001 ; Michel Abraham, élu maire de
Théméricourt (Val-d’Oise) en 2001…
Les Abraham dans l’histoire —
Citons aussi : le dignitaire de la franc-maçonnerie
Antoine Abraham, qui a publié la revue Miroir de la vérité au début du XIXème siècle et
L’art du thuileur (1804) ; Emile Abraham, né à Paris en 1833, critique de théâtre au Petit
Journal, secrétaire général du théâtre du Gymnase, et auteur de nombreuses pièces de
vaudeville et opérettes ; Abraham (1892-1974), alias Pierre Bloch,