//img.uscri.be/pth/aab56e68362ea517b4d52207ebe70ec9d703a789
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille AMOUROUX

De
2 pages
AMOUROUX

A l’origine — Voici un surnom ironique désignant un homme amoureux ! Les Amouroux
sont près de 2 900 en France actuellement.
Le monde de long en large — Membre de l’Institut, critique littéraire, historien et
journaliste de presse écrite, Henri Amouroux est vice-président du prix Albert Londres,
membre du jury du prix Renaudot et titulaire de l’Académie des sciences morales et
politiques. Véritable globe-trotter né en 1920, il appartint à l’équipe qui fonda le journal
Sud–Ouest à la Libération. Il en fut le directeur général pendant six ans. Il a été
correspondant de guerre à cinq reprises et a effectué de très nombreux reportages dans
plusieurs pays, dont certains ont donné lieu à des publications (ceux réalisés en Israël par
exemple). Il fut aussi directeur du quotidien France-Soir en 1974 et 1975. Il est l’auteur
prolixe d’une vingtaine d’ouvrages, dont deux romans, comme par exemple : Le monde
de long en large, J’ai vu vivre Israël, Le ghetto de la victoire, La vie des Français sous
l’Occupation, etc. Il a aussi rédigé environ 5 000 articles tout au long de sa carrière.
Enfin, Henri Amouroux est intervenu régulièrement à la radio et à la télévision, comme
invité de la Radioscopie de Jacques Chancel en 1971 par exemple ou bien pour dialoguer
avec des auditeurs dans Radiocom, c’est vous à propos de la fin de la Seconde Guerre
mondiale en 1995.
Pierres et villages — L’architecte Dominique Amouroux a beaucoup publié, tant sur les
nouvelles tendances que sur ...
Voir plus Voir moins
A
MOUROUX
A l’origine —
Voici un surnom ironique désignant un homme amoureux ! Les Amouroux
sont près de 2 900 en France actuellement.
Le monde de long en large —
Membre de l’Institut, critique littéraire, historien et
journaliste de presse écrite, Henri Amouroux est vice-président du prix Albert Londres,
membre du jury du prix Renaudot et titulaire de l’Académie des sciences morales et
politiques. Véritable globe-trotter né en 1920, il appartint à l’équipe qui fonda le journal
Sud–Ouest à la Libération. Il en fut le directeur général pendant six ans. Il a été
correspondant de guerre à cinq reprises et a effectué de très nombreux reportages dans
plusieurs pays, dont certains ont donné lieu à des publications (ceux réalisés en Israël par
exemple). Il fut aussi directeur du quotidien France-Soir en 1974 et 1975. Il est l’auteur
prolixe d’une vingtaine d’ouvrages, dont deux romans, comme par exemple : Le monde
de long en large, J’ai vu vivre Israël, Le ghetto de la victoire, La vie des Français sous
l’Occupation, etc. Il a aussi rédigé environ 5 000 articles tout au long de sa carrière.
Enfin, Henri Amouroux est intervenu régulièrement à la radio et à la télévision, comme
invité de la Radioscopie de Jacques Chancel en 1971 par exemple ou bien pour dialoguer
avec des auditeurs dans Radiocom, c’est vous à propos de la fin de la Seconde Guerre
mondiale en 1995.
Pierres et villages —
L’architecte Dominique Amouroux a beaucoup publié, tant sur les
nouvelles tendances que sur les villages de sa région d’origine : Nouvelle architecture des
maisons en France (1979), Bâtiments publics : une nouvelle génération (1980), De pierres
et de briques : villes, villages et maisons du Haut Languedoc (1982), Atelier d’architecture
: quand la matière devient forme (1983).
De titre en titre... —
D’autres Amouroux ont pris la plume, sur les sujets les plus divers
: Jacques Amouroux a publié un titre sur Le corps humain chez Larousse en 2000 ;
Myriam Amouroux publie actuellement des ouvrages pour l’enseignement technique en
droit, en économie ou en communication aux Editions Foucher, le photographe Paul
Amouroux a fait paraître en 1989 Rivière de Cévennes et Itinéraires littéraires en Lozère ;
Eric Amouroux a rédigé les textes d’albums de photos ou d’expositions comme
Reviviscence (1997) ou Itinéraire bis (2000) ; Monique Amouroux-Mourad, qui a travaillé
à l’Institut français d’archéologie de Beyrouth est l’auteur de travaux de recherche, Le
comté d’Edesse (nord de l’actuelle Syrie) de 1098 à 1150, publiés en 1988 ; l’informaticien
Marcel Amouroux est coauteur du titre Automatique des systèmes distribués en 1990. etc.
Un troubadour voyageur —
Au début du XIIIème siècle, Bernard Amouroux parcourut
la Provence en menant une vie de troubadour. Il réunit en un recueil plus de 600 pièces
et chansons, mais il ne nous reste qu’une copie partielle de son œuvre exécutée au
XVIème siècle par Jacques Tessier de Tarascon.
Un parcours révolutionnaire original —
Le révolutionnaire actif Charles Amouroux
(1843-1885) était au départ un ouvrier chapelier délégué de la Commune de Lyon et
Marseille. Franc-maçon, il devint secrétaire de la Commune de Paris en 1871. Condamné
à perpétuité et déporté pour sa participation à l’insurrection de la capitale, il fut gracié
quelques années plus tard. Rentré en France, il devint journaliste et député de Saint-
Etienne en 1885.
Les Amouroux dans l’histoire —
Citons aussi : l’organiste de la cathédrale de
Bordeaux, Charles Amouroux, compositeur reconnu à la fin du XIXème siècle ; l’ingénieur
Alban-Pierre Amouroux, membre de l’Institut national des sciences appliquées, expert
judiciaire en automobiles près les tribunaux ; Jules Amouroux, responsable de l’école
socialiste fédérale dans les années 1930 ; Marie Amouroux, traductrice d’ouvrages
d’anglais vers le français dans les années 2000 ; etc.