//img.uscri.be/pth/5e380f63407a0d3837a120e666514077158ff535
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ANTOINE

De
2 pages
ANTOINE

A l’origine— Ce patronyme est issu du nom de baptême, lui-même issu du nom latin
Antonius, signifiant littéralement : qui fait face à ses adversaires. Il compte un peu plus
de 21 000 porteurs en France aujourd’hui, surtout groupés à l’Est. Les porteurs de ce
nom de famille sont aujourd’hui 3 800 en Belgique.
Le choix de Dieu — Les Antoine furent nombreux à rejoindre les ordres : les deux
frères Henri, missionnaire mort à Shangaï en 1902, et Charles Antoine (1847-1921),
jésuite, professeur de théologie qui devint, sur des thèmes d’économie sociale, l’un des
orateurs les plus écoutés d’alors ; Pierre Antoine, évêque de Sidon à partir de 1534 ; le
missionnaire Charles Antoine (1858-1884), né près de Saint-Dié, vicaire apostolique du
Tonkin occidental, massacré à Muong-Deng avec 268 chrétiens ; Nicolas Antoine (1748-
1794), curé de Dompaire exécuté sous la Révolution ; etc.
Antoine le Guérisseur — L’ouvrier mineur Louis Antoine (1846-1912) est à l’origine du
culte des Antoinistes, fondé à Jemeppe-sur-Meuse. Sa forte vie spirituelle qu’il tient de sa
mère le pousse d’abord vers le spiritisme. Mais il se fit remarqué par sa carrière de
guérisseur ; après l’interdiction en 1901 d’ordonner tout remède, il fait évoluer sa
méthode : guérir les maux du corps par la guérison des plaies de l’âme. Il formule ainsi
sa religion : le Nouveau Spiritualisme ; cette secte vise à remplacer le christianisme. Le
succès qu’a connu Antoine de son vivant explique l’existence actuelle de ...
Voir plus Voir moins
A
NTOINE
A l’origine—
Ce patronyme est issu du nom de baptême, lui-même issu du nom latin
Antonius, signifiant littéralement : qui fait face à ses adversaires. Il compte un peu plus
de 21 000 porteurs en France aujourd’hui, surtout groupés à l’Est. Les porteurs de ce
nom de famille sont aujourd’hui 3 800 en Belgique.
Le choix de Dieu —
Les Antoine furent nombreux à rejoindre les ordres : les deux
frères Henri, missionnaire mort à Shangaï en 1902, et Charles Antoine (1847-1921),
jésuite, professeur de théologie qui devint, sur des thèmes d’économie sociale, l’un des
orateurs les plus écoutés d’alors ; Pierre Antoine, évêque de Sidon à partir de 1534 ; le
missionnaire Charles Antoine (1858-1884), né près de Saint-Dié, vicaire apostolique du
Tonkin occidental, massacré à Muong-Deng avec 268 chrétiens ; Nicolas Antoine (1748-
1794), curé de Dompaire exécuté sous la Révolution ; etc.
Antoine le Guérisseur —
L’ouvrier mineur Louis Antoine (1846-1912) est à l’origine du
culte des Antoinistes, fondé à Jemeppe-sur-Meuse. Sa forte vie spirituelle qu’il tient de sa
mère le pousse d’abord vers le spiritisme. Mais il se fit remarqué par sa carrière de
guérisseur ; après l’interdiction en 1901 d’ordonner tout remède, il fait évoluer sa
méthode : guérir les maux du corps par la guérison des plaies de l’âme. Il formule ainsi
sa religion : le Nouveau Spiritualisme ; cette secte vise à remplacer le christianisme. Le
succès qu’a connu Antoine de son vivant explique l’existence actuelle de 31 temples en
Belgique, 29 en France et près de 150 000 pratiquants.
Serviteurs des rois —
Une famille Antoine originaire de Lalobbe (Ardennes) a fourni
pendant deux siècles des officiers domestiques et garçons de chambre aux rois de
France. Le premier est Jacques Antoine (1596-1677), garçon de chambre de Louis XIII
qui devint “gouverneur des épagneuls du roi” sous Louis XIV. Son fils Jean Antoine
(1642-1729) reprit ces fonctions (puis son fils Jean-Marc) avant de devenir inspecteur des
chasses et forêts de Saint-Germain et d’être anobli en 1704. Son petit-fils François
Antoine, porte-arquebusier du roi, se rendit célèbre en 1765 pour avoir abattu la
monstrueuse “Bête du Gévaudan”.
O yé ! —
Tout le monde connaît cette chanson et son interprète, le chanteur et
navigateur Antoine, né en 1944, de son vrai nom Pierre Muracciole.
En avant la musique ! —
Eugène Antoine (1850-1907) était compositeur et maître de
chapelle de la cathédrale de Liège. Son fils Georges (1892-1918), musicien et homme de
lettres, reçut le premier prix de musique de chambre en 1913 à sa sortie du
Conservatoire de Liège. Engagé volontaire en 1914, il alterna pendant la guerre ses
compositions et ses activités militaires pour la défense du pays.
Un spécialiste de Louis XV —
Spécialiste de l’histoire de l’Etat sous l’Ancien Régime,
Michel Antoine, conservateur aux Archives nationales puis maître de recherches au CNRS
et professeur à l’université de Caen, est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes
études. Louis XV, publié en 1989, est son ouvrage majeur.
Les Antoine dans l’histoire —
Citons aussi : Etienne-Joseph Antoine (1793-1855),
député de la Moselle en 1848 ; Jules-Dominique Antoine (1845-vers 1895), député de
Metz au Reichstag ; le général François-Louis Antoine (1744-1837) qui se distingua à
Valmy ; les architectes Guichart Antoine, né vers 1450, qui travailla aux travaux
nécessaires à la cathédrale de Reims après l’incendie de 1481, Jean, arpenteur général
de Metz au XVIIIème siècle, Pierre-Joseph (1730-1814), promoteur du canal des Deux-
Mers à travers la Bourgogne, et Jacques-Denis Antoine (1733-1801), qui bâtit l’hôtel des
Monnaies à Paris ; le chirurgien lorrain Claude Antoine (1753-1811), médecin en chef de
l’armée du Rhin sous l’Empire ; le chirurgien de marine Jean-Baptiste Antoine, qui aurait
réussi, après un naufrage en 1724 à 30 lieues en mer à la pointe de l’Italie, à