//img.uscri.be/pth/e7b42b7776554cffa4d17773972ac063386730e4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ARCHAMBAULT

De
2 pages
ARCHAMBAULT

A l’origine — Le patronyme Archambault, très porté en Touraine, provient d’un ancien
nom de personne d’origine germanique, Arcanbald (de ercan-, sincère, et de -bald,
audacieux). On recense actuellement plus de 2 500 porteurs du nom en France.
Un bâtard de Louis XV ? — Louis-François Archambault d’Orvigny (1742-1812) aurait
été un bâtard de Louis XV . On affirmait même avec humour qu’ portant le profil du roi !
Après un séjour aux Indes, il revint à Paris et se fit à la fois acteur et romancier. Il écrivit
ainsi plusieurs centaines de pièces dont beaucoup furent jouées fort longtemps et avec
succès. C’est lui qui au théâtre fixa le personnage de Jocrisse, prototype du valet niais qui
se joue pourtant de son maître.
Le logis de l’ardoise à Pithiviers — Fils d’un notaire de Pithiviers, Gouault
Archambault devint secrétaire de la reine Marie de Médicis, notaire et secrétaire du roi et
maître de la chambre aux deniers. Anobli, il racheta l’office de receveur des deniers
communs de Pithiviers et y résida désormais. C’est lui qui construisit dans la ville le
fameux “logis de l’ardoise”, qui devait son nom à son toit en ardoise (le premier de la
ville !) et où les rois descendirent désormais lorsqu’ils venaient à Pithiviers.
L’amuseur du dauphin — Jean-Baptiste Archambault était au XVIIème siècle danseur
de corde et montreur de marionnettes. En 1669, il reçut en 1669 une forte somme pour
avoir amusé le dauphin à Saint-Germain-en-Laye. On le retrouve ensuite ...
Voir plus Voir moins
A
RCHAMBAULT
A l’origine —
Le patronyme Archambault, très porté en Touraine, provient d’un ancien
nom de personne d’origine germanique, Arcanbald (de ercan-, sincère, et de -bald,
audacieux). On recense actuellement plus de 2 500 porteurs du nom en France.
Un bâtard de Louis XV ? —
Louis-François Archambault d’Orvigny (1742-1812) aurait
été un bâtard de Louis XV. On affirmait même avec humour qu’ portant le profil du roi !
Après un séjour aux Indes, il revint à Paris et se fit à la fois acteur et romancier. Il écrivit
ainsi plusieurs centaines de pièces dont beaucoup furent jouées fort longtemps et avec
succès. C’est lui qui au théâtre fixa le personnage de Jocrisse, prototype du valet niais qui
se joue pourtant de son maître.
Le logis de l’ardoise à Pithiviers —
Fils d’un notaire de Pithiviers, Gouault
Archambault devint secrétaire de la reine Marie de Médicis, notaire et secrétaire du roi et
maître de la chambre aux deniers. Anobli, il racheta l’office de receveur des deniers
communs de Pithiviers et y résida désormais. C’est lui qui construisit dans la ville le
fameux “logis de l’ardoise”, qui devait son nom à son toit en ardoise (le premier de la
ville !) et où les rois descendirent désormais lorsqu’ils venaient à Pithiviers.
L’amuseur du dauphin —
Jean-Baptiste Archambault était au XVIIème siècle danseur
de corde et montreur de marionnettes. En 1669, il reçut en 1669 une forte somme pour
avoir amusé le dauphin à Saint-Germain-en-Laye. On le retrouve ensuite mentionné avec
le titre d’“amuseur du Dauphin”“joueur des menus plaisirs du dauphin”.
Féministe avant l’heure —
Une demoiselle Archambault, fille d’un receveur des
domaines du roi à Laval publia en 1750 un essai sur le thème : La femme peut-elle aller
de pair avec l’homme tant par la force que la solidité d’esprit aussi bien que par les
qualités du cœur, ainsi que d’autres ouvrages sur le même thème d’égalité démontrée
par elle entre l’homme et la femme.
Co-fondateur de la NR —
La carrière du Tourangeau Pierre Archambault (1912-1988)
fut tout entière consacrée à la presse : fondateur avec Jean Meunier de la Nouvelle
République du Centre-Ouest fin 1944, il en fut le directeur général puis le vice-président
du directoire. Il participa également à la naissance du Syndicat national de la presse
quotidienne régionale, dont il fut le président pendant dix-neuf ans, et présida aussi aux
destinées de la Confédération de la presse française. Son fils François, né en 1938, fut
secrétaire général de la NR de 1965 à 1973 avant de devenir directeur de l’information
économique et des relations financières du groupe L’Oréal. Philippe, frère de François, né
en 1940, est devenu directeur général de CEP Communication.
Les Archambault dans l’histoire —
Citons aussi : le pasteur Séraphon Archambault,
supplicié pour sa foi protestante en 1557 à Dijon ; Claude Archambault (1645-1732),
archiprêtre de la cathédrale de Tours, mis en cause pour jansénisme ; le capitaine Jean
d’Archambault, créé bailli d’épée de Châtillon-sur-Indre en 1620 ; son fils, le chevalier
Jean-François d’Archambault, président de l’assemblée de la noblesse de 1649, tué au
combat près de Mantes en 1652 ; l’avocat François-Laurent Archambault, condamné à
mort sous la Terreur mais qui réussit à s’échapper, mort en 1838 ; le marchand Emile-
Philippe Archambault (1793-1873), maire de Prémery (Nièvre), conseiller général et
député ; le docteur en médecine Théophile Archambault (1806-1863), né à Tours, grand
aliéniste, médecin-chef de l’hôpital de Charenton ; le docteur Eugène-Raymond
Archambault, mort en 1883, spécialiste très réputé des maladies de l’enfant ; Claude
Archambault, né en 1940 à Nantes, ENA, trésorier payeur général de la Nouvelle-
Calédonie à partir de 1996 ; Philippe Archambault, né en 1940 à Tours, directeur général
de CEP Communication ; etc.