//img.uscri.be/pth/2cbb18278bc8092c41a787dd7fecc7dd36241b57
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ARTHAUD

De
2 pages
ARTHAUD

A l’origine — Le patronyme Arthaud, d’origine dauphinoise, provient d’un ancien nom
de baptême d’origine germanique Hartwaldo, en vieux français Hartaud. On dénombre
actuellement en France environ 1 700 Arthaud, avant tout installés en Isère, à Paris et en
Gironde.
La fiancée de l’Atlantique — Après Virginie Hériot dans les années 1920, Florence
Arthaud, en solitaire cette fois, tient tête aux hommes sur les flots. En 1990, elle a battu
le record de la traversée de l’Atlantique en moins de dix jours. La même année, elle a
étonné à nouveau le monde de la voile en s’imposant dans la Route du Rhum. C’est la
première fois qu’une femme remportait une course transocéanique en solitaire et cette
aventure éleva la sportive au rang de star.
L’étude des vaisseaux sanguins — Médecin de la fin du XVIIIème siècle, Charles
Arthaud présenta à Nancy en 1770 une dissertation dans laquelle il montra que les
artères ne se dilataient pas sous la pression du sang et que les pulsations que l’on
constatait provenaient non de l’élargissement du vaisseau mais de l’effort du sang qui
tend à lui rendre la forme cylindrique détruite par la pression du doigt. Il exerça au Cap-
Français à Saint-Dominique de 1770 à 1791 en tant que chef de l’hôpital militaire pendant
la guerre. Il reçut le titre de médecin du roi. Il fut membre de la Société royale des
sciences de Paris et correspondant de l’Académie de chimie.
Pour les fous de Lyon — Le médecin Joseph Arthaud né à Lyon en 1830 devint ...
Voir plus Voir moins
A
RTHAUD
A l’origine —
Le patronyme Arthaud, d’origine dauphinoise, provient d’un ancien nom
de baptême d’origine germanique Hartwaldo, en vieux français Hartaud. On dénombre
actuellement en France environ 1 700 Arthaud, avant tout installés en Isère, à Paris et en
Gironde.
La fiancée de l’Atlantique —
Après Virginie Hériot dans les années 1920, Florence
Arthaud, en solitaire cette fois, tient tête aux hommes sur les flots. En 1990, elle a battu
le record de la traversée de l’Atlantique en moins de dix jours. La même année, elle a
étonné à nouveau le monde de la voile en s’imposant dans la Route du Rhum. C’est la
première fois qu’une femme remportait une course transocéanique en solitaire et cette
aventure éleva la sportive au rang de star.
L’étude des vaisseaux sanguins —
Médecin de la fin du XVIIIème siècle, Charles
Arthaud présenta à Nancy en 1770 une dissertation dans laquelle il montra que les
artères ne se dilataient pas sous la pression du sang et que les pulsations que l’on
constatait provenaient non de l’élargissement du vaisseau mais de l’effort du sang qui
tend à lui rendre la forme cylindrique détruite par la pression du doigt. Il exerça au Cap-
Français à Saint-Dominique de 1770 à 1791 en tant que chef de l’hôpital militaire pendant
la guerre. Il reçut le titre de médecin du roi. Il fut membre de la Société royale des
sciences de Paris et correspondant de l’Académie de chimie.
Pour les fous de Lyon —
Le médecin Joseph Arthaud né à Lyon en 1830 devint un
spécialiste des maladies mentales. Après avoir terminé ses études classiques, il suivit
durant un an les cours de l’école secondaire de médecine. Il entra comme médecin à
Antiquaille, le seul établissement de la région qui recevait les fous. Ses études terminées,
il se rendit à Paris à la Salpétrière pour y recevoir l’enseignement de l’aliéniste Falret. De
retour à Lyon, nommé médecin suppléant de Saint-Jean-de-Dieu puis médecin adjoint de
l’hospice d’Antiquaille, il passa en 1849 médecin-chef. Lorsque le conseil général décida la
construction de l’asile de Bron, Arthaud en prit la direction. Son nom reste lié à celui de
cet hospice et aux débuts à Lyon d’une organisation médicale régulière pour les aliénés.
Un contre-révolutionnaire
— François d’Arthaud de la Versonnière, fils d’un maître
honoraire de la Chambre des Comptes du Dauphiné, naquit en 1765. Il entra à l’école
d’artillerie en 1781, devint lieutenant puis capitaine en 1791. Hostile à l’émigration, il fut
chargé de former à Lyon un équipage d’artillerie en 1792. Il se trouvait à Lyon lorsque la
ville se déclara contre la Convention et il devint ingénieur au service des révoltés. Il
s’échappa peu avant la prise de la ville par les républicains et se réfugia auprès de
l’armée de Condé avec laquelle il fit campagne contre la France de 1794 à 1797. Resté à
l’écart pendant la durée du Consulat et de l’Empire, il reparut au retour des Bourbons et
se fit reconnaître comme capitaine en 1818.
Les Editions Arthaud —
Né en 1896, issu d’une longue lignée de maîtres papetiers,
Benjamin Arthaud devint le premier éditeur de la famille. Il fonda en 1924 les Editions qui
portent son nom. De 1963 à 1969, il fut président du Syndicat national des éditeurs et du
Cercle de la librairie. De son union avec Marie-Thérèse Rey naquit en 1932 Jacques
Arthaud, associé et codirecteur des Editions Arthaud, père de la sportive Florence
Arthaud.
Les Arthaud dans l’histoire —
Citons encore : Jules Arthaud (1820-1888), artiste
peintre à l’école des Beaux-arts de Besançon ; le juriste Mathieu Arthaud (1750-1821),
président du tribunal civil de Tarascon ; le médecin et littérateur Jules Arthaud, (1802-
1859), membre de la Société de médecine qu’il présida en 1850, fondateur et dirigeant
de La Revue de la Gironde ; René Arthaud, ministre de la Santé publique en 1946 ; etc.
Autres noms de même signification :
Artaud (3 000, Puy-de-Dôme), Artaut (100,
Ariège), Artault (300, Vienne), Arthaut (20, Vosges), Artaux (150,