//img.uscri.be/pth/9cf2f8070eb4624900ea0c17802f675c6047ef4c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille aufrère

De
2 pages
a u f r è r e

A l’origine— Le nom Aufrère a désigné à l’origine, par ellipse, le fils “au frère”. C’était au
départ un nom de parenté employé comme sobriquet pour désigner un frère qui avait
hérité des biens, sobriquet devenu patronyme. Plus de 1 600 personnes portent
aujourd’hui ce nom de famille. C’est le département de l’Indre qui en rassemble, de très
loin, le plus grand nombre.
Une veuve au combat — Madeleine Petitjean, née à Metz en 1746, prit le patronyme
Aufrère après deux veuvages, quand elle épousa en troisièmes noces Pierre Aufrère.
Comme il fut tué lors de la prise de la Bastille, elle réclama ses droits de veuve auprès de
la Convention mais se vit opposer une demande trop tardive. Cette mère de dix-sept
enfants argua alors qu’ayant pris du service dans la 4ème compagnie des canonniers de
la Sorbonne, elle n’avait pu se présenter plus tôt. Elle obtint gain de cause et se vit
octroyer une pension de cent cinquante livres. Elle partit alors en Vendée et y épousa le
sapeur Reverdy qui faisait partie de sa compagnie. Faite prisonnière, elle parvint à
s’évader de la prison de Saumur et, de nouveau au combat, fut blessée à Château-du-
Loir d’un coup de pique à la cuisse droite. Malgré l’interdiction faite en 1793 aux femmes
d’entrer dans l’armée, elle eut l’autorisation d’y rester car En 1794, elle sollicitait à
nouveau une pension qu’elle perçut à la fois comme veuve d’un vainqueur de la Bastille
et en raison de son service personnel et de sa bravoure. Après ...
Voir plus Voir moins
a
ufrère
ufrère
A l’origine—
Le nom Aufrère a désigné à l’origine, par ellipse, le fils “au frère”. C’était au
départ un nom de parenté employé comme sobriquet pour désigner un frère qui avait
hérité des biens, sobriquet devenu patronyme. Plus de 1 600 personnes portent
aujourd’hui ce nom de famille. C’est le département de l’Indre qui en rassemble, de très
loin, le plus grand nombre.
Une veuve au combat —
Madeleine Petitjean, née à Metz en 1746, prit le patronyme
Aufrère après deux veuvages, quand elle épousa en troisièmes noces Pierre Aufrère.
Comme il fut tué lors de la prise de la Bastille, elle réclama ses droits de veuve auprès de
la Convention mais se vit opposer une demande trop tardive. Cette mère de dix-sept
enfants argua alors qu’ayant pris du service dans la 4ème compagnie des canonniers de
la Sorbonne, elle n’avait pu se présenter plus tôt. Elle obtint gain de cause et se vit
octroyer une pension de cent cinquante livres. Elle partit alors en Vendée et y épousa le
sapeur Reverdy qui faisait partie de sa compagnie. Faite prisonnière, elle parvint à
s’évader de la prison de Saumur et, de nouveau au combat, fut blessée à Château-du-
Loir d’un coup de pique à la cuisse droite. Malgré l’interdiction faite en 1793 aux femmes
d’entrer dans l’armée, elle eut l’autorisation d’y rester car En 1794, elle sollicitait à
nouveau une pension qu’elle perçut à la fois comme veuve d’un vainqueur de la Bastille
et en raison de son service personnel et de sa bravoure. Après août 1797, on ne sait plus
ce qu’est devenue cette “intrépide citoyenne”.
Francophobe —
D’origine française, Antony Aufrère naquit en Angleterre en 1756 et
mourut à Pise en 1833. Ce littérateur anglais connaissait parfaitement la langue
allemande à une époque où cette maîtrise était peu courante en Angleterre et on lui doit
des traductions d’œuvres de Goethe. Il fut par ailleurs l’auteur d’un Avertissement aux
Anglais au sujet de la perfidie et de la cruauté françaises et d’un Court exposé dela
conduite trompeuse et barbare des offficiers français et des soldats français à l’égard des
paysans de la Souabe durant l’invasion de l’Allemagne en 1796, d’après les documents
allemands les plus authentiques.
Tué le 14 juillet 1789 —
Pierre Aufrère est l’un des républicains tués lors de la prise de
la Bastille le 14 juillet 1789, ce qui valut à sa veuve Madeleine Aufrère, née Petitjean, une
pension de 150 livres octroyée par la Convention. Mais Madeleine partit en 1793
combattre en Vendée “ avec la valeur et la bravoure d’un vrai républicain ”, y fut faite
prisonnière par les Blancs, s’évada, prit part à la bataille de Château-du-Loir et y fut
blessée. La Convention vota des rentes supplémentaires à “ cette intrépide citoyenne ”.
Un Aufrère près des pyramides —
Directeur de recherche au CNRS. enseignant et
chercheur à l’université Montpellier III, l’historien Sydney Hervé Aufrère, est l’un des plus
éminents égyptologues français. Il a publié dans les années 1990 de nombreux ouvrages
sur l’Egypte, comme L’Egypte restituée, Sites et temples des déserts, La momie et la
tempête…
Le saviez-vous ? —
Une famille Aufrère appartient à la haute bourgeoisie du Berry. Les
différentes branches se distinguent en adjoignant à leur nom celui des domaines de la
Barre ou de la Preugne.
Les Aufrère dans l’histoire —
Citons notamment : le géographe de l’Entre-Deux-
Guerres Léon Aufrère, qui, outre de multiples études parues de 1925 à 1958, s’est
intéressé à la morphologie et à la dissymétrie des Champs-Elysées ; le poète
contemporain Gaston-Henri Aufrère, également traducteur de poètes grecs modernes ; le
docteur en médecine A. Aufrère, auteur en 2001 d’une étude sur L’avenir des vaccins ; le
commandant Benoît Aufrère, intervenant en 2006 au Collège interarmées de défense ;
Rémi Aufrère, secrétaire général adjoint de l’Union des républicains radicaux, rédacteur
en chef de la revue Défense et Citoyen ; Dominique Aufrère, auteur en 2000 d’un guide
touristique sur la Mayenne ; etc.© Archives