//img.uscri.be/pth/2f68cee10695501e450110b6ce5c89e9ee2b704d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BAILLY

De
1 page
BAILLY
A l’origine — Un certain nombre de patronymes se sont formés à partir de noms de
dignité. C’est le cas de Bailly (Bayle dans le midi), sans doute donné à l’origine, compte
tenu de sa fréquence, non pas à un véritable bailli, mais comme sobriquet. Les 25 000
Bailly que compte actuellement la France se retrouvent à peu près tous au nord d’une
ligne qui irait des Alpes à l’embouchure de la Seine.
Colons et bâtisseurs d’Etats — Le marchand de fourrures Alexis Bailly, né en 1798,
fut l’un des fondateurs de l’Etat du Minnesota et l’un des députés de sa première
Assemblée ; son père Joseph Bailly de Messein (1774-1835), né au Canada mais d’origine
française, également marchand de fourrures, avait joué un rôle aussi important dans la
fondation des Etats du Michigan et de l’Indiana. Son oncle, Charles-François Bailly de
Messein (1740-1794), était devenu missionnaire auprès des Indiens de Nouvelle-France
(comme d’ailleurs Guillaume Bailly (1640-1696) un siècle plus tôt) après des études au
lycée Louis-le-Grand à Paris. Il termina coadjuteur de l’évêque de Québec.
Le saviez-vous ? — François Bailly, de la corporation des chapeliers, fut embastillé sur
ordre du roi en 1699 parce qu’il avait “formé le projet de sortir du royaume pour établir
une manufacture de chapeaux à Turin”. Au XVIIème siècle, l’Etat royal mercantiliste
percevait toute installation d’un entrepreneur français à l’étranger comme un prélude à
l’appauvrissement du pays, par la sortie de capitaux du royaume ; ...
Voir plus Voir moins