//img.uscri.be/pth/238190024f1a0d6863f56d3f6137102490c3385a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BARBIER

De
2 pages
BARBIER

A l’origine — Le barbier était autrefois celui qui coupait barbes et cheveux tout en
pratiquant les interventions chirurgicales les plus courantes. Du métier dérive le
patronyme : 44 000 Barbier sont actuellement répartis un peu partout en France, 2 300
en Belgique.
Un homme bien beau — Claude Barbier du Metz (1638-1690) entra dans l’armée à
seize ans et s’y comporta comme un soldat des plus vaillants. En 1657, des éclats de
mitrailles lui crevèrent l’œil gauche et lui arrachèrent une partie du nez. En 1679, il reçut
deux balles dans la cuisse. On rapporte qu’un jour la dauphine dit au roi à propos de lui :
“Voilà un homme bien laid. – Et moi, dit le roi, je le trouve bien beau, car c’est l’un des
hommes les plus braves du royaume”. Il fut tué en 1690 à la bataille de Fleurus d’une
balle dans la tête.
Pour l’amour de Namur — Les Namurois sont nombreux parmi les Barbier. Le graveur
et ciseleur namurois Nicolas Barbier (1768-1826) fit ses études à Anvers ; nommé en 1816
architecte de la ville de Namur, il quitta bientôt cette fonction pour se consacrer à son
art. Son fils Charles Auguste (1806-1887) était médailleur et professeur de dessin, éduqué
par son père. Le prêtre namurois Alexandre Victor Barbier (1831-1910) dut quant à lui
renoncer à ses fonctions religieuses en raison de sa surdité. Il entreprit alors des
recherches sur l’histoire des établissements religieux belges et fut nommé, en 1884,
membre du Comité directeur des Analectes pour servir à l’histoire ...
Voir plus Voir moins