//img.uscri.be/pth/79702f1fbb463e5696f65379ff8022662bc5b3a0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BEAUDOIN

De
2 pages
BEAUDOIN

A l’origine — Comme Baudoin ou Baudouin, Beaudoin vient d’un ancien nom de
baptême d’origine germanique, Baldwin (des racines bald-, audacieux, et -win, ami).
Notons que les formes Baudoin ou Baudouin sont plus fréquentes en France, tandis qu’au
Québec, sous l’influence de tous les surnoms formés à partir de l’adjectif « beau », la
forme Beaudoin est la plus répandue. Les Beaudoin sont plus de 5 100 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Loiret, les Vosges et
Paris.
Une femme politique au Québec — Fille du juge canadien Jean-Robert Rivière, née
en 1945, Louise Beaudoin était professeur associée en histoire à l’université du Québec à
Montréal. Elle occupa entre autres les fonctions de directrice de cabinet du ministre des
Affaires intergouvernementales du Québec (1976-1981), directrice des affaires françaises
au ministère des Relations internationales du Québec (1981-1983), déléguée générale du
Québec à Paris (1984-1985), ministre des Relations internationales (1985), députée du
Parti québécois en 1994 et réélue en 1998, ministre déléguée aux Affaires
intergouvernementales canadiennes (1994-1996), ministre de la Culture et des
Communications (1995-1998), ministre responsable de la Charte de la langue française
(1995-2001), ministre des Relations internationales (1998-2003), ministre responsable de
la Francophonie (1998-2003), ministre d’État aux Relations internationales (2001-2003) et
ministre responsable de ...
Voir plus Voir moins
B
EAUDOIN
A l’origine —
Comme Baudoin ou Baudouin, Beaudoin vient d’un ancien nom de
baptême d’origine germanique, Baldwin (des racines bald-, audacieux, et -win, ami).
Notons que les formes Baudoin ou Baudouin sont plus fréquentes en France, tandis qu’au
Québec, sous l’influence de tous les surnoms formés à partir de l’adjectif « beau », la
forme Beaudoin est la plus répandue. Les Beaudoin sont plus de 5 100 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Loiret, les Vosges et
Paris.
Une femme politique au Québec —
Fille du juge canadien Jean-Robert Rivière, née
en 1945, Louise Beaudoin était professeur associée en histoire à l’université du Québec à
Montréal. Elle occupa entre autres les fonctions de directrice de cabinet du ministre des
Affaires intergouvernementales du Québec (1976-1981), directrice des affaires françaises
au ministère des Relations internationales du Québec (1981-1983), déléguée générale du
Québec à Paris (1984-1985), ministre des Relations internationales (1985), députée du
Parti
québécois
en
1994
et
réélue
en
1998,
ministre
déléguée
aux
Affaires
intergouvernementales
canadiennes
(1994-1996),
ministre
de
la
Culture
et
des
Communications (1995-1998), ministre responsable de la Charte de la langue française
(1995-2001), ministre des Relations internationales (1998-2003), ministre responsable de
la Francophonie (1998-2003), ministre d’État aux Relations internationales (2001-2003) et
ministre responsable de l’Observatoire de la mondialisation (2002-2003).
D’autres Beaudoin au Canada —
Les Beaudoin sont particulièrement nombreux outre-
Atlantique. On peut évoquer : l’avocat Louis-René Beaudoin (1905-1970), né à Montréal,
membre du Parti libéral du Canada, président de la Chambre des communes (1953-
1957) ; l’avocat Gérald Beaudoin, membre du Parti conservateur du Canada, sénateur du
Québec (1988-2004) ; l’homme d’affaires québécois Laurent Beaudoin, né en 1938,
président de la multinationale Bombardier ; la romancière canadienne Françoise Hamel-
Beaudoin, qui s’était d’abord consacrée aux arts plastiques et était devenue membre du
groupe Les Alchimistes en 1966 ; France Beaudoin, journaliste sur Radio-Canada,
animatrice de l’émission Des kiwis et des hommes ; l’avocate Denise Beaudoin, native de
Lachute, élue députée de Mirabel (Québec) en 2003 ; etc.
Dans la vie publique —
Nombreux furent les Beaudoin à entrer en politique. Evoquons
parmi eux : Jean-Auguste Beaudoin, maire de Mandres-aux-Quatre-Tours (Meurthe-et-
Moselle) de 1904 à 1912 ; Pierre Beaudoin, maire de Montbard (Côte-d’Or) en 1947 ;
Henri Beaudoin, maire de Granville (Manche) de 1961 à 1977 et de 1983 à 1989 ; Jean-
Claude Beaudoin, élu maire de Sainte-Sévère-sur-Indre (Indre) en 2001 ; Jean-Pierre
Beaudoin, élu maire de Chaumont-d’Anjou (Maine-et-Loire) en 2005 ; Eric Beaudoin, élu
maire de Grandchamp (Sarthe) en 2006 ; Patrick Beaudouin, né en avril 1953 à Brionne
dans l’Eure, député UMP du Val-de-Marne (2002) ; Bernard Beaudouin, élu maire de
Saint-M’Hervé (Ille-et-Vilaine) en 2001 ; etc.
Les Beaudoin dans l’art —
La France compte deux sculpteurs de ce nom : Germain
Beaudoin, qui travaillait au XIIème siècle dans la Loire et Jean-François Beaudoin, né en
1746. Au Québec, l’artiste peintre Mario Beaudoin reçut en 2000 le prix de sculpture de
Saint-Jean-Port-Joli, en 2000 également le prix du festival artistique de Beauport et en
2001 le prix du public de Saint-Nicolas. Evoquons aussi l’artiste peintre de Drummondville
(Québec) Lise Beaudoin On peut citer aussi l’artiste peintre Joséphine Beaudouin, née en
1909,
auteur
de
compositions animées ou
murales,
influencée
par
l’imaginaire
fantastique.
Le rythme des vers
— Valérie Beaudouin, née en 1968, est ingénieur en recherche et
développement à France Telecom. Cette