//img.uscri.be/pth/3149c1b26fd9e5c1190c6d7c6aafcf40dc9e83df
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille berruyer

De
2 pages
berruyer

A l’origine— Le nom Berruyer a été attribué à l’origine à des personnes venant du
Berry. Près de 1 500 porteurs du nom Berruyer vivent en France aujourd’hui. Leurs deux
premiers départements d’implantation sont l’Isère et la Haute-Vienne.
L’évêque de choc — Philippe Berruyer (mort en 1261), neveu de l’archevêque Saint
Guillaume de Donjon, devint évêque d’Orléans en 1234. Actif et vertueux, il s’opposa aux
bourgeois qui trouvaient les étudiants trop bruyants, fonda une maison pour les filles
repenties et fut nommé archevêque de Bourges en 1236. Ardent défenseur de l’Eglise, il
jouissait de la faveur du roi Saint Louis et de la reine Blanche de Castille. C’est ainsi qu’il
contraignit Bernard de Colbret à prêter serment de fidélité en 1256, qu’il fit consacrer la
chapelle basse de la Sainte-Chapelle de Paris, qu’il fut présent au serment que les
bourgeois et l’université de Paris durent prêter à la reine. Il remit en honneur le culte de
plusieurs saints. Mais les tentatives de canonisation restèrent vaines.
Plaidoyer pour Jeanne d’Arc — Martin Berruyer (mort en 1466), chanoine du Mans,
présent au concile de Bâle, fut délégué en Bohème pour tenter d’y convertir les
hérétiques. En 1452, élu évêque du Mans, il fut très soucieux de voir maintenus les
devoirs temporels qui lui étaient dus et obtint de lever une taille pour financer des
travaux de restauration dans les églises de son diocèse. Dans le procès en réhabilitation
de Jeanne d’Arc, il composa un plaidoyer ...
Voir plus Voir moins