//img.uscri.be/pth/4fdce81f2f16dc73cbcf0ca7ee0c761cbb74eb23
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BERTHO

De
2 pages
BERTHO

A l’origine — Bertho est un dérivé breton de Berthoux ou Bertou(x), nom de personne
d’origine germanique formé à partir de la racine berht-, illustre. On recense aujourd’hui
en France un peu plus de 3 700 Bertho. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont la Loire-Atlantique, la Seine-Maritime et le Maine-et-Loire.
Des Bertho marguilliers — Aujourd’hui le ...
Voir plus Voir moins
B
ERTHO
A l’origine —
Bertho est un dérivé breton de Berthoux ou Bertou(x), nom de personne
d’origine germanique formé à partir de la racine berht-, illustre. On recense aujourd’hui
en France un peu plus de 3 700 Bertho. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont la Loire-Atlantique, la Seine-Maritime et le Maine-et-Loire.
Des Bertho marguilliers —
Aujourd’hui le terme de marguillier est un peu oublié ;
venant du latin matricularis (qui tient un registre), il désignait autrefois un membre du
conseil de fabrique d’une paroisse. On retrouve plusieurs Bertho qui ont exercé cette
fonction à Saint-Nazaire : René Bertho de Quelmer, marguillier en 1731 avec Jean, le fils
du notaire et procureur François Bertho ; Jean Bertho, marguillier en 1759 et notable en
1766 ; Julien Bertho, marguillier en 1766 ; Pierre Bertho, marguillier de 1775 à 1786, qui
fut l’un des trois commissaires à signer le rapport imprimé sur les délibérations des
paroisses de Redon et du Bignon des 3 et 7 décembre 1788.
Quelques notables —
De nombreux porteurs du nom ont exercé des fonctions ou
charges importantes sous l’Ancien Régime : François Bertho, conseiller en la chambre des
comptes en 1541 ; Julien Bertho de la Croix, gouverneur de Lamballe de 1559 à 1577 ;
Olivier Bertho du Bignon, conseiller au présidial de Dinan et sénéchal de 1601 à 1621 ;
Charles Bertho de Lescouët, sénéchal de 1618 à 1624 ; René Bertho de Cargouët,
conseiller du roi au parlement de Bretagne vers 1636 ; maître Hiérosme Bertho,
procureur fiscal d’Escoublac en 1652 ; Philippe Bertho, sergent féodé de la juridiction de
Montcour ; François Bertho, notaire et procureur, égailleur de l’impôt à Saint-Nazaire en
1711; etc.
Que de religieux ! —
Une quantité fort impressionnante de Bertho sont entrés dans les
ordres au fil des siècles : Guillaume Bertho, chanoine de Notre-Dame de Nantes en
1457 ; Sébastien Bertho, recteur de Baud en 1577 ; Jacques Bertho, prêtre en 1638 ;
Laurent Bertho, prêtre régulier de Guérande et promoteur de l’évêque de Nantes en
cette région en 1669 ; Jean-Marie Bertho, frère de l’Instruction chrétienne en 1866,
instituteur au Sénégal et à Tahiti, mort en Haïti en 1879 ; Charles Bertho, prêtre et vicaire
de Guérande en 1691 ; Louise de Bertho, religieuse de Saint-Sulpice à Rennes, prieure
de Sainte-Catherine de l’Hôtellerie du Boul en 1679 ; Guillaume Bertho, recteur de Saint-
André-des-Eaux en 1737 ; Jacques Bertho, recteur de Peillac puis de Marzan en 1752 ;
André Bertho, chapelain de Saint-Marc en Saint-Nazaire et brièvement vicaire à Saint-
Nazaire du 19 octobre au 24 novembre 1802 ; André Bertho, prêtre en 1787, vicaire à
Bouaye, déporté en 1791, puis vicaire à Saint-Nazaire, chapelain de Saint-Sébastien et
recteur de Saint-Viaud en 1805 ; Jean-René Bertho, prêtre en 1815, curé de Saint-
Colombin ; Pierre-Marie Bertho, né à Vannes en 1793, prêtre en 1816 et curé de
Quiberon en 1828 ; René Bertho, prêtre en 1828, vicaire à Légé, curé de Saint-Jean-de-
Corcoué, puis de Sucé ; Pierre-Marie Bertho, curé de Bouguenais en 1847 ; Jean-Marie
Bertho, prêtre des missions étrangères, parti à Pondichéry en 1872.
Les Bertho dans l’histoire —
Citons aussi : Allain Bertho, trésorier des pauvres de
Lamballe en 1509 ; Jean Bertho, chirurgien à Malestroit en 1615 ; un Bertho, capitaine de
navire et délégué à l’Assemblée électorale des états généraux en 1789, officier municipal
en 1790 ; Jean-Marie-François Bertho, lauréat des Hospitaliers-Sauveteurs bretons en
1877 et 1879 ; Jean Bertho, sieur de Langle, avocat et procureur fiscal de Guérande en
1674 ; etc.
Autres noms de même signification :
Berthouloux (400, Finistère), Bertic (240,
Morbihan)... © Archives & Culture. Reproduction et diffusion interdites. Usage privé
seulement.