//img.uscri.be/pth/f214e0af1b6fc478c99c3407b327b60bc3cc9723
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BEUVE

De
2 pages
BEUVE

A l’origine — Beuve vient d’un ancien nom de baptême d’origine germanique, Boba (de
bob-, garçon), popularisé par une abbesse à Reims au VIIème siècle. Les porteurs du
nom Beuve sont aujourd’hui plus d’un millier en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Manche, la Guadeloupe et les Côtes-d’Armor.
Sainte-Beuve — Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869) fit des études de médecine
avant d’entamer une carrière de journaliste au Globe, tout en publiant quelques romans
au succès limité. Il se lia d’amitié avec Victor Hugo et eut une courte liaison avec son
épouse Adèle Foucher. Il doit sa renommée à ce que l’on considère encore comme son
principal chef d’œuvre, Port-Royal, qui relate l’histoire de l’abbaye de Port-Royal-des-
Champs, tentative réussie de renouvellement de l’historiographie religieuse. Une œuvre
qui influença Jean-Paul Sartre ou Bernard-Henry Lévy, mais que critiquait Marcel Proust.
Rallié au second Empire, Sainte-Beuve entra au Sénat en 1865. Il a publié des recueils de
poésie comme Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (1829), Pensées d’août (1837)
et Poésies complètes (1863), des romans comme Volupté (1835), Madame de Pontivy
(1839) ou La Pendule (1880) ainsi que de nombreux essais critiques et historiques comme
Portraits littéraires (1844 et 1876), Causeries du lundi (1851-1881 en seize volumes),
Chroniques parisiennes (1843-1845 et 1876) ou Les cahiers de Sainte-Beuve (1876) ainsi
qu’une abondante correspondance ...
Voir plus Voir moins
B
EUVE
A l’origine —
Beuve vient d’un ancien nom de baptême d’origine germanique, Boba (de
bob-, garçon), popularisé par une abbesse à Reims au VIIème siècle. Les porteurs du
nom Beuve sont aujourd’hui plus d’un millier en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Manche, la Guadeloupe et les Côtes-d’Armor.
Sainte-Beuve
— Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869) fit des études de médecine
avant d’entamer une carrière de journaliste au Globe, tout en publiant quelques romans
au succès limité. Il se lia d’amitié avec Victor Hugo et eut une courte liaison avec son
épouse Adèle Foucher. Il doit sa renommée à ce que l’on considère encore comme son
principal chef d’œuvre, Port-Royal, qui relate l’histoire de l’abbaye de Port-Royal-des-
Champs, tentative réussie de renouvellement de l’historiographie religieuse. Une œuvre
qui influença Jean-Paul Sartre ou Bernard-Henry Lévy, mais que critiquait Marcel Proust.
Rallié au second Empire, Sainte-Beuve entra au Sénat en 1865. Il a publié des recueils de
poésie comme Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (1829), Pensées d’août (1837)
et Poésies complètes (1863), des romans comme Volupté (1835), Madame de Pontivy
(1839) ou La Pendule (1880) ainsi que de nombreux essais critiques et historiques comme
Portraits littéraires (1844 et 1876), Causeries du lundi (1851-1881 en seize volumes),
Chroniques parisiennes (1843-1845 et 1876) ou Les cahiers de Sainte-Beuve (1876) ainsi
qu’une abondante correspondance.
Beuve-Méry—
Professeur de droit à l’Institut français, Hubert Beuve-Méry (1902-1989)
abandonna son poste en 1938 pour protester contre le démantèlement de la
Tchécoslovaquie entérinée par le traité de Munich et entama une carrière de journaliste.
Proche des milieux anticonformistes des années 1930 comme ceux d’Emmanuel Mounier,
il participa comme directeur des études à l’Ecole des cadres d’Uriage fondée par le
régime de Vichy qui voulait régénérer la pensée. Ses membres, partisans de la Révolution
nationale, rompirent finalement avec Pétain et Uriage ferma ses portes en 1942. Hubert-
Beuve-Méry et la plupart des anciens cadres de l’école participèrent à la Résistance dans
le groupe clandestin L’Ordre, dans le Tarn. A la Libération, Beuve-Méry fut promu
lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur. Rédacteur en chef de l’hebdomadaire
Temps présent, il fut choisi par le général de Gaulle pour fonder un nouveau quotidien
de qualité capable d’assurer la succession du Temps, principal journal de la IIIe
République, supprimé pour fait de collaboration. Hubert-Beuve-Méry prit la direction de
ce nouveau titre, Le Monde, appelé à devenir une véritable institution en France. Il en
conserva la direction jusqu’à sa retraite et signait des éditoriaux sous le pseudonyme de
Sirius. Il est considéré comme l’un des plus grands journalistes français de la seconde
moitié du XXème siècle.
Pour l’amour de l’Aube —
L’archiviste Octave Beuve (1881-1920) a publié plus d’une
trentaine de livres sur son département, aussi bien des ouvrages d’histoire et
d’architecture, comme Les abbayes du département de l’Aube, Arcis-sur-Aube, Histoire
du diocèse pendant la Révolution, Les Troyens et l’armée du général Custine, L’invasion
de 1813-1814 en Champagne… que des inventaires de fonds d’archives, comme celle de
la ville de Troyes postérieures à 1789.
Les Beuve dans l’histoire
— Citons également : le père Jacques de Sainte-Beuve
(1613-1677), casuiste et théologien janséniste, professeur au collège de France, auteur
de nombreux traités en latin publiés par son frère comme Les Cas de conscience, Traité
de la confirmation ou encore Traité de l’Extrême-onction ; le journaliste et écrivain
régionaliste Louis Beuve (1869-1949), né à Quettreville-sur-Sienne en 1869 et mort en
1949, directeur du Courrier de la Manche, figure de l’autonomisme normand de la fin du
XIXème siècle ; l’élu local André Beuve, ancien maire de la commune de Vesly ;
l’universitaire Michaël Beuve, maître de conférences en informatique à l’université Claude
Bernard-Lyon I ; Mireille Beuve, élue maire de