//img.uscri.be/pth/1c0785d502cb6741ab13eb4ccf1c9ccc720cbc64
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BOCHER

De
2 pages
BOCHER

A l’origine — Bocher a tout simplement surnommé un boucher, artisan qui vendait à
l’origine de la viande de bouc. Les Bocher sont près de 1 800 aujourd’hui en France.
Leurs trois premiers départements d’implantation sont les Côtes-d’Armor, Paris et la
Manche.
Une prestigieuse dynastie — Pierre-Henri-Édouard Bocher (1811-1900), fils d’un
agent de change intégra comme le Conseil d’Etat en 1833 après des études de droit. En
1834, il épousa Aline de Laborde (1811-1885), fille du député d’Etampes, Alexandre de
Laborde. Ce dernier, fort influent, obtint pour son gendre le poste de sous-préfet
d’Etampes (1834). Cinq ans plus tard, Edouard Bocher fut nommé préfet du Gers. Après
avoir mené une mission de pacification à Toulouse en proie à des troubles populaires, il
fut placé à la tête de la préfecture du Calvados (1842-1848). Après la chute de Louis-
Philippe, il se lança en politique et fut élu député de ce même département (1849).
Nommé par le « Roi citoyen » administrateur des biens de la famille d’Orléans, il s’opposa
à leur spoliation et fut condamné par le pouvoir impérial à un mois de prison. Opposant
de Napoléon III, il revint sur le devant de la scène en 1871 en remportant à nouveau un
siège de député du Calvados et prit la tête à l’assemblée du centre droit. En 1876, il fut
élu au sénat. Grand ami d’Alfred de Musset qui lui dédia l’un de ses premiers poèmes, il
fut également un bibliophile éclairé. Son frère cadet, Charles-Philippe Bocher (1816-1908)
mena tout ...
Voir plus Voir moins
B
OCHER
A l’origine —
Bocher a tout simplement surnommé un boucher, artisan qui vendait à
l’origine de la viande de bouc. Les Bocher sont près de 1 800 aujourd’hui en France.
Leurs trois premiers départements d’implantation sont les Côtes-d’Armor, Paris et la
Manche.
Une prestigieuse dynastie
— Pierre-Henri-Édouard Bocher (1811-1900), fils d’un
agent de change intégra comme le Conseil d’Etat en 1833 après des études de droit. En
1834, il épousa Aline de Laborde (1811-1885), fille du député d’Etampes, Alexandre de
Laborde. Ce dernier, fort influent, obtint pour son gendre le poste de sous-préfet
d’Etampes (1834). Cinq ans plus tard, Edouard Bocher fut nommé préfet du Gers. Après
avoir mené une mission de pacification à Toulouse en proie à des troubles populaires, il
fut placé à la tête de la préfecture du Calvados (1842-1848). Après la chute de Louis-
Philippe, il se lança en politique et fut élu député de ce même département (1849).
Nommé par le « Roi citoyen » administrateur des biens de la famille d’Orléans, il s’opposa
à leur spoliation et fut condamné par le pouvoir impérial à un mois de prison. Opposant
de Napoléon III, il revint sur le devant de la scène en 1871 en remportant à nouveau un
siège de député du Calvados et prit la tête à l’assemblée du centre droit. En 1876, il fut
élu au sénat. Grand ami d’Alfred de Musset qui lui dédia l’un de ses premiers poèmes, il
fut également un bibliophile éclairé. Son frère cadet, Charles-Philippe Bocher (1816-1908)
mena tout d’abord une carrière militaire. Après avoir combattu en Afrique et en Crimée, il
démissionna et publia des articles sur ses campagnes militaires françaises pour La revue
des deux Mondes. Figure de la vie parisienne, il mourut en 1908. Son deuxième frère,
Louis-Alfred Bocher, né en 1818, suivit également une destinée militaire. Il participa
successivement aux campagnes d’Afrique, d’Italie et à la guerre de Crimée où il joua un
rôle important lors de la prise de la tour de Malakoff. Promu chef de bataillon (1855) et
colonel (1865) au 3e zouave, il accompagna le corps expéditionnaire français au Mexique.
Membre de l’armée du Rhin durant la guerre de 1870, il devint général de brigade et
divisionnaire en 1878. Il mourut en 1885. Le benjamin de la fratrie, Amédée Bocher né en
1825, diplômé de l’école navale (1841), devint lieutenant de vaisseau en 1852. Lors de la
guerre de Crimée, il participa à l’assaut contre le fort de Sébastopol (1854). Il quitta
larmée pour se concacrer à sa carrière d’économiste. Il publia notamment les ouvrages
La France dans l’avenir (1891) et Les progrès modernes (1894). Emmanuel Bocher (1835-
1919), fils aîné d’Edouard, diplômé de l’école de Saint-Cyr, intégra l’armée et participa à
la campagne d’Italie (1859). Promu capitaine en 1861, il fut capturé à Metz durant la
guerre franco-prussienne de 1870. Il démissionna de l’armée en 1875 pour se consacrer
à l’édition. Ami intime de la comédienne Sarah Bernhardt, il publia l’œuvre complète du
célèbre illustrateur et graveur Gavarni.
Un résistant
— Joseph Bocher, né à Ploubazlanec en 1898, fut conseil municpal
socialiste de la commune d’Equeurdeville dans la Manche en 1925 et maire adjoint à
partir de 1936. Animateur de l’union départementale CGT de la Manche, il fonda, durant
l’Occupation, le mouvement de résistance Libération-Nord Manche en 1942. Maire
d’Equeurdeville en 1959 et conseiller général (1945-1973), il mourut en 1973.
Les Bocher dans l’histoire
— Citons également : l’artiste peintre René Bocher, né au
XIXème siècle, qui exposa au Salon en 1873 ; le mathématicien américain Maxime Bôcher
(1867-1918), inventeur du théorème qui porte son nom, professeur à Harvard, qui publia
une centaines d’articles sur les équations, les séries et l’algèbre ; le poète et barde breton
Aogust Bôcher, né en 1878, membre du Gorsedd de Bretagne, journaliste au sein de
l’hebdomadaire catholique Breiz, défenseur de la langue bretonne qui fut abattu par des
résistants, le 22 avril 1944 en raison de ses sympathies régionalistes ; l’artiste peintre Alain
Bocher, né en1935 ; l’acteur Christian Bocher,né en1962, interprète dans les fims Fog
(2005), Masters of Horror : La fin absolue du monde (2005) ou encore En quête
d’innocence (2005) ; le docteur Rachel Bocher, psychiatre des hôpitaux et chef de service
au CHU de Nantes, présidente de l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers ;
l’homme politique Hervé Bocher, vice-président du conseil général de Loire-Atlantique et
conseiller municipal de La Chapelle-sur-Erdre ; la femme politique Rachel Bocher,
conseillère municipale de Nantes ; l’universitaire Erwan Bocher chercheur associé à
l’université Rennes 2, spécialisé en géomatique et en modélisation spatiale ; etc.©