//img.uscri.be/pth/1202454faedc727b279d0c96bc155912864ec44d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BONET

De
2 pages
BONET

A l’origine — Du latin bonus, le nom de baptême Bonet a été popularisé par saint
Bonnet, évêque de Clermont au VIIème siècle. Il y a 1 800 Bonet en France aujourd’hui.
Un religieux à l’époque du schisme — Né vers 1340 sans doute à Sisteron, dans les
Alpes-de-Haute-Provence, Honoré Bonet fit profession à l’abbaye bénédictine de l’Ile-
Barbe. En 1368, il accompagna le pape Urbain V à Rome et revint avec lui à Avignon où il
étudia le droit. A peine licencié, il harangua Louis Ier, roi de Sicile, lors de son passage
dans la cité des papes. Il fut alors employé par la cour de Provence et chargé de faire
plier Sisteron rebelle à Louis II. Entré au service de Charles VI, il fut envoyé à Nîmes puis
séjourna à la cour d’Aragon. En 1386, une nouvelle mission le mena auprès de
Wenceslas, roi des Romains. De retour à Avignon en 1405, il rédigea l’acte de procuration
précédant l’alliance de Louis II, de Boucicaut et des Gênois. Mort vers 1340, il rédigea
plusieurs traités militaires, livra ses réflexions sur le schisme ainsi qu’un tableau des
mœurs de son époque : L’apparicion maistre Jehande Meun (1398).
Le “docteur profitable” — Théologien surnommé “le docteur profitable”, membre de
l’ordre des Franciscains, Nicolas Bonet était légat du pape Benoît XII en T artarie et devint
évêque de Malte en 1342. Il se rendit célèbre par la singularité de ses opinions. Il
affirmait par exemple que les paroles du Christ sur la Croix, “Femme, voilà votre fils”,
avaient été suivies d’une ...
Voir plus Voir moins