//img.uscri.be/pth/335cce1c29cc0bfe2017788151e532b5cd2cd03c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BONIN

De
2 pages
BONIN

A l’origine — Le patronyme Bonin était attribué en surnom à un homme brave (ce qui
correspond au sens de l’adjectif bon en ancien français). Les porteurs du nom Bonin sont
aujourd’hui près de 10 000 en France. Leurs deux premiers départements d’implantation
sont la Saône-et-Loire et l’Isère.
Ils ont perdu la tête — Quatre Bonin ont été condamnés à la guillotine pendant les
années de terreur révolutionnaire. Jacques Bonin, né à Montbrison en 1752, a été
condamné à mort en l’an 2 par la commission révolutionnaire de Lyon. Jean Bonin, de
Ronsière, originaire de Loire-Atlantique, a été condamné à mort comme “ brigand de la
Vendée ” la même année par la commission militaire de Nantes, en même temps que
Julien Bonin, de Ronsière. Enfin, Louise Bonin, épouse Laudinet, a été condamnée à mort
comme “ receleuse de prêtres réfractaires ” (c’est-à-dire qu’elle les cachait pour leur
sauver la vie… ce qui lui coût la sienne) en l’an 2 par le tribunal criminel de la Vienne.
À la découverte de l’Asie Centrale — Charles-Eudes Bonin (1865-1929), né à Poissy et
diplômé de l’Ecole des chartes, a eu le privilège d’explorer les régions les plus reculées
d’Asie dans les dernières années du XIXème siècle. Il fut d’abord nommé chef de cabinet
à la Résidence d’Annam et Tonkin en 1889, puis commissaire adjoint auprès des tribus
Muong du Laos en 1891. Il fut ensuite chargé d’explorer les territoires situés à l’ouest de
l’empire chinois en 1895. Partant du Tonkin, il traversa le Tibet, la ...
Voir plus Voir moins