//img.uscri.be/pth/fa4514d7b9ad0e711e6d1d28214a237351bbbfb3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BOULIN

De
2 pages
BOULIN

A l’origine — Boulin est issu d’un ancien nom de baptême germanique, Bolin (de buolo,
ami). Les porteurs du nom Boulin sont aujourd’hui près de 2 700 en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont la Nièvre, la Vienne et le Pas-de-Calais.
Un destin tragique — Robert Boulin, né en 1920, se distingua au sein de la Résistance
durant la Seconde Guerre mondiale. Gaulliste convaincu, il fut élu député UNR de la
Gironde en 1958 et maire de Libourne en 1959. Il devint dès lors lors des figures de la Ve
République, occupant à plusieurs reprises des fonctions ministérielles : secrétaire d’État
aux Rapatriés (1961 et 1962), au Budget (1962 et 1966), à l’Économie et aux Finances
(1967) ministre de la Fonction publique (1968), de l’Agriculture (1968), de la Santé
publique et de la Sécurité sociale (1969), chargé des relations avec le Parlement (1972 et
1976) puis à l’Économie et aux Finances (1977). Alors qu’il occupait la charge de ministre
du Travail à partir de 1978, il fut retrouvé mort, le 30 octobre 1979, dans un étang de la
forêt de Rambouillet. Ce décès surprit l’opinion notamment en raison des circonstances
mystérieuses qui l’entouraient. La thèse du suicide fut officiellement retenue. Débuta
alors « l’affaire Boulin » et une partie de la presse émit l’idée que l’homme politique fut,
en réalité, assassiné ! Cette thèse s’appuyait notamment sur les traces de coups
suspectes retrouvées sur le corps et sur des indices qui laissaient penser que le ...
Voir plus Voir moins
B
OULIN
A l’origine —
Boulin est issu d’un ancien nom de baptême germanique, Bolin (de buolo,
ami). Les porteurs du nom Boulin sont aujourd’hui près de 2 700 en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont la Nièvre, la Vienne et le Pas-de-Calais.
Un destin tragique
— Robert Boulin, né en 1920, se distingua au sein de la Résistance
durant la Seconde Guerre mondiale. Gaulliste convaincu, il fut élu député UNR de la
Gironde en 1958 et maire de Libourne en 1959. Il devint dès lors lors des figures de la Ve
République, occupant à plusieurs reprises des fonctions ministérielles : secrétaire d’État
aux Rapatriés (1961 et 1962), au Budget (1962 et 1966), à l’Économie et aux Finances
(1967) ministre de la Fonction publique (1968), de l’Agriculture (1968), de la Santé
publique et de la Sécurité sociale (1969), chargé des relations avec le Parlement (1972 et
1976) puis à l’Économie et aux Finances (1977). Alors qu’il occupait la charge de ministre
du Travail à partir de 1978, il fut retrouvé mort, le 30 octobre 1979, dans un étang de la
forêt de Rambouillet. Ce décès surprit l’opinion notamment en raison des circonstances
mystérieuses qui l’entouraient. La thèse du suicide fut officiellement retenue. Débuta
alors « l’affaire Boulin » et une partie de la presse émit l’idée que l’homme politique fut,
en réalité, assassiné ! Cette thèse s’appuyait notamment sur les traces de coups
suspectes retrouvées sur le corps et sur des indices qui laissaient penser que le cadavre
avait été transporté après la mort ! Cependant, des éléments probants battaient en
brèche cette version des faits et avalisaient le suicide de Robert Boulin. Malgré cela, sa
fille, Fabienne Boulin-Burgeat, fit relancer l’enquête au mois d’avril 2007, sans remettre
en cause la thèse retenue par la justice.
Un espoir des Lettres
— Jean-Eric Boulin, diplômé de sciences politiques à l’université
de Paris, s’est illustré dans les milieux littéraires en publiant, à l’âge de 28 ans, son
premier roman Supplément au roman national (2006), réflexion sur la France, ses
dirigeants et l’exercice du pouvoir. Loué par la critique, l’ouvrage est alors retenu lors de
la première sélection du Goncourt. Jean-Eric Boulin est alors devenu l’un des plus grands
espoirs de la littérature française.
Dans la vie publique —
Beaucoup de Boulin entreprirent des carrières politiques, parmi
eux évoquons : Louis Claire Marie Joseph Boulin, maire en 1865 à Lorrain (Martinique) ;
Gaston Boulin, maire de 1900 à 1903 à Château-Chinon (Nièvre) ; Marcel Boulin, maire de
1965 à 1977 à Asnières-sous-Bois (Yonne) ; Robert Moulin, maire en 1979 à Libourne
(Gironde) ; Michel Boulin, maire en 1995 à Peyrière (Lot et Garonne) ; Andrée Boulin, élu
maire en 2001 à Saint-Laurent-du-Plan (Gironde) ; etc.
Les Boulin dans l’histoire —
Signalons aussi : l’artiste Ernoul Boulin, né au XVème
siècle, qui contribua à la construction de la cathédrale d’Amiens à partir de 1509 ; l’artiste
Madeleine Boulin, auteur du recueil de poésies Oeuvres de Madeleine Boulin, 15 ans,
Lamballe 1938. Poèmes de ma Bretagne (1939) ; le géologue Jean Boulin, auteur de
l’étude Méthodes de la stratigraphie et géologie historique (1977) ; l’historien Marcel
Boulin qui a publié l’ouvrage A la hussarde dans l’armée française, 1743-1915.
Contribution à l’étude des uniformes. Analyses et descriptions avec 88 illustrations
(1982) ; le chef d’enterpise Philippe Boulin, né en 1935, Pdg de la société Creusot-Loire
(1982), administrateur de Shell France (1978-1985), de l’agence Havas (1978-1987) et de
la Compagnie générale des eaux (1978-1984) ; la présentatrice de télévision Arielle
Boulin-Prat, née en 1953, co-présentatrice de l’émission Les Chiffres et les Lettres ; etc.
Autres noms de même signification :
Bol (150, Puy-de-Dôme), Bole (1 050, Doubs),
Boleau (12, Loiret), Bolle (2 550, Nord), Bollet (540, Ain), Bolletet (20, Côte-d’Or), Bollot
(260, Marne), Bolnot (45, Côte-d’Or), Bolot (1 160, Haute-Saône)…© Archives