//img.uscri.be/pth/c5aacdcca0c71bd6e2670c194b89c2153e6dd8d7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BREUIL

De
1 page
BREUIL
a l’origine — Breuil était le surnom de l’homme qui était originaire du Breuil, c’est-à-dire
d’un petit bois entouré d’un mur ou d’une haie. Breuil vient de l’ancien français breuil et
de l’occitan brolh. Il y a aujourd’hui en France plus de 5 700 porteurs de ce nom,
présents surtout dans le Limousin.
Guillotiné sous la Terreur — Le vicaire Jean Breuil, habitant Allegré, dans le canton du
Puy, en Haute-Loire, fut condamné à mort comme réfractaire par le tribunal criminel de
ce département. Il fut guillotiné en décembre 1793.
La Société des antiquaires de Picardie — L’érudit Guillain-Joseph-Auguste Breuil
(1811-1865), né à Amiens, avocat à Paris et à Amiens, juge de paix en 1844, fut nommé
en 1855 membre de la commission du musée Napoléon. Membre de l’Académie
d’Amiens, secrétaire et président de la Société des antiquaires de Picardie, il écrivit
nombre d’articles pour les publications de ces sociétés et collabora à la Revue de l’art
chrétien. Il fit également une incursion dans le domaine de la comédie et laissa des livres
d’histoire, parmi lesquels La Confrérie de Notre-Dame du Puy d’Amiens (1854), ou Les
Lettres de Mme Roland aux demoiselles Cannet (1841), qu’il avait publiées.
Un préhistorien — L’ecclésiastique et préhistorien Henri Breuil, né à Mortain en 1877,
mort à L’Isle-Adam en 1961, était professeur d’ethnologie préhistorique à l’Institut de
paléontologie humaine en 1910, puis au Collège de France de 1929 à 1947. Il effectua
d’innombrables relevés de ...
Voir plus Voir moins