//img.uscri.be/pth/5dc18bbb60d15ebf983b6beee136a65104deb279
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BRILLANT

De
2 pages
BRILLANT

A l’origine — Brillant désignait au départ celui qui chassait au brilloir (sorte de piège à
oiseaux). Le nom a pu aussi bien surnommer un oiseleur que, par extension, un homme
rusé. Les porteurs de ce nom sont actuellement environ 2 800 en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont la Sarthe, le Loir-et-Cher et la Mayenne.
Obèse ? — Née en 1724, celle qu’on appelait Mademoiselle Brillant fit ses débuts dans le
monde du théâtre à l’opéra-comique de la Foire Saint-Germain. Après avoir rejoint la
troupe du maréchal de Saxe, elle se produisit à la Comédie-Française à partir de 1750, y
triomphant dans les rôles de confidentes de tragédies. Se retirant en 1788, elle revint sur
le devant de la scène en 1766, un an avant sa mort. On raconte qu’elle était devenue
obèse.
L’université catholique du théâtre — Maurice Brillant naquit dans le Maine-et-Loire
en 1881 et mourut en 1953. Il mena une grande carrière dans le journalisme, collaborant
à divers journaux d’inspiration catholique, dont La Croix, L’Epoque, La Vie catholique ou
L’Aube. Chroniqueur pour le Correspondant, dont il demeura longtemps secrétaire de la
rédaction, il fonda ensuite l’université catholique du théâtre. Il a écrit quelques poèmes,
des ouvrages sur l’art ou sur la religion (Problèmes de la danse ou Saint Jean de la Croix),
des récits de voyage, des romans (Les Années d’apprentissage de Sylvain Briollet en
1921, L’Amour sur les tréteaux et La Fidélité impunie), et des études mêlant ...
Voir plus Voir moins
B
RILLANT
A l’origine —
Brillant désignait au départ celui qui chassait au brilloir (sorte de piège à
oiseaux). Le nom a pu aussi bien surnommer un oiseleur que, par extension, un homme
rusé. Les porteurs de ce nom sont actuellement environ 2 800 en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont la Sarthe, le Loir-et-Cher et la Mayenne.
Obèse ? —
Née en 1724, celle qu’on appelait Mademoiselle Brillant fit ses débuts dans le
monde du théâtre à l’opéra-comique de la Foire Saint-Germain. Après avoir rejoint la
troupe du maréchal de Saxe, elle se produisit à la Comédie-Française à partir de 1750, y
triomphant dans les rôles de confidentes de tragédies. Se retirant en 1788, elle revint sur
le devant de la scène en 1766, un an avant sa mort. On raconte qu’elle était devenue
obèse.
L’université catholique du théâtre —
Maurice Brillant naquit dans le Maine-et-Loire
en 1881 et mourut en 1953. Il mena une grande carrière dans le journalisme, collaborant
à divers journaux d’inspiration catholique, dont La Croix, L’Epoque, La Vie catholique ou
L’Aube. Chroniqueur pour le Correspondant, dont il demeura longtemps secrétaire de la
rédaction, il fonda ensuite l’université catholique du théâtre. Il a écrit quelques poèmes,
des ouvrages sur l’art ou sur la religion (Problèmes de la danse ou Saint Jean de la Croix),
des récits de voyage, des romans (Les Années d’apprentissage de Sylvain Briollet en
1921, L’Amour sur les tréteaux et La Fidélité impunie), et des études mêlant religion et
politique. Signalons aussi qu’il traduisit du grec de nombreuses œuvres.
Suzette —
Dany Brillant naquit à Tunis en 1965. Fan de Franck Sinatra, il apprit vers
quatorze ans la guitare pour jouer les grands succès de son idole. Quittant l’université à
vingt ans, il se lança à corps perdu dans la musique, se produisant dans des cabarets à
Saint-Germain. Vite remarqué, il sortit un premier album en 1991, C’est ça qui est bon,
avec pour titre phare Suzette. En 1993 parut son deuxième album C’est toi, et en 1996
un troisième, Havana, sur des rythmes cubains. En 1999, il enregistra Nouveau jour et se
produisit en première partie de Céline Dion au stade de France. L’album Dolce Vita le fit
revenir sur le devant de la scène en 2001. Enfin, sa voix de crooner le destinant
naturellement au jazz, il sortit Jazz... à la Nouvelle Orléans en 2004.
Génocide vendéen —
Plusieurs Brillant ont été guillotinés sous la Révolution, lors de la
répression de l’insurrection vendéenne : André Brillant, né à Chavanne (Maine-et-Loire),
fut condamné à mort comme « brigand de la Vendée » le 6 nivôse, an 2, et guillotiné,
ainsi que Jean Brillant, Michel Brillant, de Cholet (Maine-et-Loire), Etienne Brillant, de
Chavanne.
Sur les planches —
L’actrice Marie-Jeanne Brillant (1724-1767) joua dans la troupe du
maréchal de Saxe, puis à la Comédie-Française à partir de 1750, où elle connut le succès
dans des rôles de confidente. Quant à l’actrice Irène Brillant, on peut la voir dans
L’Instinct d’André Liabel et Léon Mathot en 1929, tenant ensuite les rôles de Mme Louvet
dans Coiffeur pour dames de René Guissart en 1932, de Louise Boivin dans Madame ne
veut pas d’enfants de Constantin Landau et Hans Steinhoff en 1933, et de Marie Perreau
dans le drame d’Abel Gance Jérôme Perreau, héros des barricades (1935)…
Les Brillant dans l’histoire —
Parmi les porteurs notables de ce nom, citons encore :
le journaliste et écrivain Maurice Brillant (1881-1953), né à Combrée (Maine-et-Loire), qui
collabora à plusieurs journaux catholiques, publia des poésies, ouvrages d’art et religieux,
et des romans dont L’amour sur les tréteaux ; l’artiste peintre Madeleine Brillant, née au
XXème siècle, qui exposait des fleurs au Salon d’Automne ; Jean-Pierre Brillant, né à Paris
en 1948, diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ensae, Pdg de ECE, de IN-LHC, Dg de
Intertechnique et de la branche Aicraft Systems du groupe Zodiac à partir de
2002 ; etc.© Archives & Culture. Reproduction et diffusion interdites. Usage privé
seulement.