//img.uscri.be/pth/bef23fbfff9a8c9115d50e450c566be5afac581f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BRIQUET

De
2 pages
BRIQUET

A l’origine - En ancien français, le mot bric signifiait : sot, fou. Le patronyme Briquet
aurait ainsi été le surnom d’un homme extravagant ou bien un peu sot. Les porteurs du
nom Briquet sont aujourd’hui plus de 4 000 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont le Nord, la Haute-Vienne et la Meuse.
Face à l’ennemi — Parmi les Briquet qui ont combattu dans la guerre 1914-1918, citons
à titre d’exemple Alfred Briquet, capitaine d’une compagnie de mitrailleuses au 82ème RI.
Mort pour la France, il a reçu la croix de guerre et cette citation à titre
posthume : « Officier ayant toujours eu au feu une attitude splendide. Le 16 avril 1917, a
conduit brillamment sa compagnie à l’assaut. Tué en toute première ligne alors qu’il
reconnaissait de sa personne une mitrailleuse ennemie qui, à courte distance, gênait
notre progression ».
Femmes et hommes d’Eglise — De nombreux Briquet consacrèrent leur vie à Dieu.
Madeleine Briquet de Saint Christophe, religieuse dans la communauté janséniste de
Port-Royal-des-Champs, partit la dernière lors de l’enlèvement des religieuses en 1664 et
persista dans cette hérésie lors des interrogatoires qui suivirent. Elle mourut en 1689.
Valérien Briquet (1701-1769), né à Châlons, ordonné prêtre en 1726, chanoine de la
Trinité en 1743, était un janséniste convaincu, auteur d’un Testament spirituel en 1750.
Alexandre Briquet (1762-1833), né à Chasseneuil, ordonné prêtre en 1787, professeur à
Poitiers, quitta la prêtrise ...
Voir plus Voir moins