//img.uscri.be/pth/99f7a2eb055163b4a7faec4df53dfb193cc6dc7f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BUSSIERE ou BUSSIERES

De
2 pages
BUSSIERE ou BUSSIERES

A l’origine — Les premiers porteurs des patronymes Bussière ou Bussières étaient
originaires de villages ou lieux-dits portant le nom Bussière. Bussière vient de l’ancien
français bussière, lieu planté de buis. Il y a aujourd’hui plus de 3 500 Bussière en France,
présents surtout dans le Puy-de-Dôme et dans la Creuse. Quant aux Bussières, beaucoup
moins nombreux (environ 300), ils sont plutôt implantés en Corrèze.
Un élève de Puvis de Chavannes — Le peintre Gaston Bussière (1862-1928), né à
Cuisery en Saône-et-Loire, élève de Cabanel et Puvis de Chavannes, débuta au Salon de
1886 en y exposant des portraits, puis se tourna vers des sujets empruntés à la
mythologie antique, nordique et médiévale. Citons parmi ses nombreuses œuvres : Les
Walkyries, Tristan et Iseult, La Chanson de Roland, La Fée aux oiseaux. Décorateur de
renom, il peignit également des panneaux décoratifs, La Vie de Jeanne d’Arc, pour le
comte de Leusse, ainsi que l’un des plafonds de l’hôtel particulier du marquis de
Barbantane sur le thème de La Musique et la Danse. Illustrateur de talent, il dessina pour
L’Illustration et le Monde moderne, et composa des gravures pour plusieurs éditions
originales parmi lesquelles Les Proscrits de Balzac, 1905, Salammbô de Gustave Flaubert,
Emaux et Camées de Théophile Gautier, 1923.
Un préfet de Vichy — Amédée Bussière (1886-1953), né à Clermont-Ferrand, débuta
en 1907 au cabinet du préfet de l’Aveyron et obtint trois citations pendant la ...
Voir plus Voir moins
B
USSIERE ou BUSSIERES
A l’origine —
Les premiers porteurs des patronymes Bussière ou Bussières étaient
originaires de villages ou lieux-dits portant le nom Bussière. Bussière vient de l’ancien
français bussière, lieu planté de buis. Il y a aujourd’hui plus de 3 500 Bussière en France,
présents surtout dans le Puy-de-Dôme et dans la Creuse. Quant aux Bussières, beaucoup
moins nombreux (environ 300), ils sont plutôt implantés en Corrèze.
Un élève de Puvis de Chavannes —
Le peintre Gaston Bussière (1862-1928), né à
Cuisery en Saône-et-Loire, élève de Cabanel et Puvis de Chavannes, débuta au Salon de
1886 en y exposant des portraits, puis se tourna vers des sujets empruntés à la
mythologie antique, nordique et médiévale. Citons parmi ses nombreuses œuvres : Les
Walkyries, Tristan et Iseult, La Chanson de Roland, La Fée aux oiseaux. Décorateur de
renom, il peignit également des panneaux décoratifs, La Vie de Jeanne d’Arc, pour le
comte de Leusse, ainsi que l’un des plafonds de l’hôtel particulier du marquis de
Barbantane sur le thème de La Musique et la Danse. Illustrateur de talent, il dessina pour
L’Illustration et le Monde moderne, et composa des gravures pour plusieurs éditions
originales parmi lesquelles Les Proscrits de Balzac, 1905, Salammbô de Gustave Flaubert,
Emaux et Camées de Théophile Gautier, 1923.
Un préfet de Vichy —
Amédée Bussière (1886-1953), né à Clermont-Ferrand, débuta
en 1907 au cabinet du préfet de l’Aveyron et obtint trois citations pendant la guerre de
1914-1918. Préfet du Calvados, il dirigea le cabinet ministériel d’Henry Chéron à plusieurs
reprises et fut nommé en 1938 directeur général de la Sûreté nationale par Max Dormoy.
Préfet de l’Aisne, puis du Pas-de-Calais en juillet 1940, il devint en 1942 préfet de police
de Paris et le resta jusqu’à la Libération. Arrêté en 1944, accusé de collaboration et
d’intelligence avec l’ennemi, il dut répondre de ses actes devant un tribunal. Condamné
aux travaux forcés à perpétuité en 1946, interné à Fontevrault, il bénéficia en 1951 d’une
mesure de libération conditionnelle et mourut à Paris.
Un célèbre acteur —
Raymond Bussière (1907-1982), né à Ivry-la-Bataille dans l’Eure,
était dessinateur à la préfecture de la Seine avant de débuter au théâtre avec le groupe
Octobre sous l’égide de Jacques Prévert. Dès cette époque, il imposa son personnage de
titi parisien à l’accent gouailleur, campant aussi bien des voyous pittoresques que des
ouvriers râleurs, et forma avec Annette Poivre un couple populaire à la ville comme à
l’écran. Il tourna avec de grands metteurs en scène parmi lesquels Claude Autant-Lara,
Marc Allégret, René Clair, Jean Delannoy. Citons parmi son impressionnante et inégale
filmographie Les Portes de la nuit (Marcel Carné, 1946), Casque d’Or (Jacques Becker,
1952), Justice est faite (André Cayatte, 1950), Quai-du-Point-du-Jour (J. Faurez, 1950).
Les Bussière(s) dans l’histoire — Mentionnons encore : Jaquemin de Bussières, secrétaire
du roi de Sicile, puis de Charles VII, qui eût un rôle important dans les années 1445
comme négociateur auprès des princes allemands, au cours de l’expédition du dauphin
en Alsace ; l’historien Georges Bussières (1844-1912), né à Brantôme, avocat à Bordeaux,
puis à Périgueux, hussard pendant la guerre de 1870, procureur à Libourne, conseiller à
la cour de Bourges en 1890, président de chambre à Lyon en 1901, auteur de poésies
très influencées par Victor Hugo, et de travaux historiques dont les trois volumes des
Etudes sur la Révolution française en Périgord, en 1903 ; l’homme politique Etienne-
Eugène Bussière, né à Beaulieu en Corrèze en 1858, propriétaire terrien, juge de paix de
son canton, conseiller général, élu député de Brive à partir de 1898, sénateur en 1911,
réélu en 1912 parmi les membres de la gauche démocratique ; le président de sociétés
Jean-Pierre Bussière, né en 1925 à Lyon ; le préfet Claude Bussière, né en 1928 à
Clamecy dans la Nièvre ; etc.
Autres noms de même signification :
Busière (230, Pas-de-Calais), Bussereau (430,
Vienne), Busseret (135, Saône-et-Loire), Busserolles (295, Allier), Labussière (1 360,
Creuse)...© Archives &