//img.uscri.be/pth/0d94d554482b0b00d8def60a1679cd23fd2ab79a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CABANIS

De
2 pages
CABANIS

A l’origine — Cabanis, originaire du Midi de la France, est tout simplement un surnom
qui désignait l’habitant d’une cabane ou d’une localité de ce nom. Environ 600 Cabanis
sont recensés en France aujourd’hui.
Du barreau à la terre — Jean-Baptiste Cabanis (1725-1786), né à Yssandon, en
Corrèze, exerça le métier d’avocat jusqu’à son mariage. Sa jeune épouse lui apportant le
petit fief de Salagnac, il délaissa la juridiction au profit de l’agriculture. Il multiplia les
expériences en ce domaine, donnant de l’extension à la culture du blé et répandant celle
de la pomme de terre. Il se lança aussi dans divers essais, plus ou moins convaincants,
de pain de châtaigne, de sériculture, et se risqua jusqu’au croisement de mérinos avec
des brebis espagnoles. La culture des arbres fruitiers comptait parmi ses sujets de
prédilection et il livra, de ses observations en la matière, un Essai sur les principes de la
greffe (1871). Membre de la Société d’agriculture du Limousin, Cabanis était l’un des
proches de Turgot.
Ami de Mirabeau et beau-frère de Condorcet — Fils de Jean-Baptiste (voir
paragraphe précédent), le philosophe et homme de science Georges Cabanis (1757-
1808), né à Cosnac, près de Brive, fit très tôt parler de lui : il fut renvoyé du collège de la
ville pour indiscipline ! On le confia au poète Roucher. En 1775, engagé auprès de
l’évêque de Wilno, il parcourut l’Allemagne et la Pologne où il acheva ses études. Sa santé
fragile le contraignit à consulter le ...
Voir plus Voir moins