//img.uscri.be/pth/9e51690353d59a507a124135290038f136305156
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CAILLAT

De
2 pages
CAILLAT

A l’origine — Cail, lait caillé, coagulé, désignait autrefois un marchand de fromages,
mais le nom peut aussi dérivé de caille, qui signifiait caillou en ancien français, qualifiant
alors la localisation initiale de la famille. On dénombre plus de 2 700 Caillat en France. Ils
sont principalement implantés en Isère.
La Guêpe du Rhône — Fils d’un négociant lyonnais, Charles-François Caillat (1760-1839)
édita, en 1823, le journal La Guêpe du Rhône et fit publier, dans les années qui suivirent,
des écrits politiques d’obédience monarchiste mais néanmoins libérale, tels que Des
élections selon la Charte, en 1824.
Les dessous de l’olympisme — Le sociologue Michel Caillat, s’intéresse depuis une
vingtaine d’années au sport en tant que fait social. Il est l’auteur de nombreux ouvrages,
parmi lesquels Les dessous de l’olympisme (1984), L’idéologie du sport en France depuis
1880 : race, guerre et religion (1989), Sport et civilisation : histoire et critique d’un
phénomène social de masse (1996), René Payot : un regard ambigu sur la guerre 1933-
1943 (1998), et un recueil de Pensées critiques sur le sport (2000).
Lumière de l’absolu — Colette Caillat s’est distinguée depuis plusieurs décennies
comme une grande spécialiste des langues indo-orientales. Aux éditions Instituts d’Asie,
elle a fait paraître en 1965 un ouvrage consacré aux Expiations dans le rituel jaina ancien,
avant d’établir en 1972 l’édition critique, la traduction et le commentaire du texte
classique ...
Voir plus Voir moins
C
AILLAT
A l’origine —
Cail, lait caillé, coagulé, désignait autrefois un marchand de fromages,
mais le nom peut aussi dérivé de caille, qui signifiait caillou en ancien français, qualifiant
alors la localisation initiale de la famille. On dénombre plus de 2 700 Caillat en France. Ils
sont principalement implantés en Isère.
La Guêpe du Rhône —
Fils d’un négociant lyonnais, Charles-François Caillat (1760-1839)
édita, en 1823, le journal La Guêpe du Rhône et fit publier, dans les années qui suivirent,
des écrits politiques d’obédience monarchiste mais néanmoins libérale, tels que Des
élections selon la Charte, en 1824.
Les dessous de l’olympisme —
Le sociologue Michel Caillat, s’intéresse depuis une
vingtaine d’années au sport en tant que fait social. Il est l’auteur de nombreux ouvrages,
parmi lesquels Les dessous de l’olympisme (1984), L’idéologie du sport en France depuis
1880 : race, guerre et religion (1989), Sport et civilisation : histoire et critique d’un
phénomène social de masse (1996), René Payot : un regard ambigu sur la guerre 1933-
1943 (1998), et un recueil de Pensées critiques sur le sport (2000).
Lumière de l’absolu —
Colette Caillat s’est distinguée depuis plusieurs décennies
comme une grande spécialiste des langues indo-orientales. Aux éditions Instituts d’Asie,
elle a fait paraître en 1965 un ouvrage consacré aux Expiations dans le rituel jaina ancien,
avant d’établir en 1972 l’édition critique, la traduction et le commentaire du texte
classique Candavéjjahaya. En 1970, elle s’était déclarée Pour une nouvelle grammaire du
Pali, selon le titre de l’un de ses ouvrages pédagogiques. Plus récemment, en 1999, elle a
édité et traduit de l’apabahramsa, avec Nalini Balbir, le grand poème de Yogindu,
Lumière de l’absolu. Composée vraisemblablement au VIème siècle de notre ère, cette
œuvre construite sous forme de dialogues relate l’initiation d’un disciple par son maître
jaïn, ce dernier lui expliquant comment il faut d’abord connaître la doctrine et en
appliquer les préceptes, avant de reconnaître la pure essence divine et permettre ainsi à
l’âme d’accéder à la vision.
L’appel du devoir —
Plusieurs Caillat ont combattu au cours de la guerre de 1914-1918.
Parmi eux, évoquons le lieutenant Caillat du 3ème régiment de chasseurs à cheval,
décoré de la croix de guerre et cité à l’ordre de l’armée en ces termes : “ S’est distingué
dans plusieurs reconnaissances importantes ; blessé, est resté à la tête de son peloton ” ;
ou bien le lieutenant au 140ème R.I Etienne Caillat, originaire de Grenoble, mort pour la
France le 3 septembre 1914 dans les Vosges à l’âge de trente-trois ans, cité à titre
posthume pour avoir résisté jusqu’au bout avec ses soldats et couvert ainsi la retraite du
gros de son régiment
Les Caillat dans l’histoire —
Parmi les porteurs du nom de Caillat les plus notables,
mentionnons aussi à titre d’exemple : le peintre verrier Rollet Caillat, qui travaillait à
Marseille vers 1530 ; Claudine Caillat-Girardy, qui est l’auteur du guide archéologique
Périgueux antique, retraçant l’histoire de Périgueux et recensant tous les monuments et
vestiges antiques de la ville ; Claude Caillat, dont le premier roman, intitulé Le renne
blanc, qui met en scène un groupe de chasseurs à la fin de l’époque glaciaire, est sorti
en 2001 ; Pierre et Bruno Caillat, auteurs en 1982 d’un livre qui voulait permettre à tous
de Connaître et prévenir les avalanches ; le géologue et médecin Bernard Caillat,
correspondant en paléontologie du muséum d’histoire naturelle de Grenoble, qui a rendu
un hommage aux différentes espèces d’ours ayant vécu dans le massif du Vercors depuis
la préhistoire, dans un ouvrage récent, Ursusa : la saga des ourses dans le Vercors ; le
peintre Jean-Antoine Caillat, né à Lyon vers 1765, élève de Brevet à l’Académie royale de
Paris en 1787 ;
Autres noms de même signification :
Cail (650, Deux-Sèvres), Caillard (3 000, Loiret),
Caillé (7 670, Nord), Cailleau (3 400, Maine-et-Loire), Cailleaud (530, Vendée), Cailler
(1 300, Indre-et-Loire), Caillet (7 900, Drôme), Cailletet (60,