//img.uscri.be/pth/e144e61c9493186c5044852c78e9a6f54b4b17c6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CALMON

De
2 pages
CALMON

A l’origine — Du latin calvus mons, mont chauve, le mot servait à désigner un lieu élevé
dénudé, une colline dépourvue d’arbres. Dans l’Aveyron et en Haute-Garonne, Calmon,
ou Calmont, a donc été attribué à des personnes vivant dans de ces lieux-dits ou
hameaux. Ils sont près d’un millier aujourd’hui à porter ce nom en France.
Calmon, père — L’homme politique Jean-Louis Calmon (1774-1857), natif de Carlucet,
débuta dans la vie comme manoeuvre dans l’atelier de fabrication des assignats avant
d’être envoyé aux armées en 1793. De retour quatre ans plus tard, il se tourna vers
l’enseignement où il fut nommé inspecteur général. Sous l’Empire, on l’investit de
diverses missions à Corfou et en Westphalie. Sous la Restauration, bénéficiant de la
protection du baron Louis, il devint directeur général de l’Enregistrement puis il entra au
Conseil d’Etat. En 1820, il occupa un siège de député du Lot et s’occupa essentiellement
de questions financières. Son accession au ministère fut de courte durée puisqu’il fut
immédiatement révoqué par Polignac. Il reprit ses fonctions de directeur et occupa de
nouveaux sièges de député. Enfin, il obtint la vice-présidence de la Chambre et siégea
sans interruption jusqu’en 1846, se retirant définitivement de la vie publique deux ans
plus tard.
Calmon, fils — Fils de Jean-Louis (voir notice précédente), Marc-Antoine Calmon (1815-
1890), né à T amniès en Dordogne, marcha sur les traces de son père, entrant au Conseil
d’Etat en 1836. De ...
Voir plus Voir moins