//img.uscri.be/pth/858c602e6ce7e73dc815b920890e40d37c6cccfc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CARLES

De
2 pages
CARLES

A l’origine — Le patronyme Carles est issu du nom de baptême Charles, popularisé par
le culte de Charlemagne. Largement porté par plus de 5 000 personnes, ce nom de
famille se retrouve sur tout le sud de la France. C’est l’Aveyron qui en est le premier
département d’implantation.
Une famille d’ébénistes — La famille Carles s’illustra dans l’ébénisterie au XVIIème
siècle. L’ébéniste Jean Carles se distingua par ses travaux dans l’église de Montélimar.
Son frère Louis s’illustra dans l’église d’Aoste tandis que le fils de ce dernier, Noël, se vit
confier la responsabilité du chantier de la paroisse de Granges en 1694.
Des officiers héroïques — Le comte Jacques de Carles, né à Saint-Emilion en 1724,
s’illustra dans l’armée royale comme maréchal de camp (1780) avant de rejoindre le
camp républicain où il devint lieutenant-général. Un autre personnage de même nom,
Joseph Carles, né en 1725, servit le roi d’Espagne à partir de 1744. Il rejoignit les rangs
des gardes françaises en 1747 et participa aux campagnes de Flandres (1759) et
d’Allemagne (1761-1762). Il se distingua dans les campagnes indiennes où il fut blessé en
défendant Pondichéry. Il devint maréchal de camp en 1791. Enfin Emile Carles, né à
Cahors en 1881, s’illustra dans l’armée coloniale, notamment au Sénégal, au Tonkin et en
Tunisie et devint général de corps d’armée en 1941.
Un conseiller en stratégie et communication — Né en 1949 à Candéran (Gironde),
Jacques Carles entreprit une carrière dynamique. ...
Voir plus Voir moins
C
ARLES
A l’origine —
Le patronyme Carles est issu du nom de baptême Charles, popularisé par
le culte de Charlemagne. Largement porté par plus de 5 000 personnes, ce nom de
famille se retrouve sur tout le sud de la France. C’est l’Aveyron qui en est le premier
département d’implantation.
Une famille d’ébénistes —
La famille Carles s’illustra dans l’ébénisterie au XVIIème
siècle. L’ébéniste Jean Carles se distingua par ses travaux dans l’église de Montélimar.
Son frère Louis s’illustra dans l’église d’Aoste tandis que le fils de ce dernier, Noël, se vit
confier la responsabilité du chantier de la paroisse de Granges en 1694.
Des officiers héroïques —
Le comte Jacques de Carles, né à Saint-Emilion en 1724,
s’illustra dans l’armée royale comme maréchal de camp (1780) avant de rejoindre le
camp républicain où il devint lieutenant-général. Un autre personnage de même nom,
Joseph Carles, né en 1725, servit le roi d’Espagne à partir de 1744. Il rejoignit les rangs
des gardes françaises en 1747 et participa aux campagnes de Flandres (1759) et
d’Allemagne (1761-1762). Il se distingua dans les campagnes indiennes où il fut blessé en
défendant Pondichéry. Il devint maréchal de camp en 1791. Enfin Emile Carles, né à
Cahors en 1881, s’illustra dans l’armée coloniale, notamment au Sénégal, au Tonkin et en
Tunisie et devint général de corps d’armée en 1941.
Un conseiller en stratégie et communication —
Né en 1949 à Candéran (Gironde),
Jacques Carles entreprit une carrière dynamique. Diplômé de l’Ecole supérieure des
sciences économiques et commerciales et licencié ès lettres, il s’orienta tout d’abord vers
le journalisme et collabora au journal Les informations industrielles et commerciales, entre
1972 et 1974. Par la suite, il se tourna vers la politique en tant que conseiller du ministre
de l’Economie du Niger (1974-1976), puis devint administrateur à la commission des
communautés européennes chargé du secteur agricole à la direction des budgets (1977-
1981), administrateur chargé de bureau au secteur de l’énergie, de la chimie et des
matières premières à la direction du budget au ministère de l’Economie et des Finances
(1981-1984), chargé de mission puis directeur du contrôle de gestion et de la planification
Framatome (1984-1993), président de la société de comptabilité de France (1992-1998),
chargé de mission auprès de Xavier Emmanuelli (secrétaire d’Etat à l’action humanitaire
d’urgence) (1995-1997), fondateur et directeur de la revue Convergences (1994-1998),
membre du conseil d’administration de Médecins sans Frontières (1994-1998) et
d’Equilibres et populations (1994), auditeur de l’Institut des hautes études de défense
nationale (1988-1989). Il exerçait à partir de 1994 les fonctions de fondateur et associé de
la société Carles Rheims Consultants (CRC), société de conseil en stratégie, prospective,
lobbying et communication, et, à partir de 1998, celle de président directeur général de
FFC Conseil et formation.
Pas vu, pas pris —
Le journaliste Pierre Carles défraya la chronique audiovisuelle avec
son film Pas vu, pas pris en 1998. Véritable trublion du paysage audiovisuel français,
Pierre Carles est connu pour ses reportages alliant humour et provocation. Il réalisa un
moyen métrage montrant la connivence supposée des grands éditorialistes de la presse
télévisuelle avec les hommes politiques. Ce film fut refusé par la totalité des chaînes
françaises qui l’accusaient de diffamation et mettaient en cause sa méthode de travail. Ce
n’est qu’avec l’appui du journal satirique Charlie-Hebdo que Pierre Carles parvint à
financer le montage de son film et sa sortie dans les salles obscures où il connut un
certain succès public.
Les Carles dans l’histoire —
Citons aussi : le parlementaire Geoffroy Carles, né à
Saluces en 1460, docteur de l’université de Turin (1480), procureur général et conseiller
au parlement de Grenoble (1492), président du sénat de Melun (1509) et président du
parlement du Dauphiné en 1500 ; le prélat bordelais Lancelot de Carles, mort en 1570,
évêque de Riez, ami de Ronsard et du Bellay, auteur de Paraphrase du Cantique des
Cantiques en 1562 ; le poète Firmin Carles de