//img.uscri.be/pth/4bc80b198fe3598485109235b2a7d21954877a57
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CHABAUD

De
2 pages
CHABAUD

A l’origine — Le patronyme Chabaud correspond à une forme régionale (Auvergne,
Limousin, Vivarais) du mot cabal qui signifie : la tête. Comme nom de famille, il a pu être
été employé pour désigner un chef mais il peut aussi évoquer un lieu d’origine, évoquant
alors un lieu situé sur une pointe, une crête... Il y a environ 5 000 porteurs du nom
Chabaud recensés sur le territoire français de nos jours. On les trouve principalement
groupés sur le pourtour méditerranéen.
La ceinture des forts avancés autour de Paris — Le baron François-Ernest-Henri de
Chabaud-Latour, né à Nîmes en 1804, fut admis à Polytechnique à l’âge de seize ans et
pris par le duc d’Orléans comme officier d’ordonnance. En 1840, Chabaud-Latour proposa
la construction d’une enceinte continue fortifiée autour de Paris et d’une ceinture de forts
avancée afin d’éviter à la population les rigueurs d’un siège. Il réussit à faire adopter ce
projet. Après avoir soutenu les princes d’Orléans pendant les journées de février 1848, il
partit en Algérie où il participa à diverses expéditions et fit réaliser des barrages, des
routes et des villages. Devenu général de brigade, il fut appelé au comité des
fortifications, à l’inspection des places fortes et au comité consultatif des affaires
algériennes. En 1870, lors de la guerre contre la Prusse, on le chargea de la défense de
Paris. Mais la construction des redoutes de Châtillon et de Montretout ne put être
achevée à temps et les Prussiens purent bombarder la ...
Voir plus Voir moins
C
HABAUD
A l’origine —
Le patronyme Chabaud correspond à une forme régionale (Auvergne,
Limousin, Vivarais) du mot cabal qui signifie : la tête. Comme nom de famille, il a pu être
été employé pour désigner un chef mais il peut aussi évoquer un lieu d’origine, évoquant
alors un lieu situé sur une pointe, une crête... Il y a environ 5 000 porteurs du nom
Chabaud recensés sur le territoire français de nos jours. On les trouve principalement
groupés sur le pourtour méditerranéen.
La ceinture des forts avancés autour de Paris —
Le baron François-Ernest-Henri de
Chabaud-Latour, né à Nîmes en 1804, fut admis à Polytechnique à l’âge de seize ans et
pris par le duc d’Orléans comme officier d’ordonnance. En 1840, Chabaud-Latour proposa
la construction d’une enceinte continue fortifiée autour de Paris et d’une ceinture de forts
avancée afin d’éviter à la population les rigueurs d’un siège. Il réussit à faire adopter ce
projet. Après avoir soutenu les princes d’Orléans pendant les journées de février 1848, il
partit en Algérie où il participa à diverses expéditions et fit réaliser des barrages, des
routes et des villages. Devenu général de brigade, il fut appelé au comité des
fortifications, à l’inspection des places fortes et au comité consultatif des affaires
algériennes. En 1870, lors de la guerre contre la Prusse, on le chargea de la défense de
Paris. Mais la construction des redoutes de Châtillon et de Montretout ne put être
achevée à temps et les Prussiens purent bombarder la rive gauche de la capitale.
La famille Chabaud-Latour —
L’ingénieur François-Ernest Chabaud-Latour était le
grand-père du baron (voir paragraphe précédent). Né en 1727 dans une famille de
calvinistes nîmois, il fut néanmoins élevé chez les Jésuites. Après une courte carrière
militaire, il s’occupa de questions scientifiques, techniques et statistiques pour le ministère
: il composa un plan sur les canaux de Picardie et sur la navigabilité de la Somme, qui ne
fut jamais imprimé. Ses ouvrages connurent le même destin, sauf exception d’un
Mémoire historique de la ville de Saint-Quentin, édité par un certain E. Lemaire. Son fils,
Antoine-Georges-François Chabaud-Latour, fut arrêté lors de la guerre fédéraliste de
1793. On raconte qu’il parvint à s’évader après avoir revêtu des vêtements de femme. A
son retour à Nîmes, François-Ernest Chabaud-Latour fit successivement partie du Conseil
des Cinq-Cents, du Tribunat, où il appuya l’établissement de l’Empire, du Corps législatif,
et enfin, sous la Restauration, de la Chambre des députés.
Un fauve provençal —
Né en 1882 à Nîmes, Auguste-Elysée Chabaud débuta à l’Ecole
des beaux-arts d’Avignon à quinze ans puis termina ses études à Paris. Ses premières
œuvres, Le cirque de Médrano par exemple, appartiennent au fauvisme mais il produisit
surtout des paysages provençaux. Il peignit entre autres Les laveuses de Graveson (où il
se fixa) et En famille où il représenta sa mère. Il exposa au Salon des Indépendants et au
Salon d’Automne mais c’est une exposition particulière à Paris en 1912 qui établit sa
réputation. Il mourut en 1955.
Le sculpteur des cimetières et de l’Opéra —
Le sculpteur Louis-Félix Chabaud, né
dans les Bouches-du-Rhône en 1824, obtint le premier grand prix de gravure en
médailles avec un bas-relief. Après un séjour à Rome, il s’établit à Paris. On peut voir
certains de ces bustes aux cimetières Montmartre et Montparnasse, notamment celui de
François-André Isambert au-dessus d’un bas-relief : Abolition de l’esclavage, qui figura au
salon de 1864. La décoration de l’Opéra est également due en grande partie à Louis-Félix
Chabaud, avec entre autres les bustes en bronze doré de Beethoven et de Mozart ainsi
que le Zodiaque décorant la voûte du vestibule circulaire.
Les Chabaud dans l’histoire —
Citons aussi, parmi les personnalités du nom qui ont
pu faire parler d’elles au fil des siècles : le général Victor-Louis-Eugène, né à Montélimar
en 1855 ; l’ingénieur de l’école navale Jean Chabaud, né en 1930 au Vietnam, conseiller
pour les affaires stratégiques du secrétaire général de la Défense nationale dans les
années