Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CHARON

De
2 pages
CHARON

A l’origine — Le mot charon désignait l’artisan qui fabriquait des voitures, des chariots.
En tant que patronyme, il indique donc quel était le métier des premiers porteurs du
nom. Les Charon sont près de 3 500 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Moselle, la Vendée et les Deux-Sèvres.
Guillotinés sous la Révolution — Trois Charon ont perdu la vie sous la Terreur :
Pierre Charon, sabotier à Saint-Aubin-des-Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), condamné à
mort comme « brigand de la Vendée » le 1er thermidor, an II ; François Charon,
laboureur à Saint-Laud (Maine-et-Loire), condamné à mort comme « brigand de la
Vendée » le 22 nivôse, an II ; Pierre Charon, de Paris, condamné à mort comme
conspirateur le 23 prairial, an II.
Des généraux du XIXème siècle — Auguste Charon (1827-1902), né à Paris, entra à
Polytechnique en 1845 et se spécialisa dans le génie. Il prit part à des expéditions en
Algérie et créa le poste d’Aïn-Témouchent. Il retourna en Algérie en 1858 et en 1867,
comme chef du génie à Philippeville, et contribua à la défense de Paris en 1870. Nommé
général en 1887, il commanda le génie de la 14ème région à Lyon. Son frère Charles
Charon (1828-1881), né à Paris, entra à Polytechnique en 1828 et se spécialisa dans
l’artillerie. Il prit part à la guerre de Crimée en 1855, à celle d’Italie en 1859, à l’expédition
en Chine en 1860, puis en Cochinchine. Blessé à Sedan en 1870, il parvint à s’échapper
et commanda l’artillerie ...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin