//img.uscri.be/pth/b0545d2994df4f78c46598d93f277652dd466d67
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CHAVE

De
2 pages
CHAVE

A l’origine — Chave rappelle que la maison de l’ancêtre initial se trouvait dans un petit
creux. Les porteurs du nom Chave sont près de 2 000 aujourd’hui en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont les Bouches-du-Rhône, la Loire et l’Ardèche.
Amateur d’art — Alphonse Chave était un amateur et collectionneur d’art. En 1947, il
ouvrit une galerie d’art contemporain à Vence, sous l’enseigne Les Mages, qui devint un
haut lieu de l’Art brut et de l’Art singulier. Son fils et sa belle-fille Pierre et Madeleine
Chave continuèrent son travail en exposant des artistes aussi divers que Armand Avril,
Fred Deux, Jean Dubuffet, Max Ernst, Henri Michaux, François Ozenda et Georges
Ribemont-Dessaignes. Pierre Chave était également graveur et éditeur.
Résistance — Né en 1880 à Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône, Fernand Chave militait
avant 1914 au Parti socialiste. Après la guerre, il fut le premier à hisser le drapeau rouge
à Marignane comme on le rappela à l’ouverture du congrès fédéral SFIO qui se tint dans
cette ville en 1938. Elu en 1929 conseiller municipal de Marignane puis maire quelques
semaines plus tard, il répondit, en 1940, négativement aux circulaires préfectorales
demandant de dénoncer les fonctionnaires municipaux communistes. Il appartenait à la
Libre pensée et mourut en 1950. Son fils Aldéric Chave né en 1899 à Marignane dans les
Bouches-du-Rhône, entrepreneur d’installations électriques et d’appareils de TSF, militait
activement au sein ...
Voir plus Voir moins
C
HAVE
A l’origine —
Chave rappelle que la maison de l’ancêtre initial se trouvait dans un petit
creux. Les porteurs du nom Chave sont près de 2 000 aujourd’hui en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont les Bouches-du-Rhône, la Loire et l’Ardèche.
Amateur d’art —
Alphonse Chave était un amateur et collectionneur d’art. En 1947, il
ouvrit une galerie d’art contemporain à Vence, sous l’enseigne Les Mages, qui devint un
haut lieu de l’Art brut et de l’Art singulier. Son fils et sa belle-fille Pierre et Madeleine
Chave continuèrent son travail en exposant des artistes aussi divers que Armand Avril,
Fred Deux, Jean Dubuffet, Max Ernst, Henri Michaux, François Ozenda et Georges
Ribemont-Dessaignes. Pierre Chave était également graveur et éditeur.
Résistance —
Né en 1880 à Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône, Fernand Chave militait
avant 1914 au Parti socialiste. Après la guerre, il fut le premier à hisser le drapeau rouge
à Marignane comme on le rappela à l’ouverture du congrès fédéral SFIO qui se tint dans
cette ville en 1938. Elu en 1929 conseiller municipal de Marignane puis maire quelques
semaines plus tard, il répondit, en 1940, négativement aux circulaires préfectorales
demandant de dénoncer les fonctionnaires municipaux communistes. Il appartenait à la
Libre pensée et mourut en 1950. Son fils Aldéric Chave né en 1899 à Marignane dans les
Bouches-du-Rhône, entrepreneur d’installations électriques et d’appareils de TSF, militait
activement au sein du Parti socialiste. Pendant la Résistance, il fut l’un des premiers à
rejoindre les groupements de militants organisés par la SFIO clandestine en liaison avec
les MUR. Il a préparé des opérations de sabotage en prévision d’un débarquement anglo-
américain. Capturé par les Allemands sur dénonciation d’un agent double au cours de
l’affaire Catilina qui démantela plusieurs réseaux de FFI des Bouches-du-Rhône, il fut
officiellement abattu après des jours de torture pour « tentative de fuite ». Il reçut en
1947 et à titre posthume la médaille de la Résistance française. Une rue de Martigues
porte aujourd’hui son nom.
Sabotage systématique —
Membre des jeunesses communistes, Alfred Chave fut
arrêté avec quinze autres personnes à l’issue d’une manifestation organisée par le Parti
communiste contre le « requin » Tardieu. Condamné à deux mois de prison pour
violences sur agent, il mêla à nouveau ses cris, en 1930, à ceux des jeunesses
communistes lorsque Louis Soulié, le maire de Saint-Etienne tenta de se justifier devant
son conseil municipal suite à la cession de terrains municipaux destinés à la construction
d’une usine d’aviation. Responsable des troupes de choc pour apporter la contradiction
pendant la campagne des élections cantonales de 1931, il préconisa le sabotage
systématique du meeting socialiste présidé par Léon Blum à l’occasion des élections
législatives de 1932. En 1935, il demanda la création d’une école d’éducation
communiste.
Rebelles ? —
Léon-Auguste Chave, né en 1845, menuisier de profession, était membre
de la section de Marseille de l’association internationale des travailleurs et délégué avec
Gay de la corporation des menuisiers. Il fut poursuivi pour cette activité en 1870 mais
bénéficia d’une ordonnance de non-lieu. Quant à Charles-Auguste Chave, pour immixtion
sans titres dans des fonctions publiques, il fut condamné à six mois de prison par le
cinquième conseil de guerre.
Les Chave dans l’histoire —
Citons aussi : le secrétaire général du syndicat des
transports à Marseille, entre 1920 et 1935, Jean Chave, administrateur de la caisse de
chômage ; P. Chave, originaire de Sablet-près-l’Ouvèze (Vaucluse), conseiller général du
canton de Beaumes-de-Venise, militant socialiste qui présida le congrès en 1905, créant
la fédération SFIO du Vaucluse ; Benjamin Chave, maire du Chambon-sur-Lignon (Haute-
Loire) de 1944 à 1948 ; etc.