//img.uscri.be/pth/168de11ebfaf7f84f2bd5cd604ccb36360f48373
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille CLAUZEL

De
2 pages
CLAUZEL

A l’origine — Issu d’une forme méridionale du mot clos (enclos), le patronyme Clauzel
évoque l’exploitation rurale tenue initialement par la famille, ou bien la localisation de
l’ancêtre initial, de nombreux hameaux portant ce nom. Les porteurs du nom de famille
sont aujourd’hui 2 000 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont
le Gard, l’Aude et la Corrèze.
Un politicien exemplaire ? — Jean-Baptiste Clauzel naquit en 1754 dans le Roussillon.
Maire de Lavelanet, il s’enthousiasma pour la révolution et fut élu en Ariège en 1791 à
l’Assemblée législative, puis en 1792 à la Convention. De caractère timide et irrésolu, il se
laissa pousser vers les opinions les plus violentes. Il vota la mort du roi, demanda
l’arrestation des girondins en 1793 et le renvoi de tous les nobles occupant encore des
fonctions publiques. Faisant un grand écart après le 9 thermidor, il se rangea dans les
plus ardents réactionnaires, puis revint du côté jacobin, soutenant les lois
révolutionnaires. Cet homme aux convictions inébranlables fut ensuite fidèle au Directoire,
puis se rangea immédiatement aux côtés de Napoléon dès le 18 brumaire. Il lui fut fidèle
jusqu’à sa mort en 1804.
Un maréchal de France — Bertrand Clauzel (1772-1842), né à Mirepoix en Ariège
débuta une longue carrière militaire en entrant dans la garde nationale de sa commune
en juillet 1789. Après dix ans de combats et de missions politiques au service de la
Révolution, il fut nommé général de ...
Voir plus Voir moins
C
LAUZEL
A l’origine —
Issu d’une forme méridionale du mot clos (enclos), le patronyme Clauzel
évoque l’exploitation rurale tenue initialement par la famille, ou bien la localisation de
l’ancêtre initial, de nombreux hameaux portant ce nom. Les porteurs du nom de famille
sont aujourd’hui 2 000 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont
le Gard, l’Aude et la Corrèze.
Un politicien exemplaire ? —
Jean-Baptiste Clauzel naquit en 1754 dans le Roussillon.
Maire de Lavelanet, il s’enthousiasma pour la révolution et fut élu en Ariège en 1791 à
l’Assemblée législative, puis en 1792 à la Convention. De caractère timide et irrésolu, il se
laissa pousser vers les opinions les plus violentes. Il vota la mort du roi, demanda
l’arrestation des girondins en 1793 et le renvoi de tous les nobles occupant encore des
fonctions publiques. Faisant un grand écart après le 9 thermidor, il se rangea dans les
plus
ardents
réactionnaires,
puis
revint
du
côté
jacobin,
soutenant
les
lois
révolutionnaires. Cet homme aux convictions inébranlables fut ensuite fidèle au Directoire,
puis se rangea immédiatement aux côtés de Napoléon dès le 18 brumaire. Il lui fut fidèle
jusqu’à sa mort en 1804.
Un maréchal de France —
Bertrand Clauzel (1772-1842), né à Mirepoix en Ariège
débuta une longue carrière militaire en entrant dans la garde nationale de sa commune
en juillet 1789. Après dix ans de combats et de missions politiques au service de la
Révolution, il fut nommé général de brigade en 1799. Il se distingua dans la campagne
d’Italie en 1800, puis s’empara de Port-au-Prince. Injustement accusé d’avoir voulu
embarquer de force le général en chef Rochambeau en 1803, il fut emmené sur une
frégate qui fit naufrage en Floride. Il gagna New York, puis la France où il fut innocenté.
Il se distingua ensuite dans la campagne d’Espagne où il fut blessé, mena la retraite sur
Burgos et remporta plusieurs engagements dans la retraite vers les Pyrénées. Ayant
soutenu Napoléon lors des Cent Jours, il dut s’exiler en Amérique et fut condamné à mort
par contumace, puis amnistié en 1820. Il fut élu député des Ardennes en 1829, puis
nommé commandant de l’Armée d’Afrique, il étendit le territoire occupé en Algérie à
Medea et Mouzaïa, créa le corps des zouaves et améliora la réglementation des impôts,
de la justice et de la propriété. Rappelé et nommé maréchal de France en 1831, il
retourna en Algérie comme gouverneur général en 1835, s’emparant de Mascara et
Tlemcen mais échouant devant Constantine dans une opération mal préparée et
s’achevant dans une retraite désastreuse. Relevé de ses fonctions et rappelé en France
en 1837, il subit de violentes critiques mais conserva son siège de député jusqu’à sa mort.
Représentatif —
Parmi tous les Clauzel qui ont participé à la Grande Guerre, évoquons
à titre d’exemple Maurice Clauzel, (1896-1918), engagé volontaire à dix-huit ans en 1914,
qui combattit pendant toute la guerre. Nommé brigadier au 22ème régiment d’artillerie
coloniale, il fut intoxiqué par les gaz et resta aveugle pendant trois jours. Sorti indemne
de la guerre, il mourut de la grippe espagnole en décembre 1918 comme des millions
d’autres victimes de ce fléau en Europe.
Les Clauzel dans l’histoire —
Citons aussi : le diplomate Bertrand Clauzel (1875-1951),
chef du service français à la SDN en 1924 ; Jean Clauzel, né en 1924 à Montmorency,
breveté de l’Ecole nationale de la France d’outre-mer, préfet honoraire, auteur
de plusieurs ouvrages : L’exploitation des salines de Taoudeni (1960), Administrateur de
la France d’outre-mer (1989), Nomades et commandants (1993), La décolonisation de
l’Afrique (1995), L’homme d’Amekessou (1998) ; Paul Clauzel, avocat réputé à Nîmes,
secrétaire perpétuel de l’Académie du Gard, mort en 1914 ; etc.
Autres noms de même signification :
Clausade, Clausier, Claux, Clauzade, Clauze,
Clauzet (420, Landes), Clauzon (460, Ardèche), Clauzier, Duclaux…© Archives & Culture.
Reproduction et diffusion interdites. Usage privé seulement.