//img.uscri.be/pth/b2919f81069e36f05b6a4b4bba8594b0942602a3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille COLLIN

De
2 pages
COLLIN

A l’origine — Ce patronyme est issu du nom de baptême Nicolas très porté dans l’Est,
dont il dérive avec aphérèse de l’initiale, comme Colas, Colin (dont il est une variante
orthographique) ou Col(l)et. Les 23 100 Collin que compte aujourd’hui la France sont
encore essentiellement groupés sur le quart nord-est du pays. Il sont environ 3 750 Collin
en Belgique.
Les fondeurs de cloches — Une famille Collin, originaire de Haute-Marne, donna
naissance à six fondeurs de cloches : Léopold Collin (1708-1794), ses fils François (1738-
1816), Joseph (1743-1819), et Jean-Baptiste (1750-1822), ainsi que les fils de ce dernier :
Nicolas Ier Collin (1784-?) et Nicolas II Collin (1797-1883).
Les musiciens de Saint-Brieuc — Julien Collin (1789-1852), organiste de la cathédrale
de Saint-Brieuc, engendra cinq fils qui devinrent tous musiciens à Saint-Brieuc. Certains
furent mêmes compositeurs, comme Charles Collin, né en 1827, auteur de musique
d’orchestre.
D’autres artistes — A côté des fondeurs de cloches et des musiciens cités, d’autres
Collin se tournèrent vers les arts : Le graveur sur cuivre Richard Collin (1627-1697), élève
de Sandrart à Rome, était revenu à Anvers puis à Bruxelles avec le titre de graveur de
Charles II, roi d’Espagne ; l’architecte Collin, qui travailla à partir de 1616 pour le roi à
Paris, puis, à partir de 1626, pour toute la France ; Jean Collin, graveur de la seconde
moitié du XVIIème siècle, né à Anvers, a exercé en Hollande, en France, en Italie et ...
Voir plus Voir moins
C
OLLIN
A l’origine
— Ce patronyme est issu du nom de baptême Nicolas très porté dans l’Est,
dont il dérive avec aphérèse de l’initiale, comme Colas, Colin (dont il est une variante
orthographique) ou Col(l)et. Les 23 100 Collin que compte aujourd’hui la France sont
encore essentiellement groupés sur le quart nord-est du pays. Il sont environ 3 750 Collin
en Belgique.
Les fondeurs de cloches
— Une famille Collin, originaire de Haute-Marne, donna
naissance à six fondeurs de cloches : Léopold Collin (1708-1794), ses fils François (1738-
1816), Joseph (1743-1819), et Jean-Baptiste (1750-1822), ainsi que les fils de ce dernier :
Nicolas Ier Collin (1784-?) et Nicolas II Collin (1797-1883).
Les musiciens de Saint-Brieuc
— Julien Collin (1789-1852), organiste de la cathédrale
de Saint-Brieuc, engendra cinq fils qui devinrent tous musiciens à Saint-Brieuc. Certains
furent mêmes compositeurs, comme Charles Collin, né en 1827, auteur de musique
d’orchestre.
D’autres artistes
— A côté des fondeurs de cloches et des musiciens cités, d’autres
Collin se tournèrent vers les arts : Le graveur sur cuivre Richard Collin (1627-1697), élève
de Sandrart à Rome, était revenu à Anvers puis à Bruxelles avec le titre de graveur de
Charles II, roi d’Espagne ; l’architecte Collin, qui travailla à partir de 1616 pour le roi à
Paris, puis, à partir de 1626, pour toute la France ; Jean Collin, graveur de la seconde
moitié du XVIIème siècle, né à Anvers, a exercé en Hollande, en France, en Italie et en
Angleterre ; Dominique Collin (1725-1781), graveur du roi ; son fils Yves-Dominique Collin
(1753-1815), graveur en taille-douce et peintre en miniatures ; l’horloger Armand-
François Collin (1822-1895), qui mit au point le carillon de Saint-Germain l’Auxerrois
André Collin (1898-1975) était compositeur et professeur au conservatoire de Mons.
Albéric Collin, né en 1886 à Anvers, était sculpteur animalier d’animaux sauvages. André
Collin (1862-1930), peintre de paysages et de figures, avait été l’élève de Portaels à
Bruxelles et de Lefebvre-Boulanger à Paris ; etc.
Des personnalités belges —
Yvan Collin (1906-1981), résistant de la Seconde Guerre
mondiale, était membre du service RIOB et du mouvement national belge. Isi Collin
(1878-1931), poète, prosateur et journaliste, a collaboré à la Nation belge sous le
pseudonyme de “ Compère Guilleri au Soir ”. Son poste de journaliste l’a amené à
voyager à La Havane, au Portugal, au Maroc, dans les mers Boréales et au Congo belge.
Son fils André Collin (1906-1933) s’est engagé au service de la Colonie du Congo belge
comme magistrat à titre provisoire. Quant au juriste Fernand Collin, né à Anvers en 1897,
financier et président de la Kredietbank, il était aussi professeur à l’université de Louvain
et président de la Banque diamantaire anversoise. On peut évoquer aussi le publiciste
Paul-Victor Collin, né à Anvers en 1911.
Les Collin dans l’histoire
— Citons aussi : Jean-Baptiste Collin, comte de Sussy (1750-
1826), ministre des Manufactures et du Commerce de 1812 à 1814 ; Pierre-François-
Alexandre Collin (1808-1890), ingénieur des Ponts et Chaussées originaire de Dijon ; le
médecin militaire Eugène Collin (1825-1902) ; Florent-Jacques Collin (1817-1897), militant
du parti républicain sous l’Empire ; le chanoine Henri-Dominique Collin (1853-1921),
sénateur de Moselle ; François Collin, sieur de La Noue, mort en 1608, conseiller au
parlement de Bretagne ; Louis-Ernest Collin (1841-1905), architecte à Châlons-sur-
Marne ; Mammès Collin, lieutenant général du bailliage de La Mothe en Lorraine au
début du XVIIème siècle ; Paul-Adrien-François Collin (1843-après 1908), littérateur qui
composa des poèmes pour les œuvres musicales de Tschaïkowski, Mendelssohn, Haendel,
Hiller... ; le médecin et écrivain Henri-Joseph Collin (1731-1784), qui avait fait ses études
à Vienne et était très réputé comme praticien ; ses deux fils Henri-Joseph (1772-1811) et
Mathieu Collin (1779-1824), célèbres comme poètes ; l’homme de lettres,