//img.uscri.be/pth/997da6be3b044fb1850475bb38b245cf9b91a440
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille DAVID

De
2 pages
DAVID

A l’origine — David provient tout simplement du nom biblique, très fréquemment porté
autrefois. La France compte aujourd’hui 68 000 porteurs du patronyme David,
principalement sur la Bretagne et l’Ouest de la France. Il est porté en tant que patronyme
par environ 3 600 personnes en Belgique actuellement
Les parentés inattendues — Jeanne-Marie David, née vers 1739, décédée en 1803 à
Le Deschaux (Jura), épouse de François Gateau, est l’ancêtre du romancier Marcel Aymé
(1902-1967). Le député de Dordogne Robert David (1873-1958) est le neveu du président
de la République Sadi Carnot. Colette David, née au Creusot en 1895, décédée en 1970,
est, par son mariage avec Jacques Debat-Ponsan (1882-1942), la tante du Premier
ministre Michel Debré, sénateur d’Indre-et-Loire et maire d’Amboise. Une autre David,
Anna, épouse de Vincent Cavalin, eut une fille Yvonne-Louise, née à Lorient en 1909, qui
est la tante du député Jean-Marie Le Pen.
Le goût de l’imprimerie — Aix-en-Provence et Lyon abritèrent des générations
d’imprimeurs David, de la fin du XVème siècle à la Révolution française. Le typographe
Nicolas-Rémi David (1822-1874) fonda la Revue de Reims. Enfin, c’est une David,
Catherine David, qui par son mariage avec Joseph Mame, du Thor (Vaucluse), est l’aïeule
de la lignée d’imprimeurs-éditeurs Mame de Tours.
Un promoteur du néerlandais — Prêtre, historien et philologue, Jean-Baptiste David
(1801-1866) devint professeur au Collège de Malines puis à l’université de Louvain ...
Voir plus Voir moins
D
AVID
A l’origine
— David provient tout simplement du nom biblique, très fréquemment porté
autrefois. La France compte aujourd’hui 68 000 porteurs du patronyme David,
principalement sur la Bretagne et l’Ouest de la France. Il est porté en tant que patronyme
par environ 3 600 personnes en Belgique actuellement
Les parentés inattendues —
Jeanne-Marie David, née vers 1739, décédée en 1803 à
Le Deschaux (Jura), épouse de François Gateau, est l’ancêtre du romancier Marcel Aymé
(1902-1967). Le député de Dordogne Robert David (1873-1958) est le neveu du président
de la République Sadi Carnot. Colette David, née au Creusot en 1895, décédée en 1970,
est, par son mariage avec Jacques Debat-Ponsan (1882-1942), la tante du Premier
ministre Michel Debré, sénateur d’Indre-et-Loire et maire d’Amboise. Une autre David,
Anna, épouse de Vincent Cavalin, eut une fille Yvonne-Louise, née à Lorient en 1909, qui
est la tante du député Jean-Marie Le Pen.
Le goût de l’imprimerie —
Aix-en-Provence et Lyon abritèrent des générations
d’imprimeurs David, de la fin du XVème siècle à la Révolution française. Le typographe
Nicolas-Rémi David (1822-1874) fonda la Revue de Reims. Enfin, c’est une David,
Catherine David, qui par son mariage avec Joseph Mame, du Thor (Vaucluse), est l’aïeule
de la lignée d’imprimeurs-éditeurs Mame de Tours.
Un promoteur du néerlandais —
Prêtre, historien et philologue, Jean-Baptiste David
(1801-1866) devint professeur au Collège de Malines puis à l’université de Louvain où il
enseigna le néerlandais et l’histoire de la Belgique. Il combattit pour l’adaptation d’une
orthographe unique dans toutes les régions néerlandophones. Il tenta également de
lutter contre ce qu’il appelait « le danger français » et fut ainsi le précurseur du
Mouvement flamand.
Patriote et démocrate
— L’administrateur belge Pierre David (1771-1839) se distingua
par son fervent patriotisme. Il fut nommé officier municipal, maire, membre de la
commission d’arrondissement puis conseiller communal de Verviers. Il fit inscrire sur
l’hôtel de ville la devise “ Publicité sauvegarde du peuple ”.
Prêtres et missionnaires —
Augustin David (1744-1794), prêtre réfractaire, officia
clandestinement sous la Révolution. Arrêté, il fut conduit à Savenay attaché à la queue
d’un cheval puis achevé d’un coup de fusil dans la bouche. Citons encore : Armand
(1826-1900), missionnaire en Chine, Adolphe-Casimir (1842-1916) évêque de Sébaste,
Augustin (1812-1882) évêque de Saint-Brieuc ; Geoffroi, évêque d’Autun mort en 1377 ;
Jean-Baptiste-Marie (1761-1841), missionnaire en Amérique ; etc.
Députés et sénateurs —
De nombreux David se sont tournés vers la politique. Parmi
les principaux, citons : Fernand (1869-1935), député, sénateur et ministre ; les députés
Charles-Marie (1780-1868) pour les Vosges, Lucien (1730-1792) pour l’Oise, Pierre-Etienne
(1772-1846) pour le Calvados, Ferdinand (1796-1879), maire de Niort, pour les Deux-
Sèvres, Jean-Justin-Etienne (1834-1885), fondateur du journal L’Avenir, pour le Gers,
Jean-Pierre-Louis (1773- ?) pour la Vendée, Jérôme David pour la Gironde, Henri (1857-
1914) pour le Loir-et-Cher, Jean (1778-1859) pour la Gironde, Irénée-Honoré (1791-1862)
pour le Gers, Bernard-Isidore (1805-1888) et Alban-Bernard David (1839-1905) tous deux
pour l’Indre ; Louis David (1856-1931), sénateur de Gironde ; etc.
Un disciple de Jansenius —
Jean David (1545-1613) étudia la théologie à Louvain avec
Corneille Jansenius l’ancien et le suivit vers Gand, mais dut fuir les calvinistes à Douai puis
Paris. Il rentra ensuite dans la Compagnie de Jésus. Il établit un collège à Courtrai, dont il
fut le premier recteur. Ses premiers travaux sont très tardifs pour l’époque : David les a
réalisés alors qu’il avait déjà au moins cinquante