//img.uscri.be/pth/21288dd312c91bd56f519ecf5f236a3b891fd92b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille DESPRÉS

De
2 pages
D E S P R É S

A l’origine — Després évoque la situation de la maison initiale : à côté d’un pré. Les
porteurs de ce nom sont actuellement environ 6 300 en France. Leurs deux premiers
départements d’implantation sont la Sarthe et le Cher.
Musicien de Louis XII — Né vers 1440 en Picardie, mort en 1520, le compositeur
Josquin des Prés demeura plus de vingt ans en Italie, avant de devenir musicien de Louis
XII. Auteur de messes et de motets, il est considéré comme l’un des créateurs de la
chanson polyphonique.
La liqueur de feu — Antoine Després naquit dans l’Isère en 1723. Apprenti chez un
orfèvre à l’âge de dix ans, il eut adulte la réputation de savoir fabriquer des faux brillants.
C’est à Grenoble qu’il découvrit la “ liqueur de feu ”, dont l’objectif était de détruire les
navires anglais. Mandé par le ministre de la Guerre en 1759, il fit connaître son invention
à Versailles, au Havre, à Dunkerque, incendiant des bateaux sous l’eau. Bien qu’il reçût
une pension de deux mille livres, il fut déçu qu’on ne donnât suite à sa trouvaille. Il
consacra alors sa vie à soulager les pauvres et les malades, jusqu’à sa mort en 1802.
Agent secret jusqu’au bout — Françoise Després, dont on ne connaît la vie que par
ses écrits, naquit dans le Maine-et-Loire en 1746. Son père soldat étant mort en service,
c’est son oncle prêtre qui prit en charge son éducation. Perdant son oncle, ses frères et
ses sœurs tués par les Bleus, elle devint agent secret des chefs vendéens, prenant part à
de ...
Voir plus Voir moins
D
ESPRÉS
ESPRÉS
A l’origine —
Després évoque la situation de la maison initiale : à côté d’un pré. Les
porteurs de ce nom sont actuellement environ 6 300 en France. Leurs deux premiers
départements d’implantation sont la Sarthe et le Cher.
Musicien de Louis XII —
Né vers 1440 en Picardie, mort en 1520, le compositeur
Josquin des Prés demeura plus de vingt ans en Italie, avant de devenir musicien de Louis
XII. Auteur de messes et de motets, il est considéré comme l’un des créateurs de la
chanson polyphonique.
La liqueur de feu —
Antoine Després naquit dans l’Isère en 1723. Apprenti chez un
orfèvre à l’âge de dix ans, il eut adulte la réputation de savoir fabriquer des faux brillants.
C’est à Grenoble qu’il découvrit la “ liqueur de feu ”, dont l’objectif était de détruire les
navires anglais. Mandé par le ministre de la Guerre en 1759, il fit connaître son invention
à Versailles, au Havre, à Dunkerque, incendiant des bateaux sous l’eau. Bien qu’il reçût
une pension de deux mille livres, il fut déçu qu’on ne donnât suite à sa trouvaille. Il
consacra alors sa vie à soulager les pauvres et les malades, jusqu’à sa mort en 1802.
Agent secret jusqu’au bout —
Françoise Després, dont on ne connaît la vie que par
ses écrits, naquit dans le Maine-et-Loire en 1746. Son père soldat étant mort en service,
c’est son oncle prêtre qui prit en charge son éducation. Perdant son oncle, ses frères et
ses sœurs tués par les Bleus, elle devint agent secret des chefs vendéens, prenant part à
de nombreux combats avant d’être incarcérée à Angers et condamnée à la peine capitale
en 1793. Parvenant à s’évader, elle rejoignit l’armée de Roche Jaquelin à Saint-Silvain et
participa avec elle à la tentative du siège d’Angers. Voyant tous ses compagnons se faire
fusiller, elle trouva refuge en Bretagne et partit à Nantes où elle vendit, pour gagner sa
vie, du beurre et des œufs. Renouant avec le danger en devenant agent secret pour
Charrette, elle fut à nouveau emprisonnée jusqu’en 1795. Agent secret des Anglais
pendant la campagne de Toulouse, elle revint à Paris à la Restauration, espérant une
récompense au regard de son dévouement pour la cause des Bourbons. Elle publia une
autobiographie intitulée Détails historiques sur les services de Françoise Desprès (1817).
Pour une chirurgie sale —
Né à Paris en 1834, Eugène-Armand Després soutint en
1861 une thèse intitulée Essai sur le diagnostic des tumeurs du testicule. Il devint
successivement chirurgien au bureau central (1864), à Sainte-Périne (1864) et à Lourcine
(1865). Agrégé en 1866, il prit par à la guerre franco-allemande avant d’occuper le poste
de chirurgien à Cochin en 1872, s’indignant que les malades soient obligés d’inscrire leur
religion sur leur billet d’hôpital, persuadé que cela nuisait aux droits de la libre pensée.
Professeur à la faculté de médecine de Paris, il préconisait l’usage de vieilles méthodes,
farouchement opposé à l’inoculation et au traitement mercuriel. Signalons qu’il rejetait
l’antisepsie, pratiquant une chirurgie dite “ sale ”. Parallèlement à son parcours médical, il
consacra une partie de sa vie à la politique, en tant qu’adversaire des radicaux. Il publia
de nombreux ouvrages, avant sa mort en 1896.
Les Despres dans l’histoire —
Citons aussi : le musicien et miniaturiste Josquin des
Prés (1450-1531), né à Condé (Hainault), célèbre dans toute l’Europe ; Antoine Després,
religieux des Feuillants, qui publia des traductions des œuvres de saint Bernard et
différents traités religieux, prédicateur réputé, mort en 1690 ; l’avocat Pierre-Antoine
Després (1742-1820), né à Bouchain (Nord), docteur en droit, professeur d’université,
proscrit et emprisonné sous la Convention, qui défendit les « naufragés de Calais » ;
Philippe Després, garde-chasse à La Chapelle-Saint-Laurent (Deux-Sèvres), condamné à
mort comme « brigand de la Vendée » le 26 frimaire, an II et guillotiné ; Jacques
Després, né à Noyon (Oise) en 1765, cuisinier, soldat déserteur du 8ème régiment de
chasseurs à cheval, condamné à mort comme