//img.uscri.be/pth/406c64d7fd53323211a171cba60bad8defacd361
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille DOUET

De
2 pages
DOUET

A l’origine — Ce patronyme évoque la localité d’origine de la famille (nombreux lieux de
ce nom, par exemple en Charente-Maritime). Les Douet sont près de 3 600 aujourd’hui
en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Loire-Atlantique, la
Sarthe et l’Ille-et-Vilaine.
Une parenté inattendue— Marie-Françoise Douet, blanchisseuse de son état, était la
belle-mère de Charles Destouches, né en 1867, oncle de Louis-Ferdinand Destouches dit
Céline (1894-1961). Le célèbre écrivain s’inspira de ce parent pour créer le personnage
d’Oncle Victor dans son roman Mort à crédit.
Des artistes… — De nombreux Douet ont brillé dans les arts. Le graveur sur bois
Edmond Douet a réalisé La Vierge et l’enfant Jésus vers 1530. Le peintre Jacques Douet
travaillait à Paris en 1622. Enfin, le dessinateur et peintre de fleurs Edme Jean Baptiste
Douet étudia sous la direction de Jean-Baptiste Monnoyer. Etabli à Lyon en 1745, on
disait de lui, en 1751, dans un mémoire relatif à l’organisation d’une école de dessin, qu’il
était le seul “ fleuriste ” capable de former de bons dessinateurs pour la fabrique de
soieries. On lui doit d’ailleurs l’introduction de la fleur naturelle dans la composition des
dessins pour étoffes. En 1773, il exposa à Paris des T ableaux d’animaux et de fleurs. Il a
également réalisé des Tulipes dragonnes dans un vase de terre.
L’usine à gaz— Le sieur Jean Douet de Rompt-Croissant, né à la fin du XVIème siècle,
passa sa jeunesse à voyager en Europe ...
Voir plus Voir moins
D
OUET
A l’origine —
Ce patronyme évoque la localité d’origine de la famille (nombreux lieux de
ce nom, par exemple en Charente-Maritime). Les Douet sont près de 3 600 aujourd’hui
en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Loire-Atlantique, la
Sarthe et l’Ille-et-Vilaine.
Une parenté inattendue—
Marie-Françoise Douet, blanchisseuse de son état, était la
belle-mère de Charles Destouches, né en 1867, oncle de Louis-Ferdinand Destouches dit
Céline (1894-1961). Le célèbre écrivain s’inspira de ce parent pour créer le personnage
d’Oncle Victor dans son roman Mort à crédit.
Des artistes… —
De nombreux Douet ont brillé dans les arts. Le graveur sur bois
Edmond Douet a réalisé La Vierge et l’enfant Jésus vers 1530. Le peintre Jacques Douet
travaillait à Paris en 1622. Enfin, le dessinateur et peintre de fleurs Edme Jean Baptiste
Douet étudia sous la direction de Jean-Baptiste Monnoyer. Etabli à Lyon en 1745, on
disait de lui, en 1751, dans un mémoire relatif à l’organisation d’une école de dessin, qu’il
était le seul “ fleuriste ” capable de former de bons dessinateurs pour la fabrique de
soieries. On lui doit d’ailleurs l’introduction de la fleur naturelle dans la composition des
dessins pour étoffes. En 1773, il exposa à Paris des Tableaux d’animaux et de fleurs. Il a
également réalisé des Tulipes dragonnes dans un vase de terre.
L’usine à gaz—
Le sieur Jean Douet de Rompt-Croissant, né à la fin du XVIème siècle,
passa sa jeunesse à voyager en Europe, au Proche et au Moyen-Orient. Revenu à Paris
en 1616, il eut l’idée d’importer dans le royaume une pratique en cours dans les cités
orientales : un service de chaises à porteurs ! Ayant obtenu du roi le privilège pour
développer le concept, il dessina un prototype, mais ne parvint jamais à lancer
véritablement son affaire. De guerre lasse, il s’établit en Normandie et étudia les
“ langues secrètes ”. Avec une nouvelle idée : l’élaboration d’une écriture universelle !
Sans succès. Après un court séjour dans l’armée, il revint à Paris avec un nouveau
projet : la création de cent postes de barbiers mis au service des “ élégants ” de la
capitale. Ces proto-instituts de beauté restèrent dans les cartons. Il continua à rédiger
moult mémoires, imaginant maints concepts et émettant des avis sur tous les sujets
imaginables,
avis
qu’il
transmettait
inlassablement
à
l’administration
royale.
Sa
bibliographie résume fidèlement l’agitation qui caractérisait ce personnage excentrique,
véritable usine à gaz intellectuelle : Propositions au roi d’une écriture universelle (1627),
Avis au roi pour ôter aux méchants de contrefaire les monnaies (1634) ou encore
Discours sur les machines de victoires et conquêtes (1637), ouvrage incompréhensible
selon l’aveu même de l’auteur qui cherchait ainsi à tromper l’ennemi !
Un érudit —
Louis-Claude Douët d’Arcq (1808-1883) faisait partie, dans sa jeunesse, du
Cénacle. Proche des romantiques, il intégra l’Ecole des chartes en 1833. Il fut attaché au
classement des manuscrits de la Bibliothèque nationale (1837), entra aux Archives
nationales (1841) et y occupa le poste de chef de la section historique en 1873. Il fit
paraître des inventaires, des armoriaux et des documents comptables de la fin du Moyen
Age. On le connaît surtout pour son Catalogue de la collection de sceaux des Archives
nationales (1863-1872), qui a servi de modèle à tous les inventaires de sceaux médiévaux
publiés en Europe jusqu’à la Première Guerre mondiale.
Saint-Flour, clef du royaume ! —
Natif de Léon, Alfred Douet (1876-1952) étudia le
droit pour devenir avocat, mais ne plaida pratiquement jamais, préférant se consacrer à
la ville de Saint-Flour dont il était maire. Il a publié Saint-Flour, clef du royaume devers la
Guïenne, Le Château de Saillans et Le Château des Ternes.
Les Douet dans l’histoire—
Citons aussi : l’homme politique Louis Douet (1831-1912),
député de la Seine-Inférieure de 1876 à 1881 ; Jean Douet, maire de Ruynes-en-
Margeride (Cantal) de 1807 à