//img.uscri.be/pth/be82e471d28a5f6b220d59f9651d228782fd7ff5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille DUFAU, DUFFAU

De
2 pages
DUFAU, DUFFAU

A l’origine — En occitan, un fau était un hêtre. Désignant le propriétaire d’une hêtraie
ou celui qui vivait à côté, le mot a donné naissance à une multitude de patronymes.
Dufau est le plus porté, avec 4 500 personnes du nom. On compte aussi sur l’ensemble
du territoire environ 2 500 Duffau, 1 160 Duffaud, 1 100 Duffaut, 520 Dufaux et 170
Duffaux...
La décoratrice de la maison de Rostand — Native de Quinsac en Gironde,
Clémentine Hélène Dufau (1869-1937) travailla son art à l’Académie Julian et obtint
rapidement différents prix. Ses toiles décoratives, d’une originalité sobre et vigoureuse,
attirèrent les regards des spécialistes. Approchée pour réaliser la décoration de la maison
de Rostand à Cambo en 1906, elle réalisa également différents panneaux décoratifs pour
des institutions parisiennes telle la Sorbonne.
Un membre du jury au procès de Babeu — Avocat en parlement puis au sénéchal-
présidial de Condom, procureur syndic et agent national du district gersois sous la
Révolution, Jean Duffau (1753-1843) devint haut juré dans le procès du journaliste
François Noël Babeuf, dit Gracchus, entre février et mai 1797 (procès des auteurs de la
conspiration dite des Egaux). Elu au même instant député du Gers au Conseil des
Anciens, son activité dans cette assemblée ne fut pas négligeable dans le domaine
législatif. Nettement opposé au coup d’Etat du 18 brumaire, il se rallia pourtant au
nouveau régime et accepta le poste de juge au tribunal d’appel d’Agen. ...
Voir plus Voir moins
D
UFAU, DUFFAU
A l’origine
— En occitan, un fau était un hêtre. Désignant le propriétaire d’une hêtraie
ou celui qui vivait à côté, le mot a donné naissance à une multitude de patronymes.
Dufau est le plus porté, avec 4 500 personnes du nom. On compte aussi sur l’ensemble
du territoire environ 2 500 Duffau, 1 160 Duffaud, 1 100 Duffaut, 520 Dufaux et 170
Duffaux...
La décoratrice de la maison de Rostand —
Native de Quinsac en Gironde,
Clémentine Hélène Dufau (1869-1937) travailla son art à l’Académie Julian et obtint
rapidement différents prix. Ses toiles décoratives, d’une originalité sobre et vigoureuse,
attirèrent les regards des spécialistes. Approchée pour réaliser la décoration de la maison
de Rostand à Cambo en 1906, elle réalisa également différents panneaux décoratifs pour
des institutions parisiennes telle la Sorbonne.
Un membre du jury au procès de Babeu —
Avocat en parlement puis au sénéchal-
présidial de Condom, procureur syndic et agent national du district gersois sous la
Révolution, Jean Duffau (1753-1843) devint haut juré dans le procès du journaliste
François Noël Babeuf, dit Gracchus, entre février et mai 1797 (procès des auteurs de la
conspiration dite des Egaux). Elu au même instant député du Gers au Conseil des
Anciens, son activité dans cette assemblée ne fut pas négligeable dans le domaine
législatif. Nettement opposé au coup d’Etat du 18 brumaire, il se rallia pourtant au
nouveau régime et accepta le poste de juge au tribunal d’appel d’Agen. Chevalier de la
Légion d’honneur, il était, à la veille de sa mort, président honoraire du tribunal de
première instance de Condom.
Un architecte de talent —
Fils d’architecte, Pierre Dufau, né en 1908, figure parmi les
grands architectes français du XXème siècle. Chargé de la reconstruction d’Amiens en
1944-1954, il fut ensuite appelé au ministère de l’Equipement où il exerça les fonctions
d’architecte-conseil, d’architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux jusqu’en
1976. Il réalisa le nouveau Créteil en 1969, le Palais des Sports porte de Versailles, l’usine
de Lacq... On lui doit aussi des édifices tels que les hôtels Hilton-Suffren et Sheraton à
Paris, les tours Assur et Septentrion à la Défense... et à l’étranger, l’ambassade de France
à Phnom-Penh, le palais de la présidence de la République de Côte-d’Ivoire, l’aérogare
d’Accra au Ghana...
De très nombreux peintres Dufaux —
Le nombre de Dufaux peintres est
impressionnant : on n’en compte pas moins d’une vingtaine dans les dictionnaires
spécialisés. Citons surtout : Marc Dufaux (1834-1887), peintre sur émail, travaillant pour
la manufacture de Sèvres et introduisant son art dans l’industrie horlogère de Chaux-le-
Fonds.
Les Duffau (et variantes) dans l’histoire —
Parmi les personnages de ces noms qui
ont marqué leur temps, retenons aussi : le publiciste bordelais Pierre-Armand Dufau
(1795-1877), directeur de l’Institution des jeunes aveugles de 1840 à 1855 ; l’épicier
Adrien Duffaut (XIXème siècle), président du Comité de Salut public d’Auch, qui tenta de
faire proclamer la Commune à Auch en 1871 ; le chef d’atelier et organisateur d’une
grève dans la soierie lyonnaise Philibert Duffaud, né en 1815, condamné à la prison en
1844 ; Charles Duffaud, né en 1844, chef d’état-major et chef de la prévôté du premier
corps à Paris en 1871, condamné à la prison par le conseil de guerre en 1874 pour sa
participation à l’insurrection de la capitale ; le premier président du syndicat du Livre de
Perpignan Jean-Marie Duffau (1858-1915) ; le fermier viticulteur et ancien ecclésiastique
Joseph Duffaud (1875-1932), antimilitariste, pionnier du communisme dans le Vaucluse ;
Henri Duffaut, né en 1907, maire d’Avignon, député puis sénateur du Vaucluse ; le
diplomate Jean Duffaud, né en 1925, consul à Malaga en 1979 ; l’ouvrier électricien
Gaston Duffau (1912-1976), natif du Gers, secrétaire du syndicat CGT des tramways dans
le Var, président de la Mutuelle familiale des travailleurs varois en 1948 ; l’évêque de
Grenoble, Louis Dufaux, né en 1931 ; le géomètre-expert Alain Dufaut, né en 1944,
sénateur du Vaucluse en