Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FALLOT

De
2 pages
FALLOT

A l’origine — L’ancien français falot, dont vient le patronyme, avait deux sens : il
désignait une sorte de vêtement (surnommant alors celui qui le confectionnait) ou une
lanterne (désignant alors un porteur de torche). Les porteurs du nom Fallot sont
aujourd’hui près de 1 500 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont le Doubs, les Vosges et Paris ...
Voir plus Voir moins
F
ALLOT
A l’origine —
L’ancien français falot, dont vient le patronyme, avait deux sens : il
désignait une sorte de vêtement (surnommant alors celui qui le confectionnait) ou une
lanterne (désignant alors un porteur de torche). Les porteurs du nom Fallot sont
aujourd’hui près de 1 500 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont le Doubs, les Vosges et Paris.
Christianisme social —
Thomas Fallot (1844-1904), né à Fouday (Bas-Rhin), étudia à
Paris et à Zurich et travailla d’abord dans l’industrie. Il devint ensuite docteur en théologie
protestante et pasteur luthérien en Alsace, puis à Paris à la Chapelle du Nord. Très
impliqué dans le rôle social du christianisme, il fonda en 1887 l’Association protestante
pour l’étude pratique des questions sociales. Il publia aussi plusieurs ouvrages, dont :
Protestantisme et socialisme (1888) et Les Fraternités de demain (1904). De santé fragile,
il fut obligé de quitter Paris en 1889 et devint pasteur calviniste dans la Drôme. Il montra
toujours de l’amitié pour l’Eglise catholique et fut un des premiers partisans de
l’œcuménisme.
La colonisation en marche —
Ernest Fallot (1855-1929), né à Marseille, entra dans
l’administration coloniale. Il débuta au Sénégal en 1884, puis fut affecté en Tunisie en
1887. Il y resta jusqu’en 1905, occupant différents postes, dont ceux de directeur de
l’agriculture et du commerce et de chef du service du commerce et de l’immigration. Il
s’intéressa beaucoup au développement économique des colonies d’Afrique et publia de
nombreux
ouvrages,
comme
L’avenir
commercial
de
la
Tunisie
(1897)
et
Le
fonctionnement du protectorat tunisien (1904).
Dans les arts —
Plusieurs porteurs du nom Fallot se sont illustrés par leurs talents
artistiques. Citons par exemple : le peintre Robert Fallot, qui exposa des paysages au
Salon des Artistes français à partir de 1928 ; le peintre Pierre Fallot, qui exposa des
scènes espagnoles au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne dans les années
1920.
Docteur ès sciences —
Parmi les Fallot, on compte plusieurs docteurs en sciences :
Emmanuel Fallot (1857-1929), né à Montbéliard (Doubs), docteur en médecine et docteur
ès sciences, titulaire de la chaire de géologie à l’université de Bordeaux, nommé doyen de
la faculté des sciences de Bordeaux en 1918 et membre de l’Académie de la ville en
1922 ; Paul Fallot (1889-1960), né à Strasbourg, docteur ès sciences, qui prit part à des
expéditions géologiques aux Baléares, devint professeur d’université à Grenoble, puis
directeur de l’Institut de géologie de Nancy et professeur au Collège de France…
Les Fallot dans l’histoire —
Citons aussi : Pierre Fallot, de Montigné (Maine-et-Loire),
condamné à mort comme « brigand de la Vendée » en 1793, et guillotiné ; Nicolas Fallot,
de Vesoul, condamné à mort comme émigré en 1794, sous la Terreur, et guillotiné ;
Etienne Fallot de Beaumont (1750-1835), né à Avignon, ordonné prêtre en 1773, licencié
en droit, nommé évêque de Vaison en 1786, puis de Gand et de Plaisance (Italie) par
Napoléon, fait comte de l’Empire en 1813 et pair de France en 1815 ; le chirurgien
militaire Joseph Fallot de Broignard, né à Nice en 1793, qui prit part aux dernières
campagnes de l’Empire, à l’expédition de Barcelone en 1823, puis à la campagne
d’Algérie comme capitaine à partir de 1837, où il fut tué dans une embuscade en 1841 ;
Joseph Fallot (1807-1835), né à Montbéliard, diplômé de l’Ecole des Chartes, nommé par
Guizot secrétaire du Comité pour la publication des documents inédits de l’histoire de
France en 1834 et sous-bibliothécaire de l’Institut de France ; Gustave Fallot, maire de
Sochaux (Doubs) de 1944 à 1945 ; Alain Fallot, élu maire de Malataverne (Drôme) en
2001 et réélu en 2008 ; etc.
Autre nom de même signification :
Falot (90, Marne)…© Archives & Culture.
Reproduction et diffusion interdites. Usage privé seulement.