//img.uscri.be/pth/68d6a5e4e4f13373833aaf1f31e2c4f1cd01428f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FIEVET

De
2 pages
FIEVET

A l’origine — Le nom Fievet est un diminutif artésien ou picard du mot fieffé. Il y a plus
de 6 000 porteurs de ce patronyme en France aujourd’hui. Le Nord est leur département
de plus forte implantation, suivi du Pas-de-Calais.
Plomb d’imprimerie — Une famille Fievet a formé à Douai et Lille toute une dynastie de
libraires et d’imprimeurs. Thomas Fievet exerça jusqu’en 1684 comme libraire à Douai.
Son frère François travaillait à Lille, à l’enseigne de la Bible royale. Son atelier était fort
actif. On y composait essentiellement des volumes de caractère religieux, ouvrages de
spiritualité ou traités de théologie. Fils de Thomas, Ignace, né à Douai vers 1662, apprit le
métier dans l’atelier paternel. En 1698, lorsque la Bible royale lui échut, il s’associa avec
un imprimeur de métier, Liévin-André Danel, compagnon dans l’atelier de son oncle. Et
pour confirmer cette association, Danel épousa la sœur d’Ignace, Claire-Thérèse Fievet !
A la mort de celle-ci en 1715, Danel garda seul l’établissement. L’imprimerie Danel existe
toujours à Lille. Pendant les dix-huit années que dura l’association, 85 impressions
sortirent des presses de Fievet et Danel, dont quelques pièces pour le théâtre de
l’Electeur de Cologne et un opuscule de François de Maroilles (1702) qui critiquait le luxe
des dignitaires ecclésiastiques.
Plomb d’artillerie— Le polytechnicien Charles-Emile-Alphonse Fievet, né en 1864 au
Cateau (Nord), lieutenant en 1888, suivit de 1893 à 1895 les cours de ...
Voir plus Voir moins
F
IEVET
A l’origine
— Le nom Fievet est un diminutif artésien ou picard du mot fieffé. Il y a plus
de 6 000 porteurs de ce patronyme en France aujourd’hui. Le Nord est leur département
de plus forte implantation, suivi du Pas-de-Calais.
Plomb d’imprimerie
— Une famille Fievet a formé à Douai et Lille toute une dynastie de
libraires et d’imprimeurs. Thomas Fievet exerça jusqu’en 1684 comme libraire à Douai.
Son frère François travaillait à Lille, à l’enseigne de la Bible royale. Son atelier était fort
actif. On y composait essentiellement des volumes de caractère religieux, ouvrages de
spiritualité ou traités de théologie. Fils de Thomas, Ignace, né à Douai vers 1662, apprit le
métier dans l’atelier paternel. En 1698, lorsque la Bible royale lui échut, il s’associa avec
un imprimeur de métier, Liévin-André Danel, compagnon dans l’atelier de son oncle. Et
pour confirmer cette association, Danel épousa la sœur d’Ignace, Claire-Thérèse Fievet !
A la mort de celle-ci en 1715, Danel garda seul l’établissement. L’imprimerie Danel existe
toujours à Lille. Pendant les dix-huit années que dura l’association, 85 impressions
sortirent des presses de Fievet et Danel, dont quelques pièces pour le théâtre de
l’Electeur de Cologne et un opuscule de François de Maroilles (1702) qui critiquait le luxe
des dignitaires ecclésiastiques.
Plomb d’artillerie—
Le polytechnicien Charles-Emile-Alphonse Fievet, né en 1864 au
Cateau (Nord), lieutenant en 1888, suivit de 1893 à 1895 les cours de l’école de guerre et
en sortit breveté. Devenu capitaine, on le retrouve stagiaire à l’état-major de la place de
Maubeuge. Il fut ensuite choisi comme officier d’ordonnance par le général gouverneur
de cette forteresse. Il se rendit alors à Rennes (1903) et à Rouen (1909). Au début de la
Grande Guerre, il combattit à Charleroi et sur la Marne. Chef d’état-major en 1915, il fut
promu colonel en 1916, commandant de l’artillerie du 11ème CA. Il avait mérité au cours
de la campagne deux citations particulièrement élogieuses. Tout en conservant ses
fonctions, Fievet fut promu général de brigade en 1919. Il mourut en activité à Nantes en
octobre de cette même année.
Le saviez-vous ?—
Agnès Fievet, qui vivait au XIXème siècle, est l’une des ancêtres de
Françoise Sa-gan. Louis Fievet (1789-1846), négociant à Lille, est l’arrière-grand-père
maternel du paléontologiste, philosophe et théologien Pierre Teilhard de Chardin. A Lille,
on le surnommait saint Fievet pour sa grande charité.
Les Fievet dans l’histoire—
Citons aussi : le peintre Carel Fievet, maître à Anvers au
XVIIème siècle ; Christian Fievet-Chaumont (1746-1818), député du Nord au Conseil des
Anciens, puis juge suppléant au tribunal de Lille ; Victor Fiévet (1810-1880), historien
d’Epernay ; Edouard Fievet (1817-1893), né à Masny (Nord), conseiller général du Nord
et sénateur ; Jean-Baptiste Fiévet (1866-1940), né et mort à Douvrin (Pas-de-Calais),
maire socialiste de cette ville de 1919 à 1931; Eugène Fievet (1867-1910), fondateur du
syndicat des ouvriers tulliers de Caudry, maire de cette commune, conseiller général du
Nord et député ; ses fils, Eugène (1890-1951) et Jean-Baptiste Fievet (1861-1948),
militants actifs ; le footballeur A. Fievet, né en 1885, joueur de l’Olympique de Pantin
sélectionné en international A ; Robert Fievet, né à Lille en 1908, Pdg puis président
d’honneur des fromageries Bel ; l’artiste peintre, explorateur et cinéaste Maurice Fievet,
spécialiste de l’Afrique ; Berthe Fievet, née à Heuchin (Pas-de-Calais) en 1930, docteur en
médecine, psychiatre, trésorière fédérale du Parti socialiste (1979-1985), députée du Cher
(1981-1986) ; Michel Fievet, né en 1937, directeur de société ; Nadine Fievet, peintre et
lithographe, née à Bruxelles en 1947, qui se voue à la sérigraphie et qui, à partir
d’images photographiques, tend à synthétiser les lignes directrices ; etc.
Autres noms de même signification :
Fiévé (550, Pas-de-Calais), Fievez (1 300,
Nord)...© Archives & Culture. Reproduction et diffusion interdites.