//img.uscri.be/pth/47d27c699ec91847a35580922e369b4cbb9e0abb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FLAMENT

De
2 pages
FLAMENT

A l’origine— Flament a désigné à l’origine une personne originaire des Flandres. Plus de
11 000 personnes portent aujourd’hui ce nom en France et le département du Nord est
celui de leur plus forte implantation.
Une bonne plume — Né à Paris en 1877, Albert Flament était critique, journaliste,
romancier et voyageur. Cette plume au style vif a collaboré à la Revue de Paris où, à
partir de 1922, il donna régulièrement des “T ableaux de Paris”, qui reflètent la vie
mondaine, littéraire ou artistique de la capitale, dans une note un peu superficielle, mais
d’une critique toujours juste. Sous le pseudonyme de Sparklet, il a donné des chroniques
d’un goût sûr et fin dans L’Echo de Paris ; il a également collaboré à Fémina. Outre ses
nombreuses œuvres romanesques, il a publié une sorte de journal, de 1895 à 1899, sous
le titre Le Bal du Pré Catelan (1946). Albert Flament s’est éteint en 1956.
Une bonne note — Né à Douai en 1880, Edouard Flament vint jeune à Paris pour
étudier au Conservatoire. En 1898, il fut engagé comme hautboïste aux concerts
Lamoureux, dont il fit partie jusqu’en 1907, et, dans le même temps, soliste des concerts
Berlioz et de la Société des instruments à vent, jusqu’en 1923. Il fit de nombreuses
tournées de concerts, dirigeant notamment les ballets russes de Monte-Carlo et les
concerts d’été de Fontainebleau (1920-1922), ainsi que l’orchestre de Radio Tour-Eiffel et
celui de Radio-Paris (1936-1939). En 1910, il avait fondé le conservatoire de ...
Voir plus Voir moins
F
LAMENT
A l’origine—
Flament a désigné à l’origine une personne originaire des Flandres. Plus de
11 000 personnes portent aujourd’hui ce nom en France et le département du Nord est
celui de leur plus forte implantation.
Une bonne plume —
Né à Paris en 1877, Albert Flament était critique, journaliste,
romancier et voyageur. Cette plume au style vif a collaboré à la Revue de Paris où, à
partir de 1922, il donna régulièrement des “Tableaux de Paris”, qui reflètent la vie
mondaine, littéraire ou artistique de la capitale, dans une note un peu superficielle, mais
d’une critique toujours juste. Sous le pseudonyme de Sparklet, il a donné des chroniques
d’un goût sûr et fin dans L’Echo de Paris ; il a également collaboré à Fémina. Outre ses
nombreuses œuvres romanesques, il a publié une sorte de journal, de 1895 à 1899, sous
le titre Le Bal du Pré Catelan (1946). Albert Flament s’est éteint en 1956.
Une bonne note —
Né à Douai en 1880, Edouard Flament vint jeune à Paris pour
étudier au Conservatoire. En 1898, il fut engagé comme hautboïste aux concerts
Lamoureux, dont il fit partie jusqu’en 1907, et, dans le même temps, soliste des concerts
Berlioz et de la Société des instruments à vent, jusqu’en 1923. Il fit de nombreuses
tournées de concerts, dirigeant notamment les ballets russes de Monte-Carlo et les
concerts d’été de Fontainebleau (1920-1922), ainsi que l’orchestre de Radio Tour-Eiffel et
celui de Radio-Paris (1936-1939). En 1910, il avait fondé le conservatoire de Limoges.
Mort en 1958, Edouard Flament laisse des œuvres pour piano, pour hautbois, des
concertos, trois opéras, une opérette et plusieurs partitions de musique de film.
Le sauveur des archives —
Pierre Flament (1878-1916), admis à l’Ecole des chartes en
1896, en sortt trois ans plus tard archiviste paléographe et licencié en droit. D’abord
attaché à la Bibliothèque nationale, il fut nommé archiviste de l’Allier en 1903 et y rédigea
des inventaires et des études d’histoire régionale. Il fut muté dans le Pas-de-Calais en
1913. Mobilisé en 1914, il fut blessé à Petitmont (Meurthe-et-Moselle) lors de la marche
sur Sarrebourg. Son attitude au feu lui valut d’être cité à l’ordre de l’armée et d’être fait
chevalier de la Légion d’honneur. Il dirigea le déménagement des archives du Pas-de-
Calais que l’avance des Allemands mettait en danger, puis reprit les combats comme
capitaine. Lors d’une attaque allemande, Flament fut tué d’une balle en pleine tête en
1916 au Bois Fumin, près de Verdun.
Miss Météo —
C’est comme Miss Météo que Flavie Flament est entrée en 1996 à Canal
+. En 1998, elle a collaboré à Un autre journal puis à des émissions sur TF1 comme
Exclusif tous les soirs ou bien encore La soirée des petits princes...
Les Flament dans l’histoire—
Citons aussi : Guérard Flament, peintre actif à Cambrai
en 1578 ; mademoiselle Flament, peintre et aquarelliste qui exposa des études de fleurs
au Salon en 1835 et 1836 ; le peintre Ernest-Hippolyte Flament, élève de Lucas et l’Ecole
des Gobelins, qui figura au salon de 1870 à 1880 avec des portraits et des natures
mortes ; Ernest-André Flament, né à Armentières en 1867, inventeur d’un chevalet de tir
destiné à l’instruction des jeunes soldats ; l’artiste peintre Edouard-Casimir-Arthur
Flament, natif de Wavain (Nord) ; l’acteur Fernand Flament qui joua notamment dans
Angèle (1934) et La Marseillaise (1938) ; Marc Flament, né à Bordeaux en 1929,
photographe de guerre et d’art, écrivain et cinéaste, artiste dont la peinture colorée et
fougueuse illustre selon lui “le mouvement, la démesure, l’envolée et le crescendo
permanent” ; Robert Flament-Hennebique, ingénieur des travaux publics, spécialiste des
questions cynégétiques et balistiques, fondateur et commissaire général du Salon de la
chasse (1951) ; l’administrateur de sociétés Roger Flament, né en 1928 ; Claude Flament,
né en 1932, président de plusieurs sociétés d’assurance ; etc.