//img.uscri.be/pth/ae51f4f7cfc962af333fa7e1b9d85f5d277f152e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FONS

De
2 pages
FONS

A l’origine — Le mot fons serait issu de fonce, mot qui désignait un creux de terrain. Par
extension, il aurait désigné comme patronyme les propriétaires de maisons cons-truites
dans ces lieux. Dans le Midi, il existe aussi de nombreuses localités de ce nom : Fons a
donc aussi pu être employé pour désigner les personnes qui en étaient originaires. Près
d’un millier de porteurs du nom de famille Fons vivent en France aujourd’hui.
Une noble lignée — Une famille noble de Picardie porte ce nom. On peut en remonter
la filiation jusqu’à Philippe de La Fons, sieur de Renty résidant à Saint-Quentin, mort en
1515. Cinq branches en sont issues qui s’établirent dans les domaines de la région : de La
Fons de Bernes, de La Fons de la Plesnoye, de La Fons de Pont-Saint-Mars, de La Fons
d’Hardicourt et de La Fons des Essarts. Certains des membres de cette lignée ont laissé
des traces dans l’histoire. Ainsi Nicolas de La Fons, seigneur d’Hardicourt au milieu du
XVIème siècle, écuyer, chambellan et bouteiller du Vermandois, fut lieutenant-général à
Saint-Quentin et conseiller du roi en ses conseils d’Etat et privé. Charles de La Fons,
chevalier, seigneur de la Plesnoye, se distingua comme premier capitaine dans le
régiment d’infanterie du duc de Guise jusqu’en 1660 : c’est lui qui parvint à faire lever le
siège de la ville de Guise en 1650. Par vengeance, les ennemis mirent le feu à son
domaine de la Plesnoye. Homme d’autorité et de confiance, Charles de La Fons fut
chargé du ...
Voir plus Voir moins