//img.uscri.be/pth/c4731033359e10bd6f8e88cef62f9e1bd60dcd23
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FOUCAUD

De
2 pages
FOUCAUD

A l’origine — Le patronyme Foucaud provient du nom de baptême d’origine
germanique Folcwald, de folc-, peuple, et de -waldan, gouverner. Les porteurs du nom
Foucaud sont aujourd’hui près de 3 300 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Vendée, la Charente-Maritime et la Loire-Atlantique.
La Légion d’honneur — Les Foucaud sont nombreux à avoir reçu cete haute distinction
créée par Napoléon Ier. On peut citer : Alfred Foucaud, né en 1881 à Rochefort ;
Auguste Foucaud, receveur des finances des Côtes-du-Nord, décédé en 1887 à Saint-
Brieuc ; l’intendant général Eugène-Jean Foucaud (1868-1965), polytechnicien et grand
officier de la Légion d’honneur ; le capitaine François Foucaud, né en 1823 à Bords
(Charente-Maritime) ; le maréchal des logis Jacques Foucaud, né en 1817 à Bergerac
(Dordogne) ; le lieutenant Jacques-Mathieu Foucaud, né en 1823 à Marans (Charente-
Maritime) ; le comte Jean de Foucaud et d’Aure, également croix de guerre 1939-1940 ;
le médecin Jean-Marie-Hector Foucaud, qui publia en 1887 un ouvrage sur Une épidémie
de dysenterie observée au Tonkin ; etc.
Les aristos — Plusieurs familles de ce nom étaient agrégées à la noblesse, comme la
famille de Foucaud et d’Aure (dont un descendant s’est allié aux Hauteclocque en 1958),
ou encore : Elie Foucaud, commandeur de la maison des Templiers de Périès, près de
Narbonne, au XIIème siècle ; Bernard Foucaud, consul de la ville de Gaillac en Albigeois
au XIIIème siècle ; l’écuyer ...
Voir plus Voir moins
F
OUCAUD
A
l’origine
Le patronyme Foucaud provient du nom de baptême d’origine
germanique Folcwald, de folc-, peuple, et de -waldan, gouverner. Les porteurs du nom
Foucaud sont aujourd’hui près de 3 300 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Vendée, la Charente-Maritime et la Loire-Atlantique.
La Légion d’honneur —
Les Foucaud sont nombreux à avoir reçu cete haute distinction
créée par Napoléon Ier. On peut citer : Alfred Foucaud, né en 1881 à Rochefort ;
Auguste Foucaud, receveur des finances des Côtes-du-Nord, décédé en 1887 à Saint-
Brieuc ; l’intendant général Eugène-Jean Foucaud (1868-1965), polytechnicien et grand
officier de la Légion d’honneur ; le capitaine François Foucaud, né en 1823 à Bords
(Charente-Maritime) ; le maréchal des logis Jacques Foucaud, né en 1817 à Bergerac
(Dordogne) ; le lieutenant Jacques-Mathieu Foucaud, né en 1823 à Marans (Charente-
Maritime) ; le comte Jean de Foucaud et d’Aure, également croix de guerre 1939-1940 ;
le médecin Jean-Marie-Hector Foucaud, qui publia en 1887 un ouvrage sur Une épidémie
de dysenterie observée au Tonkin ; etc.
Les aristos —
Plusieurs familles de ce nom étaient agrégées à la noblesse, comme la
famille de Foucaud et d’Aure (dont un descendant s’est allié aux Hauteclocque en 1958),
ou encore : Elie Foucaud, commandeur de la maison des Templiers de Périès, près de
Narbonne, au XIIème siècle ; Bernard Foucaud, consul de la ville de Gaillac en Albigeois
au XIIIème siècle ; l’écuyer Arnaud de Foucaud d’Alzon, né en 1611 ; son fils Jacques,
grand archidiacre de l’église de Toulouse ; le colonel Bernard de Foucaud (1714-1797),
secrétaire d’ambassade et sénéchal de Castres ; Guillaume Foucaud, seigneur de Saint-
Martial, viguier de Toulouse en 1366, comme son fils de même prénom en 1399 ; le
colonel Joseph-Jules de Foucaud (1792-1821), né à Lubersac (Corrèze), élu député en
1815 ; Louis-Adrien Foucaud, né en 1838 à Jarnac ; Pierre Foucaud, connétable du
château de Lourdes en 1406 ; Philippe Foucaud, conseiller au parlement de Toulouse en
1483 ; le colonel Pierre de Foucaud, sénéchal de la ville et du comté de Castres au début
du XVIIIème siècle ; etc.
Un curé jacobin à Limoges —
Né à Limoges, Jean-Baptiste Foucaud (1747-1818) prit
fait et cause pour la Révolution et devint président de la Société des amis de la
constitution en 1790. Il fut localement le promoteur de la constitution civile du clergé :
« Je n’ai pas trouvé dans les Evangiles que Jésus-Christ ait défendu aux prêtres de
France de l’accepter ». Professeur de mathématiques au Collège royal de Limoges, il en
devint le principal en 1791, mais dut démissionner l’année suivante devant l’hostilité des
élèves. Membre du club des jacobins, il renonça devant notaire en 1793 à toutes ses
fonctions ecclésiastiques et se livra dès lors aux pires excès anti-religieux. Dans le Journal
du département de la Haute-Vienne dont il était l’un des rédacteurs, il inventa une prière
révolutionnaire, pastiche du credo : « Je crois à la toute-puissance du peuple français, à
la nécessité des mesures révolutionnaires, à la mort de tous les émigrés, à la déportation
de tous les prêtres, etc. ». Il fut arrêté à la chute de Robespierre et se retira ensuite de la
vie publique, publiant dès lors simplement des fables et des poésies en patois limousin.
Quelques personnalités politiques —
Plusieurs Foucaud se sont préoccupés de
politique locale, comme : Rustique Foucaud, maire de 1816 à 1828 de Saint-Romain-de-
Benet (Charente-Maritime) ; Ludovic de Foucaud de Launay (1817-1872), maire de
Moncontour, député et conseiller général des Côtes-d’Armor, à l’origine de la construction
de chemin de fer de Saint-Brieuc à Vannes ; Paul Foucaud, maire de Saint-Quay-Portieux
(Côtes-d’Armor)