//img.uscri.be/pth/cbb8033ff6299878a158ddefa0d786758fda4b79
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FOUCHER

De
2 pages
FOUCHER

A l’origine — Foucher correspond à un ancien nom de baptême d’origine germanique,
composé de folc-, peuple, et de -hari, armée. Les porteurs de ce nom sont actuellement
environ 14 000 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la
Haute-Loire, la Mayenne et le Loiret.
Des artistes — Quelques Foucher se sont illustrés dans les arts. Mentionnons : le peintre
de marines Jean-François Foucher, né en 1761, restaurateur de tableaux qui travailla
pour le musée Napoléon ; le graveur sur bois Alphonse-Charles Foucher, qui obtint en
1899 une mention honorable au Salon des artistes indépendants ; le peintre de
miniatures Luc-Antoine Foucher, né en 1851 dans les Deux-Sèvres, sociétaire des Artistes
français à partir de 1904 ; l’artiste peintre de cartons de mosaïques Dominique Foucher,
née en 1936 à Boulogne-sur-Mer, qui étudia aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de
Briaudon, participa au Salon d’Automne et à la biennale de Paris dans les années 1960,
auteur d’une peinture non figurative.
Un intellectuel voyageur — Né à Lorient en 1865, Alfred-Charles-Auguste Foucher fut
admis à l’Ecole normale supérieure en 1885. Agrégé des lettres trois ans plus tard, il
enseigna au lycée de Vendôme et à celui de Chartres. Soudain passionné par l’Inde et
ses rapports avec la Grèce antique, il abandonna sa chaire et partit pour l’Orient, entre
1891 et 1894, voyage qui lui souligna l’influence du bouddhisme sur le monde antique.
Diplômé des Hautes-études en 1895 ...
Voir plus Voir moins
F
OUCHER
A l’origine —
Foucher correspond à un ancien nom de baptême d’origine germanique,
composé de folc-, peuple, et de -hari, armée. Les porteurs de ce nom sont actuellement
environ 14 000 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la
Haute-Loire, la Mayenne et le Loiret.
Des artistes —
Quelques Foucher se sont illustrés dans les arts. Mentionnons : le peintre
de marines Jean-François Foucher, né en 1761, restaurateur de tableaux qui travailla
pour le musée Napoléon ; le graveur sur bois Alphonse-Charles Foucher, qui obtint en
1899 une mention honorable au Salon des artistes indépendants ; le peintre de
miniatures Luc-Antoine Foucher, né en 1851 dans les Deux-Sèvres, sociétaire des Artistes
français à partir de 1904 ; l’artiste peintre de cartons de mosaïques Dominique Foucher,
née en 1936 à Boulogne-sur-Mer, qui étudia aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de
Briaudon, participa au Salon d’Automne et à la biennale de Paris dans les années 1960,
auteur d’une peinture non figurative.
Un intellectuel voyageur —
Né à Lorient en 1865, Alfred-Charles-Auguste Foucher fut
admis à l’Ecole normale supérieure en 1885. Agrégé des lettres trois ans plus tard, il
enseigna au lycée de Vendôme et à celui de Chartres. Soudain passionné par l’Inde et
ses rapports avec la Grèce antique, il abandonna sa chaire et partit pour l’Orient, entre
1891 et 1894, voyage qui lui souligna l’influence du bouddhisme sur le monde antique.
Diplômé des Hautes-études en 1895 pour son mémoire Les Scènes figurées de la légende
du Bouddha, il repartit en Orient afin de parfaire son étude des vestiges gréco-
bouddhiques. Docteur en lettres grâce à sa thèse L’Art gréco-bouddhique au Gandhâra
(1905), il se rendit à Hanoi et y dirigea l’Ecole française d’Extrême-Orient. Après une
brillante carrière dans l’enseignement, il partit à nouveau pour l’Afghanistan en 1922,
obtenant du souverain du pays le monopole des fouilles archéologiques pour une période
de trente ans. Membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1928, il mourut
peu de temps après la mort de sa femme, en 1936. Il a publié de nombreux articles sur
l’art gréco-bouddhique.
Le saviez-vous ? —
Epouse de Victor Hugo (1802-1885) à partir de 1822, Adèle
Foucher a donné cinq enfants à son mari : Léopold, mort à trois mois, Léopoldine, née en
1824, Charles, né en 1826, Victor, né en 1828 et Adèle, née en 1830. Son frère, l’écrivain
Paul-Henri Foucher, qui fit jouer Yseult Raimbaud au théâtre de l’Odéon en 1830 et
publia le roman La Misère dans l’amour (1832) ainsi que le recueil de contes Les Passions
dans le monde (1833), était un ami d’enfance de Victor Hugo.
Les autres Foucher de la politique —
Ils se sont consacré au service de l’Etat : Jean-
Pierre Foucher, né en 1943, député des Hauts-de-Seine ; Louis-Alexandre Foucher de
Careil (1825-1891), préfet, sénateur, puis ambassadeur à Vienne ; Octave-Gabriel-Pierre-
Joseph Foucher (1862-1933), médecin à Chinon, député puis sénateur ; l’avocat de
Loches Jacques-Joseph Foucher-Nau (1755-1825), conseiller général et sous-préfet,
arrêté sous la Seconde Restauration ; le député du Cher Jacques Foucher (1753-1819) ;
Louis-Nicolas-Charles Foucher (1769-1838), député de la Mayenne puis conseiller
général ; Joseph-Désiré Foucher (1786-1860), général et sénateur ; etc.
Les Foucher dans l’histoire —
Citons aussi : le templier Geoffroy Foucher, grand
commandeur de la terre de Jérusalem de 1151 à 1170 ; l’homme politique Jacques
Foucher, né dans le Loiret en 1753 et mort en 1819, député du Cher qui vota contre
l’appel au peuple et pour la mort de Louis XVI ; le général et sénateur Joseph-Désiré
Foucher, né dans la Mayenne en 1786, nommé sénateur par Louis-Napoléon après la
proclamation de l’Empire, en 1852 ; le sculpteur Jean-Baptiste-Isidore Foucher (1832-
1907), qui contribua à la restauration de nombreux monuments pour la ville de Rouen ;
le chirurgien sarthois