//img.uscri.be/pth/18dec3efdad3a33900f560fa1fcd8d1e1dc85f75
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FOURÈS

De
1 page
F O U R È S

A l’origine — Dans le Languedoc et le Quercy, ce mot désignait au départ un paysan,
un campagnard installé en ville. Les porteurs du nom Fourès sont actuellement près de
1 900 en France. Leurs deux premiers départements d’implantation sont le Tarn, la
Haute-Garonne.
Cléopâtre — Jean-Noël Fourès (1769-1843), militaire sous l’Empire, retient surtout
l’intérêt par sa femme Pauline Bellisle, qui défraya la chronique. Marié en 1798, il fut
appelé pour l’expédition d’Egypte et fit embarquer sa femme déguisée en uniforme de
chasseur à cheval. Ils reçurent le baptême du feu sur le Nil. Reprenant son apparence
une fois au Caire, elle fut courtisée de toutes parts, mais resta fidèle à son époux. Mais,
lorsque Bonaparte s’intéressa à elle, Fourès, nommé lieutenant et devenu gênant, fut
envoyé en mission auprès du Directoire. Son bateau fut arraisonné par les Anglais qui,
très au fait de la situation, le relâchèrent à dessein en Egypte. Il arriva furieux au Caire et
s’en prit à sa femme qui obtint le divorce. Fourès fut à nouveau capturé par les Anglais
en quittant l’Egypte en 1800, puis une troisième fois en quittant Santander en 1809. Il
devint ensuite commissaire des guerres. Sa femme, surnommée Cléopâtre, vécut dans un
luxe extrême en Egypte avec Bonaparte, puis, quand il partit, de Kleber. Napoléon
devenu empereur lui manifesta encore sa générosité et favorisa son remariage avec le
chevalier de Ranchoup. Elle mourut en 1869 après avoir accumulé les ...
Voir plus Voir moins