//img.uscri.be/pth/0cec147fb0b262837147d2d805304dbd9c34ed02
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille fuchs

De
2 pages
fuchs

A l’origine— Le patronyme Fuchs vient du mot qui, en Alsace et en Lorraine, signifie le
renard et a été utilisé à l’origine comme sobriquet pour désigner un homme rusé. Près de
7 800 personnes portent actuellement ce nom en France, principalement dans le Nord-
Est.
Découvreur de mines en Extrême-Orient — Le Strasbourgeois Philippe-Jacques-
Edmond Fuchs (1837-1889), polytechnicien en 1858, fut brillamment reçu ingénieur des
mines en 1862 après avoir effectué plusieurs missions en Europe et en Asie mineure. Il
enseigna aussitôt la géométrie descriptive et la physique au cours préparatoire à l’Ecole
des mines, tout en assurant des missions de prospection minière pour l’industrie privée.
Nommé ingénieur de seconde classe en 1867, il travailla à la carte géologique de France
pour la région du Nord-Est et fut appelé à préparer l’Exposition internationale. Ses
recherches furent interrompues par la guerre de 1870 où il servit comme commandant
du Génie. Ses prospections le conduisirent ensuite, de 1873 à 1878, à travers la France,
l’Espagne, la Tunisie, l’Italie et l’Oural. Les dix années suivantes le virent revenu à l’Ecole
des mines enseignant l’agriculture, le drainage et l’irrigation avant d’être nommé
ingénieur en chef. C’est alors que le gouverneur de la Cochinchine, Le Myre de Vilers,
l’appela en Extrême-Orient pour la recherche des gîtes miniers. Fuchs fut le découvreur
des gisements de houille en baie d’Along et de ceux de fer au Cambodge. Ces missions
n’étaient ...
Voir plus Voir moins
f
uchs
A l’origine—
Le patronyme Fuchs vient du mot qui, en Alsace et en Lorraine, signifie le
renard et a été utilisé à l’origine comme sobriquet pour désigner un homme rusé. Près de
7 800 personnes portent actuellement ce nom en France, principalement dans le Nord-
Est.
Découvreur de mines en Extrême-Orient —
Le Strasbourgeois Philippe-Jacques-
Edmond Fuchs (1837-1889), polytechnicien en 1858, fut brillamment reçu ingénieur des
mines en 1862 après avoir effectué plusieurs missions en Europe et en Asie mineure. Il
enseigna aussitôt la géométrie descriptive et la physique au cours préparatoire à l’Ecole
des mines, tout en assurant des missions de prospection minière pour l’industrie privée.
Nommé ingénieur de seconde classe en 1867, il travailla à la carte géologique de France
pour la région du Nord-Est et fut appelé à préparer l’Exposition internationale. Ses
recherches furent interrompues par la guerre de 1870 où il servit comme commandant
du Génie. Ses prospections le conduisirent ensuite, de 1873 à 1878, à travers la France,
l’Espagne, la Tunisie, l’Italie et l’Oural. Les dix années suivantes le virent revenu à l’Ecole
des mines enseignant l’agriculture, le drainage et l’irrigation avant d’être nommé
ingénieur en chef. C’est alors que le gouverneur de la Cochinchine, Le Myre de Vilers,
l’appela en Extrême-Orient pour la recherche des gîtes miniers. Fuchs fut le découvreur
des gisements de houille en baie d’Along et de ceux de fer au Cambodge. Ces missions
n’étaient pas sans danger : il fut un jour de 1882 capturé et maltraité par les Pavillons
noirs de Mong-Cai au Cambodge mais put regagner la côte et rentrer en France se
rétablir. Il n’en poursuivit pas moins ses prospections, en Roumanie en 1883 pour le
pétrole, en Californie en 1885 et dans le nord de l’Amérique, à la découverte de mercure,
de cuivre, d’or et de pétrole. Cet ingénieur éminent fut sollicité pour faire partie du jury
lors de l’Exposition universelle d’Anvers en 1885 et de l’Exposition internationale de Paris
en 1889. Auteur de nombreux mémoires sur ses découvertes, Fuchs composait aussi de
la musique et créa un oratorio, Rédemption, qui fut donné à Paris.
Le parc des Ballons —
Né en 1925 à Colmar, Jean-Paul Fuchs a mené une double
carrière, dans l’enseignement et la vie politique. Principal au collège d’enseignement
secondaire expérimental Berlioz à Colmar, il entrait au conseil municipal de sa ville dès
1957 et devenait adjoint au maire en 1971. En 1978, il était élu député du Haut-Rhin et
conseiller général du canton de Colmar-Nord en 1982. Très soucieux de l’aménagement
de sa région, il fut nommé président de l’Association d’étude et d’aménagement du
massif vosgien et président du Parc naturel régional des Ballons, ainsi que de la
Fédération nationale des parcs naturels.
Un chimiste au parfum —
Fils d’un industriel parfumeur, Georges Fuchs, Patrick Fuchs,
né en 1930, fut très jeune immergé dans l’univers des senteurs. Son diplôme d’ingénieur
de l’Ecole nationale supérieure de chimie de Paris en poche, il partit compléter sa
formation par des études aux Etats-Unis où il fut reçu Master of Sciences, Master of Arts
et Doctor of Philosophy. De 1974 à 1996, il a été Pdg de la SA Parfumerie Fragonard, tout
en dirigeant en associé la Société industrielle grassoise de matières aromatiques (Sigma)
à partir de 1986. En 1996, Patrick Fuchs est devenu Pdg de la Société méridionale des
confiseries Florian.
Chercheur socialiste et européen —
Docteur ès sciences et polytechnicien, Gérard
Fuchs, né en 1940, a été chercheur au Centre national de la recherche scientifique en
physique (de 1962 à 1970), puis en économie (de 1970 à 1981), tenant une chaire de
maître de conférences à l’Ecole polytechnique. Animateur en 1971 d’Objectif socialiste, il
entrait en 1975 au comité directeur du Parti socialiste et y fut de 1979 à 1981 responsable
des questions européennes et des relations avec le parlement européen ainsi que de la
commission Nord-Sud. En 1981, Jean-Pierre Cot alors ministre de la Coopération et du
Développement, l’appela comme conseiller technique. Ses responsabilités au sein du Parti
socialiste, en particulier en